top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Le "Sent-bon" des Sylphides



Étymologie :


Autres noms : Trametes suaveolens - Bolet odorant - Bolet suave - Tramète douce - Tramète odorante - Tramète parfumée -

*




Mycologie :

Pour en apprendre davantage sur ce champignon, vous pouvez en lire la description sur le site Mycorance.free.fr ou en version pdf


 

D'après Jean-Baptiste de Panafieu, auteur de Champignons (collection Terra Curiosa, Éditions Plume de carottes, 2013),


"Des espèces non comestibles exhalent parfois une odeur délicieuse. La tramète odorante (trametes suaveolens) émet pour sa part une forte odeur d'anis alors que ce parasite des arbres a la consistance du liège ou du cuir. Selon Linné, les jeunes Lapons en mettaient des morceaux dans leurs poches avant d'aller voir leurs amoureuses (qui en portaient aussi !). Le grand naturaliste ajoutait ce commentaire : "Ô plaisante Vénus, toi à qui dans les autres pays suffisent à peine le café et le chocolat, les vins fins et les friandises, les pierres précieuses et les perles, l'or et l'argent, la soie et les fards, les danses et les soirées, la musique et le théâtre, tu te contentes ici d'un simple champignon desséché !"

*

*

Nicolas Chiron & Didier Michelot font une description précise de l'odeur de ce champignon dans un article intitulé "Odeurs des champignons : chimie et rôle dans les interactions biotiques – une revue" (Cryptogamie, Mycologie, 2005, 26 (4) : 299-364) :


Descripteurs olfactifs (lexique mycologique) Références bibliographiques


anis vert, anéthol, fenouil, Gilbert, 1934 ; Claus, 1978

badiane, sassafras

anis aldéhyde Badcock, 1939

*

*



Vertus médicinales :


François Simon Cordier, auteur de Les Champignons : Histoire - Description - Culture - Usages des espèces comestibles, vénéneuses et suspectes... (J. Rotschild Éditeur, 1876) rapporte un usage thérapeutique de ce champignon :


Sertorius est le premier qui ait prescrit le Bolet odorant, Boletus salicinus, Bull. (Trametes suaveolens, Fr.) , contre la phthisie pulmonaire. Il le donnait en poudre à la dose d'un gramme trente centigrammes, deux ou trois fois par jour.

Les professeurs Schmiedel et Wendt rapportent des exemples de guérison de cette fatale maladie, obtenue par l'emploi d'une cuillerée à café d'électuaire de ce champignon donné dans du miel, trois fois par jour.




Usages traditionnels :


François Simon Cordier, auteur de Les Champignons : Histoire - Description - Culture - Usages des espèces comestibles, vénéneuses et suspectes... (J. Rotschild Éditeur, 1876) est un des premiers à citer Linné concernant l'odeur suave de ce champignon :


Si l'art de la teinture a su tirer parti des champignons, celui du parfumeur pourrait aussi utiliser ces plantes. L'Agaric à odeur suave, Agaricus suaveolens, Schum., l'Agaric odorant, Ag. odorus, Bull ., le Bolet suave, Trametes odorata, Fr., et d'autres champignons exhalent une odeur délicieuse. Il n'en est pas, au rapport de Linné, qui plaise davantage aux Lapons que celle de ce dernier ; aussi les jeunes gens qui vont voir leurs maîtresses en portent-ils toujours sur eux afin de se rendre plus agréables. Les femmes laponnes, par réciprocité, portent aussi sur elles ce précieux Bolet.

A cette occasion, Linné s'écrie : « O Vénus ! toi à qui suffisent à peine, dans les contrées étrangères, les diamants, les pierres précieuses, l'or, la pourpre, la musique, les spectacles, ici tu es satisfaite d'un simple champignon ! »

La poudre de ce même Bolet, mise dans les habits, en éloigne les insectes par son odeur, bien que les insectes mangent le champignon lorsque son odeur est dissipée. [...]

Son odeur, plus prononcée chez les jeunes individus, tient de celle de la vanille et de l'anis. On pourrait en faire usage comme parfum, car il exhale une odeur délicieuse, assez persistante. Les Lapons en portent sur eux pour aller faire la cour à leurs belles ; les femmes laponnes s'en servent comme parfum.

Les médecins l'ont employé contre les sueurs excessives de la nuit.


 

Le Dr Lucien-Marie Gautier, auteur de Les Champignons considérés dans leurs rapports avec la médecine, l'hygiène publique et privée, l'agriculture et l'industrie (Librairie J. B. Baillière et fils, 1884) mentionne :


La parfumerie pourrait tirer un bon parti de l'odeur agréable de l'Agaricus suaveolens, de l'Agaricus odorus, du Trametes odorata ou Bolet suave, dont les paysannes de la Laponie portent sur elles un fragment pour se parfumer, comme les nôtres un bouquet de violettes ou de réséda.

*

*




Symbolisme :


76 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page