Blog

  • Anne

L'Airelle





Étymologie :


Étymol. ET HIST. − 1596 (Hulsius, Dict. françois-alemand et alemand-françois d'apr. Behrens ds Z. fr. Spr. Lit. t. 23, 2e part., p. 10 : airelle, steinberlein und schwarzebeer). Empr. à un mot dial. du Massif Central (Chamalières éi̭réla, Recharenge ai̭relo ds Nauton, Atlas ling. du Massif Central, t. 1, 1957, carte 212, points 9 et 4) ou des Alpes (voir Rolland, Flore pop., t. 7, p. 235 et Dauzat Ling. fr. 1946, pp. 243-244), dér. d'un simple attesté par le prov. mod. aire, du lat. ater « noir ».


Lire également la définition du nom airelle afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Croyances populaires :


Selon Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani :


Les airelles sont très bénéfiques : non seulement elles agissent contre les maléfices et les malédictions, mais de plus, elles attirent la bonne fortune : "En Forêt Noire, au mois d'août, la maîtresse de maison met un point d'honneur à placer sur le dessus du buffet une corbeille remplie de ces baies rouges : elles attireront la chance sur ce foyer pendant toute l'année."

Les personnes tristes et mélancoliques ont tout intérêt à manger beaucoup d'airelles, y compris sous forme de tarte ou de confiture, car ces baies, probablement en vertu de leur couleur, leur redonneront la joie de vivre.

Faire des fumigations de branches vertes d'airelles sept soirs de suite dans sa chambre favorise les rêves divinatoires.

En Pologne, notamment dans la région d'Olsztyn, l'airelle des marais qu'on répandait devant les portes éloignait les farfadets : "Lorsque les farfadets sortaient des marécages, la nuit, ils commençaient par s'infiltrer dans le cabaret fermé pour y vider plusieurs bouteilles d'eau-de-vie. Puis, soûls comme des grives, ils essayaient de s'en prendre aux maisons. Les baies roulaient sous leurs pieds, et les lutins ivrognes dégringolent les uns sur les autres en poussant force cris et jurons."

*

*

1 vue