Blog

  • Anne

Le Lactaire délicieux




Étymologie :

  • BARIGOULE, subst. fém.

Étymol. ET HIST. − 1. 1742 art culin. barigoult (Suite des Dons de Comus, t. 2, p. 430 dans Fr. mod., t. 23, p. 306 : artichauts à la Barigoult) ; 1790 barigoule (Cuis. de Santé, t. 3, p. 128, ibid.); 1837 fig. (Balzac, César Birotteau, p. 157); 2. 1834 bot. (Boiste). Empr. au prov. berigoulo, barigoulo, nom de divers champignons comestibles, en partic. de l'agaric du panicaut ou oreille de chardon (1716, bouligoulo à Aix-en-Provence d'apr. Garidel dans Roll. Flore t. 11, p. 145 ; 1785 brigoulo, bérigoulo dans les Cévennes, ibid. ; barigoulo à Marseille, ibid.). Le prov. est prob. issu du lat. *maurùcùla (dér. de maurus « maure » d'où « noir ») « morille » sans phénomène de syncope, avec altération de la consonne initiale peut-être (?) d'apr. les mots de la famille de balle*, et report de l'accent sur la pénultième peut-être p. anal. avec les mots prov. en -olo (FEW t. 6, 1, p. 546a) ; la forme syncopée morucla « species boleti » est attestée en lat. médiév. (Monachus Saviniensis in Vita S. Matthei Abbatis Cluniac., chap. 14 dans Du Cange) ; de *mauricula, avec phénomène de syncope, le fr. morille*.

  • LACTAIRE, adj. et subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1610 fig. « qui produit du lait » (Flor. Raemond, Naissance de l'hérésie, 544 ds Delb. Notes : « Cette mere Eglise..., c'est la colonne lactaire ou tous bons enfants chretiens viennent pour succer le dous lait de sa sainte doctrine ») ; 1704 colonne lactaire « colonne à Rome, au pied de laquelle on exposait les enfants abandonnés » (Trév.) ; 2. 1800 « qui a du lait » (Boiste) ; 3. 1816 « champignon » (A. P. de Candolle, Essai sur les propriétés médicales des plantes, 332-3 ds Quem. DDL t. 12). Empr. au lat. lactarius « qui a rapport au lait ».


Lire également la définition de barigoule, lactaire pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Lactarius deliciosus ; Arugue ; Barigoule ; Briqueté ; Catalan (Agenais) ; Catlan ; Comparo jaune (Toulouse) ; Lactaire polonais ; Marseillais ; Orangé ; Pain d'épice ; Pinet ; Pinin ; Rougillon (Languedoc) ; Roussillou ; Roussillous ; Rouzilloun ; Rouzillous ; Rude ; Safran ; Safrané ; Sanguin ; Vache rouge (Vosges) ;

*

*



Mycologie :


Louis Planchon, auteur de Les champignons comestibles et vénéneux de la région de Montpellier et des Cévennes aux points de vue économique et médical. (Impr. Centrale du Midi, Hamelin frères, 1883.) nous explique pourquoi on peut hésiter à manger un Lactaire délicieux :


Toute la plante, et surtout les feuillets, prennent, quand on les froisse, une teinte vert sale, plus ou moins foncée. Le suc qui s'écoule devient lui-même verdâtre, et cet aspect n'a rien d'engageant. Aussi ne connaît-on pas les qualités nutritives de ce Champignon, dans bien des endroits où il pousse abondamment.


Usages. Généralement très vanté par les mycologues étrangers. Les Français s'accordent assez pour lui refuser les qualités qu'indique le nom de délicieux. Je trouve qu'on est un peu injuste envers lui, et l'ai toujours trouvé très bon. Il est très estimé partout hors de France, et en Allemagne on en fait des provisions pour l'hiver.

*

*

Dans le rapport de Eric Boa intitulé Champignons comestibles et sauvages, Vue d'ensemble sur leurs utilisations et leur importance pour les populations (FAO, 2006), le Lactaire délicieux est mentionné plusieurs fois :


Sibérie : Traditions locales, choix d’espèces :

La longue histoire de cueillette s’est intensifiée avec la dégradation de la situation économique. De nombreux ménages ne peuvent se permettre des aliments importés tandis que la distribution des aliments en Fédération de Russie a baissé. De plus, les opportunités d’emploi sont réduites dans les industries minières et forestières. 18-25 espèces sont régulièrement cueillies ; Lactarius deliciosus et Boletus edulis sont les plus importantes. [...]

En Espagne du nord, Lactarius deliciosus (níscalos) sont vendus à des acheteurs de la Catalogne, permettant de gagner de petites sommes d’argent utiles. Même de bons amis refusent de révéler l’emplacement de leurs sites favoris (de Román, 2002, communication personnelle : Trade in níscalos from North Spain to Catalonia and truffle production). [...]


Dans la région de Castille et Léon, au nord-ouest de l’Espagne, le système de permis pour cueillir Lactarius deliciosus s’est effondré à Buenavista de Valdavia lorsque seulement quatre personnes ont acheté des permis en 2002, au prix d’US $30 pour une saison de six semaines. Les autres cueilleurs avaient décidé que ce n’était plus nécessaire, principalement parce que les gardes du Servicio de Protección de la Naturaleza se sont avérés être de plus en plus inefficaces dans la vérification de permis. Des cueilleurs locaux ont été concernés par l’afflux d’étrangers pour cueillir le níscalos et ont été insultés quand on leur avait demandé de montrer leur permis. Il n’y avait aucune friction évidente entre les habitants du lieu et les cueilleurs de passage des villages voisins, mais plusieurs personnes ont dit que le système de permis doit être rétabli puisqu’ils sont inquiets des perspectives à long terme de la production des champignons. [...]


Espagne (et Andorre) : USAGE DES CHAMPIGNONS SAUVAGES COMESTIBLES

Des traditions très différentes d’usage local, avec les traditions les plus fortes existant parmi les Catalans, amateurs de champignons et aussi parmi les populations Basques. Leurs intérêts entraînent un bon commerce interne de CSC. Il y a un commerce important de Lactarius deliciosus (níscalos) du nord-ouest de l’Espagne (Castille et Leon) jusqu’en Catalogne tandis que les truffes ont une importance croissante pour les populations locales des Pyrénées (de Román, 2002, communication personnelle : Trade in níscalos from North Spain to Catalonia and truffle production).

*

*

Frédéric Duhart, dans sa « Contribution à l’anthropologie de la consommation de champignons à partir du cas du sud-ouest de la France (XVIe -XXIe siècles) », (Revue d’ethnoécologie [En ligne], 2 | 2012) mentionne également la comestibilité de ce champignon :


Lorsque des champignons populaires étaient mis en vente, ils intéressaient surtout des chalands peu argentés. Au milieu du XIXe siècle, par exemple, les lactaires délicieux (Lactarius deliciosus) se négociaient au mieux à un vil prix sur les marchés d’un Albret qui les appréciait peu (Lespiault 1845 : 30).

 




Propriétés médicinales :


Marie Rampin, propose une synthèse des vertus thérapeutiques du Lactaire délicieux dans Champignons "médicinaux" : de l'usage traditionnel aux compléments alimentaires. (Thèse d'exercice en Pharmacie, Université Toulouse lll - Paul Sabatier, 2017, p. 62) :


*




Symbolisme :


Jean Després, auteur de L'univers des champignons. (Éditions Les Presses de l'Université de Montréal, 2012) signale que :


La toute première représentation historique de champignons (79 avant notre ère), un Lactaire délicieux (Lactarius deliciosus) figure sur des fresques dégagées des ruines d'Herculaneum, détruites lors de l'éruption du Vésuve.

*

*



8 vues

Posts récents

Voir tout