Blog

  • Anne

Le Belvédère




Étymologie :

  • ANSÉRINE, subst. fém.

ÉTYMOL. ET HIST. − 1788 (Ch. Linné, Philos. bot., trad. du lat. par F.A. Quesné, Paris, Cailleau ; Rouen, Leboucher, p. 180 : Les Plantes qui marchent sous le même drapeau, ne doivent point être séparées par d'autres genres intercalés, quand elles sont tellement alliées qu'on n'apperçoit point les limites. Morgeline. Alsine. Prime-vere. Primula... Ansérine. Chenopodium). Dér. du rad. du lat. anser, anseris « oie » (dep. Plaute, Truc., 252 ds TLL s.v., 124, 8) à cause de l'anal. de forme entre les feuilles larges de cette plante et les pattes palmées de l'oie ; suff. -ine*.

  • BELVÉDÈRE, subst. masc.

ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1512 « pavillon construit dans un lieu d'où la vue est agréable, ou au sommet d'un édifice d'où la vue est étendue » (J. Le Maire, Illustrations, 1, 33 dans Quem. : Le palais du pape qu'on dit maintenant belvedère en italien) ; 2. 1536 bot. « sorte de plante, dite aussi belle-à-voir [kochia scoparia] » (Rabelais, Lettre à Monseigneur de Maillezais [écrite à Rome 15 févr.], éd. Marty-Laveaux, t. 3, p. 360 : On vend bien icy encores d'aultres granes, comme d'Oeillets d'Alexandrie, de violes matronales, d'une herbe dont ils tiennent en esté leurs chambres fraisches, qu'ils appellent Belvedere). 1 ital. belvedere (Brunot t. 2, p. 209 ; Sar., p. 20; Wind, p. 120 et 148 ; Nyrop t. 1, § 43), attesté dep. le xvie s. (DEI), cf. Panzini, Dizionario moderno delle parole che non si trovano nei dizionari comuni, 1re éd. 1905 dans Batt. : Belvedere (o Bellavista o Bellosguardo) è bella nostra parola antica [...]. La voce belvedere è stata trasportata anche in francese e in altre lingue in significato press'a poco consimile, o di terrazza, o di edificio staccato in bella postura. 2 ital. belvedere (Sar., op. cit., Wind, op. cit., Sain. Lang. Rab., p. 148) attesté av. 1540 (DEI). L'ital. belvedere est composé de l'adj. bel « beau » et du verbe vedere « voir ».


Lire également la définition des noms ansérine et belvédère afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Bassia scoparia ; Kochia scoparia ; Ansérine à balais ; Ansérine-belvédère ; Bassia à balais ; Bassie à balais ; Belle-à-voir ; Boule de feu ; Eté cyprès ; Faux cyprès ; Herbe à poux ; Kochia à balais ; Kochie.

*

*




Botanique :


*




Usages traditionnels :


Sur le site Compléments alimentaires, on peut lire :


Le kochia à balais porte bien son nom de balai, en effet la totalité de la plante sert depuis des siècles pour cet usage. Mais elle est exploité à d’autres fins soit alimentaires puisqu’elle est employée comme fourrage pour le bétail, mais sous certaine réserve elle doit être mélangé à d’autres herbes et ne peut être utiliser seul et sur la durée, il est avéré qu’elle pouvait devenir toxiques pour les animaux, entraînant une perte de poids et de l’hyperbilirubinémine (excès de globules rouges) et bien d’autres encore.

Il est avéré qu’elle avait une utilité en tant que plante ornementale, et qu’elle était capable d’assainir les sols contaminés par des hydrocarbures. Mais dans certains pays comme le Canada et certains états d’Amérique, elle est classée comme nuisible et mauvaise herbe puisqu’il fut démontré sa capacité à développé une résistance à l’insecticide.

*

*



Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé. Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) évoquent rapidement le symbolisme du belvédère :


BELVEDERE - JE VOUS DÉCLARE LA GUERRE.

Le Belvédère est l'Ansérine à balais ; cette plante ressemble au cyprès pyramidal. Dans quelques contrées d'Italie, on en présente les tiges à ceux qu'on veut insulter.

*

*

5 vues

Posts récents

Voir tout

Le Tou