Blog

  • Anne

La Rave





Étymologie :

Étymol. et Hist. Ca 1195 [ms. fin xiiie s.] vivre de pain et de rabes (Ambroise, Guerre sainte, éd. G. Paris, 10096 [:ábes]) ; 1322 fr.-prov. rave (d'apr. Bl.-W.1-5) ; ca 1393 raves (Ménagier, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p. 121, 36). Rave est une forme fr-prov. (on notera aussi dès le xiiie s. a. liég. rave, influencé par la forme liég. rape) corresp. à l'a. fr. reve (xiie s., Gloss. Tours, éd. L. Delisle ds Bibl. Éc. Chartes, 6esérie, t. 5, p. 331 ; survit en Nivernais, Champagne et Franche-Comté, v. FEW t. 10, p. 69b), issu du lat. rapa, plur. du subst. neutre rapum « rave, navet », empl. comme fém. sing. (Celse, Columelle, André, Bot., p. 270). La forme rabe est d'orig. mérid. (a. prov. raba 1233-35, Peire de La Mula ds Rayn.), peut-être parce que cette racine constituait au Moy.-Âge la principale nourriture des habitants du Limousin et de l'Auvergne (G. Paris, éd. citée, p. XXXVIII). Rave « navet » a pu être confondu avec rave « radis » (fin xie s. judéo-fr. rafne, Gl. de Raschi, éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 869 ; xiie s. ravene, Gloss. de Tours, ibid. ; ca 1200 rabe, Jean Bodel, Saisnes, éd. F. Menzel et E. Stengel, 4572 [forme d'orig. mérid.] ; ca 1223 raffle, Gautier de Coinci, Miracles, éd. V. F. Koenig, 2 Mir 12, 184 ; 1530 rave, Palsgr., p. 260b encore noté par Ac. 1878 ; 1600 rave douce O. de Serres, Théâtre d'agric., Genève, M. Berjon, 1611, p. 633), issu du lat. raphanus « raifort, radis » (André Bot., p. 270). Deux procédés ont contribué à lever l'ambiguïté entre rave « navet » et rave « radis »: l'empl., pour désigner ce dernier, de nombreux dér. (FEW t. 10, pp. 64a-65b), d'autre part, l'empr. à l'ital. du mot radis*.


Lire également la définition du nom rave afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Rabe ; Rabette ; Rabioule ; Rabiole ; Ravette.




Botanique :


Rave n'a pas de signification précise en botanique. D'après Wikipedia :

L'utilisation du mot rave seul, trop imprécis, tombe aujourd'hui en désuétude en dehors des domaines historique et littéraire mais Il rentre encore dans la formation de noms composés :

  • betterave - Beta vulgaris

  • chou-rave

  • brocoli-rave

  • céleri-rave - Apium graveolens

  • radis-raves : variétés de radis longs et pointus5,

et de noms de variétés :

  • Rave d'Auvergne hâtive à collet rouge : variété de navet légume

  • Rave d'Auvergne : variété de navet fourrager

  • Rave du Limousin : variété de navet fourrager

  • Rave d'automne : certaines variétés de navet en Suisse6

  • Radis-rave d'Amiens

  • Céleri-rave d'Erfurt.

Une monographie sur la rave sauvage et sa présence en Suisse.




Symbolisme :

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Les semences de rave passaient pour guérir les enfants de la variole « à cause que ses grains sont semblables aux taches de ce mal ».

Selon un usage de Suisse romande, pour connaître la personne que l'on épousera, il suffit, la veille de Noël, de peler une rave en obtenant un seul ruban, puis de jeter la pelure de la main gauche et par-dessus sa tête : celle-ci formera une lettre désignant le futur conjoint.

Pour avoir de nombreuses et belles raves, il faut les semer le vendredi saint (nord de la France, Valenciennes), de préférence par une personne qui a une grosse tête (Quercy). Dans le même but, les fermiers du Limousin faisaient neuf fois le tour d'une pièce ou de leur champ le jour du carnaval.

*

*




Mythologie :


Selon Angelo de Gubernatis, auteur de La Mythologie des plantes ou les légendes du règne végétal, tome 2 (C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 1882),


RAVE. — La rave, ainsi que la raiponce (cf.), a une signification funéraire. C'est pour une rave que le loup et le renard se querellent (cf. Avoine). Dans les Kindermàhrchen des frères Grimm (n° 146), une rave pousse au fratricide. La rave, comme la raiponce, se change facilement dans la tradition populaire en une personne vivante. J'ai déjà remarqué ailleurs que certains proverbes, pris maintenant dans un sens ironique et négatif, étaient à l'origine de simples affirmations, ou, pour mieux dire, des énigmes. Tel est, par exemple, le proverbe italien : Trar sangue da una, rapa (tirer du sang d'une rave). Dans les contes populaires, on verse précisément du sang à cause d'une rave ; la rave, ensuite, dans les mêmes contes, se ranime, pousse et devient un homme. Ainsi le proverbe, si on l'explique mythologiquement, a un sens très clair ; sans cela, on ne devinerait jamais pourquoi le langage populaire serait allé choisir précisément la rave, qui pourtant a du suc, comme terme de comparaison pour indiquer quelque chose de sec, dont on ne peut absolument rien tirer. Le proverbe, ayant perdu sa première forme énigmatique, a pris aussi une autre signification, assez grotesque, qui nous frappe maintenant, à cause précisément de son étrangeté. D'après une légende germanique, évidemment solaire, le diable nocturne, le génie de la montagne profite de l'absence du fiancé (le soleil), pour faire sa cour à une jeune princesse ; la princesse désire avoir des compagnes : le génie arrache des raves, qu'elle touche avec une verge magique et change en jeunes filles ; mais celles-ci demeurent jeunes, seulement autant que les raves conservent leur suc ; alors, le génie lui fournit d'autres raves fraiches; elle en touche, avec sa verge, une qui devient abeille; la princesse l'envoie comme messagère à son époux, pour lui apprendre qu'elle est prisonnière du génie : l'abeille ne revient pas; elle en touche une seconde qui devient grillon, et dépêche le grillon auprès de son époux ; mais le grillon non plus ne revient pas ; elle en touche une troisième qui devient cigogne, la cigogne ramène l'époux. Alors, la princesse engage le génie à compter les raves ; pendant qu'il compte, — et de là est venu, dit-on, au génie de la montagne, le nom de Riibezahl (le compte des raves), — la princesse touche de sa verge une rave et en fait un cheval. Sur ce cheval, les deux époux se sauvent.

*

0 vue