Blog

  • Anne

La Tique





Étymologie :

  • TIQUE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1464 (Lagadeuc, Catholicon ds Gdf. Compl.). Prob. empr., pendant la Guerre de Cent Ans, au m. angl. tike « id. »; cf. angl. tick « id. », v. FEW t. 17, p. 329a.


Lire également la définition du nom tique afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*




Zoologie :


Selon Frans de Waal, auteur de Sommes-nous trop "bêtes" pour comprendre l'intelligence des animaux (Édition originale 2016 ; traduction française : Éditions Les Liens qui Libèrent, 2016) :


"Afin d'illustrer ce nouveau concept [Umwelt], Uesküll nous balade dans différents mondes. Chaque organisme, explique-t-il, ressent son environnement à sa façon. Aveugle, la tique grimpe sur un brin d'herbe et y reste jusqu'à ce qu'elle détecte l'odeur de l'acide butanoïque provenant de la peau d'un mammifère. Des expériences ont montré que cet arachnide pet tenir dix-huit ans sans se nourrir. La tique a donc tout le temps de rencontre un mammifère, de sauter sur sa victime et de se gorger de sang chaud. Après quoi, elle est prête à pondre et à mourir. Pouvons-nous comprendre l'Umwelt de la tique ? Il semble incroyablement pauvre par rapport au nôtre, mais pour Uexküll cette simplicité est une force : son but est bien défini et elle rencontre peu de distractions.

*




Symbolisme :

*




Littérature :


Dans le roman policier de Fred Vargas intitulé Dans les Bois éternels (Éditions Viviane Hamy, 2006), la tique devient la métaphore du soupçon :


"- Quand le soupçon vous tombe dessus, on ne peut plus jamais s'en défaire. Il se plante dans votre peau comme une tique. On arrache la tique, mais les pattes restent à l'intérieur et s'agitent.

- Un peu comme l'araignée de Lucio, compléta intérieurement Adamsberg."

*