Blog

  • Anne

La Vipérine




Étymologie :


  • VIPÉRINE, subst. fém.

Étymol. et Hist. xve s. (Le Grant Herbier, n°496, Camus ds Gdf. Compl.). Empr. au lat. d'époque impériale viperina, fém. subst. de viperinus (v. vipérin), nom d'une plante indéterminée (v. André Bot., p. 331).


Lire également la définition du nom vipérine pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Echium vulgare ; Barbe bleue ; Dragon ; Gendarme ; Herbe à feu ; Herbe aux vipères ; Langue d'oie.

*




Botanique :


D'après Lionel Hignard et Alain Pontoppidan, auteurs de Les Plantes qui puent, qui pètent, qui piquent (Gulf Stream Éditeur, 2008) :


"La vipérine fréquente les friches et les jardins en terrain sec. Toute la plante est recouverte de poils hérissés urticants peu engageants. Sur chaque tige, les fleurs s'épanouissent du même côté, les unes au-dessus des autres. De couleur rose au départ, elles virent progressivement au bleu violacé.


Pourquoi fait-elle ça ? La vipérine ne pique pas vraiment : elle se protège grâce à ses poils recourbés qui se plantent légèrement dans la peau.


Des histoires de vipère : On croyait autrefois que cette plante soignait les morsures de vipères. Attention ! La vipérine peut parfois provoquer des irritations sur des personnes à peau sensible. Mais elle a aussi de grandes qualités. Abeilles, bourdons et papillons apprécient le nectar de ses jolies fleurs bleues, c'est donc une plante très utile au jardin.


L'origine de son nom : Le nom donné à la vipérine viendrait du fait que son fruit rappelle la tête d'une vipère. C'est à la loupe que l'on peut se rendre compte de cette ressemblance.La fleur elle-même, avec ses longues étamines rouges, fait penser à une tête de vipère à la langue fourchue."

*

*

29 vues