Blog

  • Anne

La Punaise





Étymologie :


Étymol. et Hist. 1. 1256 « petit insecte à corps aplati et d'odeur infecte » (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 142, 26) ; 2. a) 1836 « femme de mauvaise vie » (Vidocq, Voleurs, t. 2, p. 38) ; b) 1901 punaise de sacristie (Bruant, p. 314) ; 3. 1846 « petit clou à tête plate et ronde, à pointe courte » (Besch. Suppl.) ; 4. 1947 punaise! exclam. (Genet, loc. cit.). Fém. de l'adj. punais*, empl. subst. Le lat. class. cimex survit dans le domaine d'oc (a prov. cimia, pour les formes mod. v. FEW t. 2, p. 673, ital. cimice, esp. chinche).


On peut lire également la définition du nom punaise afin d'amorcer l'interprétation symbolique de cet animal.

*




Littérature :


Nicolas Bouvier dans son récit de voyage intitulé Le Poisson-Scorpion (Co-Éditions Bertil Galland et Gallimard, 1982 ; Éditions Gallimard, 1996) évoque la chambre d'une auberge dans laquelle il a séjourné :


« Avez-vous une chambre bon marché ma belle ?

elle vous coûtera moins que le soleil mon ami !

Des punaises ?

Quantité de punaises, Dieu soit loué ! »

Dylan Thomas


La chambre coûte une roupie par jour. Le soleil ne coûte rien : il l'allume, il s'y promène, il y fait naufrage dans des murs crépis d'un outremer indicible que l'humidité festonne de taches plus sombres. Quant à notre médiocre punaise-des-lits (Cimex lectularius), la nature ne l'a pas suffisamment armée pour affronter ce qui l'attend ici. « Dieu soit loué ! »

*

*