Blog

  • Anne

La Scille maritime





Étymologie :

  • SCILLE, subst. fém.

Étymol. et Hist. xiiie s. esquille (Simple medicines, fo 37 rods DG) ; xve s. squille (Le Grant Herbier, n° 461, J. Camus ds Gdf. Compl.) ; 1549 scille (L. Fousch, Commentaires de l'hystoire des plantes, 40b ds R. Ling. rom. t. 42, p. 452). Empr. au lat. scilla (empr. au gr. σ κ ι ́ λ λ α), qui a d'abord désigné la scille ou oignon marin, puis des plantes à bulbe (v. André Bot.).


Lire également la définition du nom scille afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Scilla maritima ; Drimia maritima ; Fausse-seille ; Jacinthe de mer ; Oignon marin ; Ornitogale de mer ; Ornithogle ; Scille de mer ; Scille officinale : Squille ; Squigne ; Urgine de mer ; Urgine scille ; Urginée ; Urginée fausse-scille ; Urginée maritime ;

*

*



Botanique :


*





Symbolisme :


Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), la Seille maritime (Scilla maritima) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Mars

Élément : Feu

Pouvoirs : Gains matériels.


Utilisation magique : La particularité de cette plante est un bulbe énorme, de la forme et de la dimension d'une grosse betterave, pesant parfois plusieurs kilos. On peut en faire la culture sur carafe, exactement comme on le fait avec la plupart des fleurs à bulbe. On met une pièce de monnaie dans l'eau de culture, on pose l'oignon sur le col de la carafe ou du vase, et on traite la « jacinthe de mer » comme les autres jacinthes, c'est-à-dire qu'on la laisse dans l'obscurité (cave ou placard) pendant six semaines à deux mois, pour ne la sortir que lorsque les feuilles sont bien apparentes et que les racines ont atteint dix à quinze centimètres. Cette phase d'enracinement terminée, on sort la Seille de son « cachot » et on la rentre dans la maison où elle est exposée cette fois en pleine lumière pour tout le temps que durera son épanouissement.

Une Seille cultivée de cette façon, avec une pièce de monnaie dans ses racines, est porte-chance.

*

*




Mythes et légendes :

D'après Angelo de Gubernatis, auteur de La Mythologie des plantes ou les légendes du règne végétal, tome 2 (C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 1882),


SCILLA. — Oignon marin (Scilla maritima L.), consacré au dieu Typhon en Égypte. A Péluse, il y avait même un temple en son honneur ; les momies des femmes égyptiennes la tiennent souvent à la main, symbole probable de génération perpétuelle. On la plantait sur les tombeaux ; on la suspendait dans les maisons, pour en éloigner les mauvais esprits. En Arcadie, dans la fête du dieu Pan, on jetait l’oignon marin sur la statue du dieu.

*

*

4 vues

Posts récents

Voir tout