Blog

  • Anne

Le Chien de prairie




Symbolisme :


Pour Ted Andrews, auteur de Le Langage secret des animaux, Pouvoirs magiques et spirituels des créatures des plus petites aux plus grandes (Édition originale, 1993 ; traduction française, Éditions Dervy, 2017), le Chien de prairie a les caractéristiques suivantes :


Points clés : Communauté.

Cycle de puissance : Printemps et été.


Aucun autre animal - hormis peut-être le loup - n'illustre plus parfaitement l'idée de communauté que le chien de prairie. Le chien de prairie est toujours en activité. C'est un membre de la famille des écureuils (les xérinés, une sous-famille des sciuridés) et il en existe deux espèces principales : le chien de prairie à queue noire - qui est la plus commune tr qui vit principalement dans les plaines - et le chien de prairie à queue blanche - qui vit dans les montagnes et n'est pas aussi sociable.

Les chiens de prairie vivent dans des "villes", des réseaux de tunnels. Leurs terriers sont un regroupement de plusieurs de tunnels et de chambres individuelles. Leurs villes sont divisées en clans ou coteries, c'est-à-dire en communautés dont les membres dépendent les uns des autres. Chaque partie des villes est habitée par des membres de "clans" distincts.

En creusant les tunnels, ils rejettent la terre derrière eux, ce qui finit par donner un petit monticule au-dessus de l'entrée au niveau du sol. Puis ils coupent les plantes autour de l'entrée du terrier pour guetter plus facilement les prédateurs. Les guetteurs donnent l'alarme avec des petits jappements aigus ressemblant à l'aboiement des chiens.

Le principal prédateur du chien de prairie était le putois à pieds noirs (dont le nom anglais principal est block-footed ferret, mais une variante est le prairie dog hunter, "chasseur de chien de prairie") qui n'existe plus qu'en captivité. Des tentatives pour le réintroduire dans la Nature n'ont eu qu'un succès très limité. Si bien qu'aujourd'hui, les premiers prédateurs du chien de prairie sont les chouettes et les serpents ; comme chaque fois, ceux-ci devront être étudiés par ceux qui ont un chien de prairie totem.

Les chiens de prairie mangent de l'herbe et des plantes. Ils boivent rarement de l'eau et se contentent de la rosée et de l'humidité des plantes. En hiver, ils vivement essentiellement sur leurs réserves de graisse.

Les individus ayant un chien de prairie pour totem pourront avoir à s'assurer que leur alimentation comprend beaucoup de légumes. L'absorption d'eau ne sera pas très importante pour eux tant qu'ils consomment régulièrement de grandes quantités de légumes frais. Ces individus risquent de manifester une sensibilité au soleil et des lunettes de soleil leur seront très utiles. Les chiens de prairie ont des lentilles orangées dans les yeux pour filtrer la clarté solaire. Cela leur est très utile puisqu'on les voit fréquemment prendre des bains de soleil.

Les chiens de prairie sont des animaux très sociables. Ils se saluent en s'embrassant et en s'étreignant. Bouches ouvertes, ils se touchent réciproquement les dents. Ils adorent donner des marques d'affection. Si un chien de prairie se présente comme totem, examinez votre propre sociabilité. Êtes-vous sociable ? Asocial ? Et les personnes de votre entourage le sont-elles ? Restez-vous solitaire quand vous ne le devriez pas ? Avez-vous besoin de témoigner de plus d'affection que par le passé ?

Observez votre sens de la communauté - qu'il s'agisse du contexte familial, professionnel ou social. Participez-vous pleinement à la communauté ? Et votre entourage ke fait-il ? Avez-vous besoin d'apprendre à vivre avec les tiers, chacun se partageant les responsabilités ? Les chiens de prairie indiquent généralement qu'il va y avoir des changements dans votre perception de la vie communautaire et dans votre participation à celle-ci. Ces leçons peuvent s'étendre sur une période de cinq à sept ans, soit la durée de vie ordinaire d'un chien de prairie.

Parce que celui-ci est un terrassier qui creuse des terriers, si un chien de prairie se montre en tant que totem, vous pouvez vous demander ce que vous auriez à creuser dans différents aspects de votre vie. Avez-vous besoin de vous impliquer plus profondément dans l'existence de votre entourage ? Et à l'inverse, êtes-vous trop profondément impliqué ?

Si beaucoup de personnes considèrent les chiens de prairie comme des fléaux qui devraient être éradiqués, ils jouent un rôle de valeur dans la Nature. Leurs creusements aèrent le sol, ce qui permet aux plantes de pousser plus facilement. Leurs terriers permettent à l'humidité de mieux s'introduire sous la surface du sol. Quand le chien de prairie se présente à vous, il est donc généralement temps de vous impliquer plus activement au sein de la collectivité. De changements sont nécessaires. Impliquez-vous et ne laissez pas les éventuelles accusations de tiers vous dissuader de participer.

*

*

Selon Les Cartes médecine, découvrir votre animal totem (édition revue 1999, traduction française 2010) de Jamie Sams et David Carson,


"La médecine du Chien de prairie nous montre que l’on peut trouver force et inspiration en se retirant dans le silence intérieur qui apaise l’esprit. La force de cette médecine, c’est aussi de savoir quand et comment refaire nos forces vives. Les gens qui pratiquent la médecine du Chien de prairie cherchent leur ressourcement dans le silence et la tranquillité, d’où ils peuvent avoir accès à leurs rêves et leurs visions, loin des distractions du monde extérieur. Lorsqu’ils réintègrent le monde, ils sont profondément centrés et ancrés dans ce calme qui vaincra les tempêtes.

La médecine du Chien de prairie s’applique à toute la tribu de la Marmotte qui inclut le clan de l’Écureuil, de la Belette et du Furet. Tout comme les guerriers amérindiens savaient quand monter à l’attaque et quand se replier, la tribu de la Marmotte sait quand et comment battre en retraite. Le Chien de prairie se lance vers ses galeries souterraines quand il se sait traqué par un prédateur ; l’hiver, il conserve son énergie en hivernant, le temps des lunes froides. Si le Chien de prairie a fait surface dans vos cartes aujourd’hui, c’est peut-être un avertissement que votre taux d’énergie est au minimum. Vous aurez peut-être besoin d’une journée de retraite et de silence avant de reprendre vos activités, sinon vous serez trop épuisé pour poursuivre. Avez-vous placé vos besoins essentiels au bas de la liste de vos priorités ? Brûler la chandelle par les deux bouts peut vous affaiblir lorsque vient le temps de vous attaquer aux tâches à accomplir. Prenez un repos bien mérité avant de vous brûler. Le Chien de prairie vous enseigne que pour atteindre la grâce de l’inspiration et du renouvellement, vous devez en premier lieu être en paix avec vous-même et suffisamment détendu pour pouvoir reconnaître les bienfaits qui vous sont offerts. Si vous êtes aux prises avec une situation où vous n’arrivez pas à marquer de points, le Chien de prairie vous rappelle qu’une trop grande insistance peut provoquer une résistance qui annulera toute interaction. Prenez une pause ! Après un temps de repos, vous pourrez voir les choses d’un autre œil. Entre temps, la dynamique de la situation aura peut-être changé et le présent conflit se sera peut-être résorbé. Il y a amplement de force disponible si vous cessez de pousser et laissez les choses s’arranger d’elles-mêmes. Le Chien de prairie ajoute que les galeries souterraines comportent toujours une autre sortie ; il est peut-être temps de choisir la sortie côté cour afin d’accéder au repos et à la détente.


A l’envers : Oups ! L’inquiétude a peut-être gagné le Chien de prairie s’il apparaît en sens inverse. Le syndrome du bourreau de travail a-t-il eu le meilleur de vous-même et de votre vision de la vie ? Vous êtes-vous engagé dans un sens unique non productif parce que vous avez oublié de respirer, de prendre du recul et d’évaluer vos options ? Etes-vous devenu dépendant de l’adrénaline produite par votre course effrénée ? Si vous succombez au chaos de l’hyperactivité, vous devrez peut-être faire face au repos forcé. Un stress constant peut vous dépouiller de votre inspiration et de votre capacité à retomber sur vos pieds. Un autre message que peut vous révéler le Chien de prairie en sens inverse, c’est de croire que le compromis ou la retraite sont des signes de faiblesse. Erreur ! Vous pouvez demeurer prisonnier dans cette galerie souterraine à sens unique si votre tête ne passe plus. Si vous ne pouvez rester tranquille et être confortable seul, et si vous ne pouvez déléguer les responsabilités, vous avez sérieusement besoin de remettre vos priorités en perspective. N’ayez pas peur de prendre un repos, de vous ressourcer et d’adopter un style de vie plus sain et plus détendu. Le Chien de prairie en sens contraire enseigne aussi que de pousser trop la machine peut avoir des conséquences néfastes : les cimetières sont remplis de gens qui se croyaient indispensables.


Mot-clef : retraite."

*

*

Le 7 avril 2021, Gabriel, créateur du site www.zooastro.com qui développe le concept d'Animal Astral, nous fait part de ses recherches : « Plus précis que le Signe Astrologique et plus personnel que l'Animal Totem, l'Animal Astral reflète la personnalité de chacun. L'Animal Astral propose de reconnecter chacun avec la biodiversité, et de découvrir quels pouvoirs la Nature a développé dans le règne animal, source d'inspiration et de développement personnel pour nous les humains. Il existe 144 animaux astraux regroupés en 12 grandes familles. L'Animal Astral se découvre selon notre signe astrologique solaire, et se combine avec le signe lunaire pour une précision optimale. »


Le Chien de Prairie ou la Répartition des tâches

Les Rongeurs sont attirés par une forme de vie austère et dure. Ils échafaudent des plans ambitieux. Leur désir de constructions durables vise à abriter une famille, ou un groupe auquel ils tiennent beaucoup. Lents mais réfléchis, solides et équilibrés, secs et rigides, ils se réalisent dans la construction de structure sociale. Ils resserrent le lien qui les unissent de longue date à leur culture, leur civilisation.

Sans cesse sur les nerfs, le Chien de Prairie a un grand besoin de réflexion, de critique, et de sélection afin d’adopter la meilleure réponse face à une situation donnée. Son goût pour la perfection lui procure mille angoisses tant qu’il n’a pas atteint cette optimisation des choses qui l’obsède. Terré dans l’ombre et recroquevillé sur des questions matérielles, il peut lâcher prise et bondir en cas de danger ou de surmenage. Cette sensibilité qui freine les sentiments est sans doute assez difficile à vivre au quotidien, car il lui faut un milieu très particulier pour se sentir bien, comme une plante qui ne supporte pas tous les types de sols. Elle est toutefois fort utile dans un cadre professionnel et pratique, puisque son exigence lui permet de mieux maitriser son sujet, même si c’est au détriment de l’instinct et de la spontanéité.


Les particularités du Chien de Prairie

Sa sensibilité terre à terre en parfait accord avec sa volonté renforce sa productivité. A l’affut de tout, quelque peu angoissé par le monde qui l’entoure, le Chien de Prairie passe au crible tout ce qu’il voit, analyse ce qu’il entend, et critique ce qu’on lui donne, afin d’adopter la réponse la plus rationnelle dans chaque situation. Son goût pour la perfection lui procure mille inquiétudes tant qu’il n’a pas atteint l’optimisation des sujets qui l’obsèdent. Son action est tournée vers les autres, et se spécialise souvent dans un domaine bien précis. le Chien de Prairie devient ainsi un expert et son avis est peu à peu recherché, car utile à la société toute entière.

Quelque soit le sujet qui l’intéresse, le Chien de Prairie cherche toujours à questionner les aspects structurants et fondamentaux de la vie en commun afin de savoir si la « maison » est solide, ou s’il faut modifier des éléments pour la rendre plus sûre et plus durable. le Chien de Prairie a donc un œil toujours vigilant sur ses congénères dans l’optique de les protéger, mais aussi de les remettre dans le droit chemin de la construction sociale, et parfois même d’en exclure un élément qui ne se conformerait pas au règlement collectif.

La peur, l’angoisse et le soupçon, sont des émotions que le Chien de Prairie ressent plus que les autres, et qu’il transmet facilement autour de lui. Ce sont ces émotions, a priori restrictives, qui permettent la cohésion du groupe et la pérennité de l’édifice commun. Ce sont en fait des normes, nécessaires à la stabilité du groupe. le Chien de Prairie utilise la critique et l’optimisation de l’autre comme moyen de construction sociale, mais aussi de réussite sociale. Ambitieux, le Chien de Prairie fonde toute son œuvre sur son esprit critique, qui cherche à améliorer, à réparer le « vivre-ensemble ».


Les pouvoirs du Chien de Prairie

Le Chien de Prairie n’a pas son pareil pour développer des outils spécifiques et des modes d’emploi précis qui rendront la vie commune plus sûre et plus durable. Il permet une structuration utile et fonctionnelle du groupe auquel il appartient, en vue de le pérenniser.

Le natif du Chien de Prairie aura tout intérêt à choisir une activité qui exalte son désir de construction sociale, où il pourra assouvir cette soif d’optimisation matérielle. Il saura donner une structuration utile et fonctionnelle à la vie commune, et pourra trouver sa place dans la société comme professeur, gardien, conseiller, critique social, ou toute carrière où il s’agit de fournir des outils précis et adaptés à sa société. Quel que soit le domaine qu’il choisira, il aura à cœur de travailler à une œuvre collective.


Ex : Stephen Hawking, David Lynch, Michel Onfray

*

*


201 vues

Posts récents

Voir tout

Le Hareng

La Sole