Blog

  • Anne

La Fumeterre




Étymologie :

  • FUMETERRE, subst. fém.

Étymol. et Hist. Mil. xiiie s. (Gloss. B.M. Harley 978 ds T.-L. : fumus terre : fumetere). Empr. au lat. médiév. fumus terrae, bot. (v. supra et av. 1250 ds Latham), proprement « fumée de la terre », parce que le suc de cette plante ferait pleurer les yeux comme la fumée (cf. O. de Serres ds Littré).


Lire également la définition du nom fumeterre afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :





Phytothérapie traditionnelle :


M. Bouteiller dans un article intitulé "La médecine populaire en Anjou : résultats d'enquêtes (1961-1962)." (In : Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XI° Série. Tome 3 fascicule 4, 1962, pp. 523-539) rapporte une médication populaire en Anjou qui concerne la Fumeterre :


Croûtes de lait : conjuration et lavage à l'eau bénite (В.). Enduire de fumeterre ou de goudron (S.). A titre d'exemple de prière conjuratoire, voici la formule baugeoise : « Paul qui est assis sur la pierre de marbre, Notre Seigneur passant par là lui dit : Paul que fais-tu là ? Je suis ici pour guérir le mal de mon chef. Paul lève-toi et va trouver sainte Anne, qu'elle te donne telle huile quelconque, tu t'en graisseras légèrement à jeun, une fois le jour pendant un an et un jour. Celui qui le fera n'aura ni rogne, ni gale, ni teigne, ni rage ».

Anne-Laure Rigouzzo, dans "Plantes de femmes" (in Ecologie Humaine XI (I) : 85-96, janvier 1993) recense les plantes qui sont utilisées particulièrement pour les problématiques féminines :


Nettoyer le sang

La thérapeutique destinée à améliorer l'état du sang et sa circulation recouvre un champ important qui concerne le renouvellement du sang, les rythmes saisonniers du flux sanguin et les cures dépuratives, comme l'ont montré par ailleurs certains auteurs (entre autres Savoirs 1988). Les soins "pour le sang" sont effectués par le biais de pratiques régulières et coutumières de cures dépuratives, comme l'a fort bien décrit Lieutaghi dans son ouvrage L'Herbe qui renouvelle (1986). Liée au grand rythme cosmique, la dépuration accompagne le mouvement des saisons. Elle a lieu : - soit au printemps : pour "renouveler le sang", ou le "décrasser des impuretés accumulées pendant l'hiver" (ces indications sous-tendent l'idée de nettoyage, de purification du corps qui "a besoin d'être lavé, nettoyé" ou encore "purgé") ; - soit à l'automne, pour "aider le sang à passer l'hiver" ; elle exerce une intention préventive. D'une part, ces cures saisonnières sont pratiquées au moyen de plantes "amères, chaudes et sèches", comme la Germandrée petit-chêne (Teuchrium chamaedrys), la Bardane (Arctium lappa et minor), le Marrube (Marrubium vulgare) et le Fumeterre (Fumaria officinalis). D'autre part, on recherche les "amères-froides", terme recouvrant essentiellement l'ensemble des salades des champs, comme la Chicorée sauvage (Chicorium intybus), la Laitue vivace (Lactuca perennis), le Crépis-faux-pissenlit (Crépis taraxacifolia), ou comme les herbes à cuire, la Cardère (Dipsacus fullonum), le Pissenlit (Taraxacum officinale). La notion de "froid" semble s'appliquer aux espèces surtout utilisées pour leurs feuilles, riches en eau, l'humide étant souvent associé au froid.

*

*




Symbolisme :


Selon Claire Tiberghien, auteure de Équilibre et méditation par les plantes, 30 plantes à découvrir (Éditions Jouvence, 2016), la Fumeterre présente les caractéristiques suivantes :

Élément : Métal.


De son nom latin Fumaria officinalis, la Fumeterre fait partie de la famille des Papavéracées. Elle représente la clarté. On emploie la fumeterre surtout contre les maladies chroniques des voies biliaires, quand les troubles se manifestent par des spasmes. En dehors de son action antispasmodiques, elle contient de nombreux alcaloïdes qui en font une excellente régulatrice du flux biliaire. C'est également un draineur hépato-pancréato-biliaire. La Fumeterre est efficace contre les maux de tête d'origine hépatique, les nausées et la constipation. Diurétique, laxative et dépurative, elle nettoie aussi le sang. On peut l'utiliser sous forme de compresses, parallèlement à la tisane, pour combattre les affections de la peau, telles que l'eczéma, l'acné, l'herpès, les furoncles et le psoriasis.

Sur le plan psychique :

La Fumeterre apporte la clarté qui ouvre à la connaissance et protège des influences irrationnelles. Elle transforme les terrains impraticables en sols nourrissants et nous montre le chemin. Elle nous aide à accueillir et à exprimer le divin qui est en nous.

Grâce à la Fumeterre, je peux affirmer :

  • Je m'ouvre à ma face cachée.

  • Mes sentiments se clarifient.

  • Je porte mon attention sur mes yeux qui se détendent.

  • Ma vision est claire.

  • Je transforme ma confusion intérieure en quelque chose de neuf

  • Je respecte ce dont j'ai besoin et je m'en occupe.

  • Je ressens le bien-être d'être à mon écoute.

Origine du nom :

Le nom est dérivé du terme latin fumus, qui signifie fumée, mais on origine est controversée. Selon certaines sources, il se réfère à la fumée âcre qui se dégage quand on brûle la fumeterre. Autre explication possible : les champs qui l'abritent ont une couleur grisâtre, comme s'ils étaient recouverts de fumée. En se consumant, la fumeterre dégage beaucoup de fumée. Autrefois, celle-ci était utilisée pour invoquer l'âme des morts, pour se rendre invisible, pour éliminer les influences négatives et les peurs, ou encore pour conjurer les désastres.

La méditation de la Fumeterre :

Un sol sec, un peu gris, couleur fumée. Des grappes de fleurs d'un rose violacé frémissent, suspendues dans la chaleur sèche de l'été. Pourtant, on les sent fortement liées à la terre. Cela leur permet de s'élever avec grâce et légèreté en direction du ciel. La Fumeterre vous offre cette légèreté. Elle vous permet d'éclaircir votre vision et vos sentiments. Accueillez votre face cachée, vos terres grises. L'ombre est remplie de nos espoirs, de nos trésors et de nos mystères.

Peut-être avez-vous l'impression d'être facilement influencé par des énergies négatives, comme si les autres ou les événements pouvaient exercer un pouvoir sur vous. Accueillez cette impression. Ressentez votre capacité à vous occuper de vous. Cette capacité renforce votre propre énergie. Pensez à vos besoins. Détachez-vous de vos soucis pour les autres, de votre peur du regard des autres Osez être vous-même. Dans votre cœur.

*

*

Dans un article intitulé "Hanter la lisière" (in Billebaude, Glénat, 2018, Cueillir, pp. 32-37) Germain Meulemans et Anaïs Tondeur partent à la découverte des plantes de lisière :


[...] 10 septembre 2017

Alignements d’arbres longeant les rigoles. Alignements de grues signalant de nouveaux hôtes. Restes du désert sur fond de bruits de chantier. Beaucoup de haies ont disparu. Les remembrements agricoles, marquant le tissu de champs et de forêts, rendent au plateau son immensité. Les pieds de maïs blanchis et séchés par le vent ont l’aspect d’un vaste cimetière aux alignements rectilignes. Ils dis - paraissent parfois sous l’épaisse couche de brume d fumeterre. D’aspect et de senteur parente de la fumée, ressemblant à un voile nébuleux roulant hors de terre, cette plante conjurait les humeurs maléfiques. Et, à qui savait la consommer, conférait l’invisibilité.

*

*

31 vues