Blog

  • Anne

Ruis





Ogham :


Dans Le Tarot Celte des arbres (Édition originale, 1998 ; Traduction française Le Courrier du Livre, 2001) Liz et Colin Murray associent Ruis à :

Couleur : Rouge.

Chiffre : 13 qui symbolise la Renaissance et la Transmigration.


Dans le folklore, il est dit qu'il est mauvais de faire un berceau d'enfant en bois de sureau ; il doit toujours être en bouleau, bois qui favorise les commencements. Dans le calendrier oghamique, le Sureau gouverne le treizième mois. Il s'agit, en fait d'une période de trois jours, un moi "bouche-trou", finissant à Samhain, la dernière nuit de l'année, appelée maintenant Hallowe'en. La nouvelle année, le 1er novembre, et le mois du Bouleau viennent juste après. Le Sureau, au tronc particulier, creux et moelleux, est un arbre de régénération. Ses branches endommagées repoussent tout de suite et il s'enracine et pousse rapidement partout.

L'ïle d'Anglesey, Mina, était appelée à l'époque préromane Mona mam Cymru (ce qui signifie Anglesey la Mère des Galles). C'est parce qu'elle était plate, au climat doux et fertile. Elle nourrissait le reste du pays, et était le grenier ou la huche à pain qui fournissait la nourriture. On se souvient aussi d'elle comme le site du massacre des derniers Druides par les Romains. Ils combattirent bravement, mais rares furent ceux qui en réchappèrent, et leur pouvoir et leur prestige ne survécurent pas. Les Celtes étaient des guerriers sans peur à cause de leur foi dans le Chaudron de la Renaissance : en se plongeant ans le Chaudron, ils retrouvaient la vie et la force, et pouvaient retourner au combat jusqu'à la victoire.

Cette carte est liée aux éternels tournants que sont la mort, la naissance et la renaissance. Elle représente la fin dans le commencement et le commencement dans la fin ; la vie dans la mort ; le rejet des démons de l'ancienne année, le renouveau et la créativité de la nouvelle ; l'atemporalité du cycle par lequel la disparition de l'ancienne époque est toujours équilibrée par le nouveau départ de la naissance. Cette carte n'a pas de position inversée. Le cercle tournera toujours, le changement et la créativité venant de l'ancien et apportant le nouveau. Tout est continuellement lié car les phases de la vie et de l'expérience se répètent sous des formes subtilement différentes, menant toujours au renouveau.


Mots-clefs : La Fin dans le commencement et le commencement dans la fin.

Treizième mois : les trois derniers jours d'octobre.

*

*

Selon Gwyddhyon, auteur de Ogham, Le Yi-King celtique des arbres (Éditions Chariot d'Or, 1999), le sureau noir est associé à diverses caractéristiques :

"Nom : Ruis

Lettre : R

Monde végétal : Sureau (Sambucus nigra)

Signification : La fatalité ; l'inspiration ; l'intelligence

Symbole : Le feu de l'esprit

Couleur : Noire ; Rouge

Direction cardinale : Sud


Triades celtiques : Il existe trois causes à la fatalité : - connaître le fruit de chaque existence - connaître toutes choses - forger sa force intérieure pour triompher de l'illusion.


Monde de l'épreuve de l'Abred : Pour les Celtes, le sureau était une sorte de panacée, un arbre régénérateur. Après les épreuves et la purification imposés par le prunellier, le sureau apporte la régénération par sa force douce, maternelle, féminine qui nourrit et soutient le feu masculin de l'esprit.


Monde des âmes de Kenmill : Les baguettes de sureau étaient employées dans l'Irlande antique pour accéder à la vision de l'Autre Monde et communiquer avec leurs habitants. Percevoir le monde dans sa globalité, avec communion, c'est faire confiance à la Nature comme vecteur de communication.


Monde ultime de Keugant : Résoudre le mystère du monde ne semble pas à la portée des simples mortels. Le sureau montre que le monde des fées et notre quotidien ne sont séparés que par le manque de respect et de confiance en la nature ultime des choses. Keridwen, la Mère est aussi la "Porte du Monde Divin".


Images :

Une brûlure intense.

"Le sureau, long à brûler se montre avec l'if, au milieu des feux de la bataille."

J'ai la puissance des vagues de la mer."

*

*

Selon Alain Gesbert, auteur de B. A. - BA Oghams divinatoires (Éditions Pardès, 2002), l'ogham Ruis est associé à :


Arbre : Sureau.


Mots clés : Changement ; Évolution.


Association complémentaire : Hasard heureux ; Nouvelles opportunités.


Lettre : R.


Couleur : Rouge sang.


Ruis se rapporte aux changements, plus précisément aux cycles et à la transition entre chacune de ces étapes. Il n'y a pas lieu de résister au changements évoqués par Ruis. En effet, cet ogham est un excellent indice de hasard heureux, avec de nouvelles opportunités. Le changement est inévitable, mais ne le refusez pas, surtout quand il est en votre faveur.

Le défi de Ruis est de détecter le début des nouveaux cycles de changement. La stagnation pourrait en résulter, si vous avez peur du changement en lui résistant trop.

Visualisez ou imaginez un cercle, un cercle de feuilles vertes, rousses. puis, voyez un arbre en hiver avec ou sans neige. Voyez le même arbre au printemps et associez-y l'évolution naturelle de la vie sans fin.

*





57 vues