Blog

  • Anne

La Trémelle




Étymologie :

  • TRÉMELLE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1765 subst. fém. trémella (Encyclop. t. 16) ; 1803 trémelle (Boiste). Empr. au lat. bot. mod. tremella, de même sens, 1741 d'apr. Rob., 1770 (Linné Syst. nat. t. 3, p. 714), de tremulus « qui tremble », v. tremble.

  • NOSTOC, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1762 nostoch (L. Liger, Œconomie gén. de la campagne, t.1, p.568). Mot créé par le médecin suisse Paracelse au xvie s. dans un texte lat. (nostoch, v. Littré), d'orig. inc. (EWFS2) ; cf. angl. nostoc 1650 ds NED et nostoch 1652 ds Latham.


Lire également la définition des noms trémelle et nostoc afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Tremella ; Champignons gelées ;

Nostoc ; Beurre de sorcière ; Crachat de lune ; Crachat du diable ; Œufs de jument ; Morve d'étoile ; Merde du coucou ; Star jelly (« gelée étoilée ») ;

*

*




Usages traditionnels :


Selon Pierre Antoine Renaud, auteur d'une Flore du département de l'Orne. (Malassis, 1804) :


La trémelle mésentériforme mérite d'être recherchée par ceux qui s'occupent des belles teintures : mise en infusion dans l'eau, elle donne une couleur de bistre rougeâtre très agréable.

 

*

*




Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé. Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) évoquent rapidement le symbolisme de la trémelle nostoc :


TRÉMELLE NOSTOC - RÉSISTANCE.

La Tremelle est une plante gélatineuse qui a beaucoup occupé les savants et qui, jusqu'ici, a échappé à leurs recherches. Elle est fort célèbre chez les alchimistes, qui s'en servaient pour préparer la pierre philosophale et la panacée universelle, comme d'une émanation des astres. D'autres savants n'ont voulu voir dans cette gélatine, que la déjection des hérons qui ont mangé des grenouilles. D'autres y ont vu un véritable animal ; mais il semble que, pour échapper à toute recherche, cette plante se transforme en plusieurs plantes analogues, qui toutes se transforment les unes dans les autres. On la trouve dans les allées des jardins, dans les prairies. Je l'ai quelquefois vue, après des nuits fraiches et pluvieuses, couvrir entièrement le sol des bosquets des Tuileries ; mais quelques heures de soleil la faisaient disparaître. Enfin on ne sait encore rien de positif sur la Tremelle, c'est un secret de la nature qui répond au tout est dit des ignorants.


NB . il y a ici confusion entre le champignon du genre Tremella et le nostoc, genre de cyanobactéries.

*

*

5 vues

Posts récents

Voir tout