Blog

  • Anne

Le Fenugrec




Étymologie :

  • FENUGREC, subst. masc.

Étymol. et Hist. Ca 1256 fiens grec (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, p. 72, 21 ds T.-L.); xiiies. fenugreu (Livre des simples médecines, éd. P. Dorveaux, § 201, p. 37). Adaptation du lat. class. f(a)enum graecum littéralement « foin grec », b. lat. f(a)enugr(a)ecum.


Lire également la définition du nom Fenugrec afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Trigonella fœnum-graecum ; Alfaver ; Chèn'ré ; Cornebœuf ; Fenegré ; Fenouil grec ; Fin Grec ; Foin grec ; Sènegrain ; Sénégrain ; Sènegré ; Trigonnelle ; Trigonnelle fenugrec ;

*

*




Botanique :


Selon Catherine Billaud et Jean Adrian auteur d'unarticle intitulé "Le fenugrec: Composition, valeur nutritionnelle et physiologique." (Sciences des aliments, 2001, vol. 21, pp. 3-26) :


Le fenugrec (Trigonella foenum-graecum L.) est une papilionacée ou fabacée, de la famille des trigonelles caractérisées par des feuilles trifoliées. Il s’agit d’une plante annuelle, de 30 cm à 1 m de haut, presque glabre, à petites fleurs blanches. Elle produit des gousses oblongues, légèrement aplaties et arquées de 10 à 15 cm de long, renfermant chacune 10 à 20 graines. La plante se développe dans toute la zone subtropicale, autour du bassin méditerranéen, dans l’ensemble de la péninsule indienne, en Amérique du Nord, etc. Elle est utilisée depuis l’Antiquité : les Égyptiens consommaient la graine et donnaient fanes et fourrage au bétail. Elle fournissait également du fourrage aux anciens Grecs, comme son nom l’indique (faenum : foin, graecum : grec) ; les Romains consommaient la plante en tant que légume et utilisaient la graine pour aromatiser leurs vins. Pendant longtemps, le fenugrec fut cultivé en Provence et en Languedoc. Le feuillage entre toujours en alimentation humaine et animale. Les jeunes pousses sont consommées comme légume vert ; quant au fourrage, sa bonne qualité a été confirmée récemment par MIR et al. (1993, 1998). Cependant, par ses usages de condiment aromatique, par sa composition originale et par ses multiples propriétés pharmacologiques — décrites très récemment par SAUVAIRE et al. (2000) — la graine de fenugrec occupe une place particulière en alimentation. [...]

Le fenugrec renferme un dérivé du furanone, le 3-hydroxy 4,5-diméthyl 2- furanone, tenu pour responsable de son odeur très tenace (GIRARDON et al., 1986). Ce composé confère à la graine un goût prononcé, perçu comme douceâtre, assez volontiers comparé à celui du sucre brûlé. Une telle perception résulte, pour une part au moins, de la présence d’un autre dérivé du furane, de nature cétonique (SEWELL et al., 1999). Il s’agit du sotolone, présent également dans le sucre de canne non raffiné et dans certains vins, dont l’arôme est considéré comme sucré à faibles concentrations et proche du curry à plus fortes doses. Le fenugrec renferme encore d’autres composants aromatiques comme des alcanes et des sesquiterpènes (MAX, 1992). Sa saveur elle-même est généralement considérée comme particulière sans être désagréable.

Ces propriétés sensorielles sont exploitées de diverses façons en alimentation humaine. De tous temps, la plante comme la graine furent considérées comme des ressources aromatisantes. Récemment, ces denrées ont fait l’objet de brevets en vue de la fabrication d’assaisonnements et de mélanges aromatiques (DE 39.03.507 C1 ; EP 0.888.77 A1). Par ailleurs, le commerce international du fenugrec est régi par des spécifications diverses (CEE, JO du 1er septembre 1969, L 220 ; ISO, 1982 ; RAVINDRAN, 1997).

En Amérique du Nord, la graine est proposée comme substitut du sirop d’érable. En Inde, où le fenugrec est un élément traditionnel de l’alimentation, les usages sont multiples. La graine (methi dana) et les feuilles (methi) entrent classiquement dans la préparation du curry et d’autres condiments comme le chutney. Lorsque la graine est légèrement rôtie puis broyée, elle constitue un aromate important des conserves au vinaigre. De leur côté, les feuilles fraîches sont consommées comme légume ; à l’état séché (kasoori methi), elles entrent dans la composition du curry et d’autres assaisonnements.

En Égypte et au Proche-Orient, les usages sont sensiblement comparables. Les graines sont aussi employées en fromagerie, en pâtisserie ou en boulangerie (EL-KADY et al., 1991) ou pour la confection de boissons chaudes (ELMADFA et KUHL, 1976). Dans tous ces pays, la graine est généralement consommée cuite, après avoir subi ou non une germination de quelques jours. En Grèce, elle est utilisée fréquemment bouillie avec du miel.

Enfin, dans de nombreuses régions asiatiques, le fenugrec continue à faire partie de la pharmacopée, par tradition mais aussi pour des raisons économiques évidentes en raison de son coût très modeste par rapport aux spécialités pharmaceutiques modernes. La graine est souvent employée en raison des propriétés visqueuses et émulsifiantes de ses galactomannanes. C’est pourquoi on retrouve des pâtes utilisées en cataplasme contre des infections cutanées et des pathologies oculaires et aussi recommandées en lavement contre les coliques. Ces usages s’appliquent en médecine humaine et vétérinaire.

*

*




Usages traditionnels :


Nadège Dusser Lauge, auteure d'une thèse intitulée Etudes de plantes médicinales du Maghreb : usages traditionnels et études phytochimiques. (Diss. Université Toulouse III-Paul Sabatier, 2017.) :


On possède des données d’utilisation du fenugrec dès 1500 avant J.-C. En effet, on trouve une prescription destinée aux brûlures qui comprend du fenugrec dans le papyrus Eber. Au Maghreb, c'est une véritable panacée et comme la nigelle et le harmel, son usage a été recommandé par le prophète.


Voie orale :

  • Les graines de fenugrec, sous forme de farine ou de décocté, sont conseillées aux enfants rachitiques ou chétifs, aux convalescents et aux jeunes femmes désireuses de prendre du poids. En effet, le fenugrec est utilisé pour stimuler l’appétit, reconstituer les forces et faire prendre de l’embonpoint. On prend le décocté le matin à jeun ou la farine au cours des repas, le plus souvent incorporés à des soupes. Le fenugrec est parfois additionné de quelques graines de nigelle.

  • Une bouillie de mil-chandelle (millet noir) associé à du fenugrec à prendre pendant plusieurs semaines est utilisé pour accélérer la réparation de l'os lors de fractures.

  • Les graines de fenugrec sont utilisées dans le diabète sucré (diabète de type 2).

  • Elles sont également utilisées pour faciliter l’accouchement. Les femmes allaitantes les prennent aussi comme galactogène.

  • Autres usages par voie orale : le bûmezwi (palpitations de l’aorte abdominale accompagnées d’angoisse), anémie des tuberculeux, ictères, troubles gastroduodénaux, fièvres, toux, constipation, stérilité, aphrodisiaque

  • Les marocains utilisent également les graines comme condiment pour la ḥrîra (soupe de farine et de féculents), le berkûkes (soupe de pâtes maison très prisée dans l’Oriental marocain) et pour la préparation de certains plats.

Usages externes :

  • Le macéré de graines est utilisé en frictions capillaires pour fortifier, embellir les cheveux et pour l’élimination des pellicules.

  • Des cataplasmes fait avec de la farine de fenugrec, parfois mélangée à du vinaigre, sont utilisés comme émollients et anti-inflammatoires dans diverses affections cutanées (furoncles, enflures, ulcérations et engelures)

  • Des emplâtres fait également avec de la farine de fenugrec sont employés pour consolider les fracturés.

Les graines de fenugrec ont l’inconvénient de colorer la sueur en jaune, déteignant sur les vêtements, et de donner au corps une mauvaise odeur, mais la plante a une telle réputation d'efficacité que ce désagrément est perçu comme mineur.

*

*




Symbolisme :


Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), la Trigonelle Fenugrec (Trigonella fœnum-graecum) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Mercure

Élément : Air

Divinités : Apollon-phoïbos (le brillant) ; Hermès Trlsmégiste

Pouvoirs : Réussite sociale ; Succès ; Argent.


Cette variété de Trigonelle ne se fait guère remarquer par sa taille (rarement plus de 40 cm), cependant elle ne passe pas inaperçue : le Fenugrec dégage en effet une odeur nauséabonde qui imprègne tout ce qui l'entoure dans un rayon de plusieurs mètres ; et ses fruits en forme de longs éperons pointus ont éveillé la curiosité des botanistes. Ce sont des gousses, ressemblant assez à un gros haricot vert, mais devenant brunes à maturité et se terminant par un dard. Chacune de ces gousses contient une vingtaine de graines irrégulières, toutes bossues et cabossées. Ce sont ces graines, et parfois les sommités fleuries, qui nous concernent. Il suffit de les ébouillanter pour leur faire perdre leur odeur repoussante.


Utilisation magique : Le Fenugrec est la plante de ceux qui désirent cultiver, voire développer, leur narcissisme ; veillez simplement à ne pas devenir « puant d'orgueil ».

Si vous faites partie de ces gens que la réussite matérielle obsède, alors n'hésitez pas et faites largement appel aux vertus de la Trigonelle odorante. Faites-en des infusions à boire le soir (le goût est très acceptable) et endormez-vous en pensant aux succès que vous aimeriez avoir. Ajoutez à votre bain de l'eau dans laquelle ont bouilli trente à quarante graines.

La sueur augmente considérablement les propriétés actives du Fenugrec. Un Jour où vous n'êtes pas appelé à sortir le soir, autorisez-vous à sentir mauvais pendant quelques heures et faites l'expérience suivante : provoquez la sudation par la méthode de votre choix (par exemple deux Aspirines dans une décoction de salsepareille) ; mettez des lainages, enveloppez-vous dans une grosse couverture et glissez sous chaque aisselle, à même la peau bien sûr, une graine fraîche de Fenugrec. Allongez-vous et ne bougez plus. Quand vous transpirez abondamment, faites une relaxation en imaginant que vos désirs de succès et de gloire se réalisent. Rien ne vous empêche de voyager dans le temps. Transportez-vous dans l'époque où vous auriez aimé vivre et visualisez intensément une scène de triomphe dont vous êtes le héros.

Les armateurs de la République de Venise, lorsqu'ils attendaient d'Orient un navire chargé de richesses incalculables, avaient dans leur cabinet de travail un pot, ou un bocal, dans lequel ils mettaient, chaque jour que durait le voyage, deux graines de Trigonelle odorante. S'il arrivait malheur au vaisseau, on jetait les graines à la mer un jour de tempête. Cette opération avait pour but d'apaiser les forces maritimes et d'implorer leur clémence pour les autres navires de la flotte. Si le vaisseau arrivait à bon port, l'armateur enfouissait toutes ces graines dans un coffre rempli de pièces d'or.

Dans l'Italie morcelée, ravagée du XVI e siècle, à cette époque où les princes condottieri passaient constamment d'un parti à l’autre, dévorant, selon l'expression de l'un d'eux, « l'artichaut du Milanais feuille àfeuille » les jeunes seigneurs ambitieux avaient eux aussi recours à cette plante, divine pour les uns, diabolique pour d'autres. Ils faisaient pousser du Fenugrec sur leur balcon, face au soleil levant, et chaque matin au réveil Ils adressaient à l'herbe une prière circonstanciée :

« Apollon-phoïbos, toi qu'on appelle le Brillant, fais de moi un grand condottiere dont le nom passera à la postérité. »

« Trigonelle, ma graine belle, fais s'il te plaît que je devienne un mécène immensément riche. »

« Trigonelle-trismégistos, tu sais, toi, que je suis différent des autres ; fais que les hommes reconnaissent et honorent cette différence ! »

*

*

15 vues

Posts récents

Voir tout