Blog

  • Anne

Le Tyrannosaure



Étymologie :

  • TYRANNOSAURE,

Étymol. et Hist. 1933 tyrannosaurus (Lar. 20e) ; 1935 tyrannosaure (L. Daudet, Universaux, p. 174 : Le génie est une sorte de tyrannosaure roi). Empr. au lat. sc. mod. tyrannosaurus « id. » 1905 (H. F. Osborn, in Bull. Amer. Mus. Nat. Hist. XXI. 259 ds NED Suppl. 2), formé à l'aide des élém. tyranno-, de tyrannus, v. tyran et -saure*. Cf. l'angl. tyrannosaurus rex « id. » dès 1906, ibid.


Lire également la définition.




Paléontologie :


Selon Ronan Allain, dans son ouvrage intitulé simplement Histoire des Dinosaures (Perrin, 2012),


"L'une des plus grandes surprises est venue d'un spécimen baptisé Dilong ("dragon empereur" en chinois) dont le corps était entièrement recouvert de duvet et qui s'est révélé être un cousin de l'illustre Tyrannosaurus. Dilong était beaucoup plus petit que ce dernier puisqu'il n'excédait pas les 2 mètres de long. En revanche, la découverte très récente de Yutyrannus, un autre tyrannosaure primitif chinois qui lui atteint les 9 mètres de long pour un poids de près d'une tonne et demie, permet d'envisager que Tyrannosaurus portait lui aussi des plumes et vient bouleverser la vision traditionnelle qu'on peut avoir du plus grand carnivore qui ait jamais foulé la planète.

[...]

Chaque partie du squelette, sous prétexte qu'elle a une morphologie particulière, doit-elle pour autant avoir une fonction précise ? Si oui, une structure peut-elle se réduire à une seule fonction ? L'exemple le plus parlant qui concerne les dinosaures est sans contexte celui des bras du Tyrannosaurus Rex. Tout le monde sait que la terreur des terreurs du Crétacé est affublée d'une tare physique qui le rend très disgracieux : ses pattes avant sont ridiculement petites et ne possèdent que deux doigts. Les membres antérieurs de "Sue", le squelette le plus complet connu à ce jour, ne dépassent ainsi pas les 80 centimètres, alors que son crâne mesure près de 1, 40 mètre de long et que ses membres postérieurs atteignent 3.80 mètres. Osborn fut le premier en 1906, c'est-à-dire juste après la découverte du premier squelette raisonnablement bien préservé, à émettre une hypothèse, en affirmant que les petits bras de Monsieur Tyrannosaurus servait à maintenir Madame pendant l'accouplement ! Il a ensuite été suggéré que ces bras étaient trop petits pour en faire un prédateur efficace et que Tyrannosaurus était probablement un charognard. Finalement, dans un livre consacré au seul T-Rex publié très récemment, trois équipes différentes nous proposent, à grands renforts de calculs biomécaniques et de modélisations informatiques en 3D, trois solutions différentes à cette épineuse question. Toutes reconnaissent que malgré leur petitesse, les bras du Tyrannosaurus était tout de même relativement puissants. Mais pour les premiers ces bras n'ont aucune fonction particulière, pour les deuxièmes ils jouent un rôle important lors de la prédation, alors que pour les derniers les membres antérieur du Tyrannosaurus lui permettent, quand il est allongé et au repos, de se redresser sur ses pattes arrière. Il est probable que l'activité des petits bras du tyrannosaure ne se cantonnait pas à une seule fonction et que la vérité se trouve quelque part entre toutes ces propositions, en y incluant celle d'Osborn. [...] Il devait en être des dinosaures comme des animaux actuels et il est probable que la fonction première de toutes ces bizarreries morphologiques communément observées chez les dinosaures était d'ordre sexuel. Cela n'empêche pas que ces structures pouvaient avoir d'autres fonctions et il est admis que plus d'un tyrannosaure a dû succomber après avoir été encorné par un Tricératops.

[...]

Les théropodes sont au sommet de la chaîne alimentaire et il e, existe une dizaine de groupes importants à la fin du Crétacé. on pense que la plupart des théropodes avaient un odorat très développé et on sait que certains d'entre eux, comme le célèbre Tyrannosaurus, possédaient une vision stéréoscopique. Si en Asie et en Amérique du Nord les membres de la famille des tyrannosauridés jouent le rôle de super prédateur et n'ont aucun rival, si ce n'est leurs propres congénères, à cette époque ce rôle est dévolu aux abélisauridés, comme le Carnotaurus, sur tous les autres continents."

*

*




Zoologie :


Selon Matt Pagett, auteur de Le petit livre de merde (titre original What shat that ?, Quick Publishing, 2007 ; édition française Chiflet & Cie, 2008) :


"Avec sa taille de géant, parfois 13 mètres, le Tyrannosaure Rex était le plus féroce des prédateurs de la fin du Crétacé, il y a 80 millions d'années. Grâce à la découverte du premier fossile en 1902, le Tyrannosaure est sans doute devenu le plus commun des dinosaures. Et chaque fois qu'on trouve un nouveau fossile, on en a répertorié 3000, on en apprend plus sur lui. Le premier coprolithe (matières fécales fossilisées) de T. Rex a été localisé au Canada en 1995.

Description : Le coprolithe était enfoui dans une roche blanchâtre, et mesurait 44 cm de long, 13 cm de large, et 15 cm de haut. Comme il se trouvait à côté d'un squelette de T. Rex, les scientifiques en ont déduit que cette merde XXL devait logiquement être attribuée à l'animal. Ils y ont trouvé des fragments de chair et d'os. On peut légitimement imaginer que cette masse ne devait pas sentir la rose.


La pose de la première merde : L'analyse de la merde de T. Rex a révélé qu'en plus des résidus d'os, elle contenait une substance qui avait dû être molle, et qui était conservée sous forme de phosphate de lithium. La présence des éclats d'os signifie que le T. Rex avait un système digestif peu élaboré, très différent de celui d'un serpent ou d'un crocodile qui parvient à dissoudre complètement les os ingérés. Cela montre aussi qu'il déchiquetait ce qu'il attrapait à 'aide de ses dents puissantes, de véritables scies capables d'arracher d'"énormes morceaux de viande qu'il avalait en une bouchée. Tut y passait : la chair, la peau, et les os. Une étude plus approfondie de ces fragments d'os et des vaisseaux sanguins qui les irriguait laisse à penser que la "victime" était sans doute un jeune herbivore, genre vache de l'époque. En analysant depuis d'autres coprolithes, on en a appris encore beaucoup sur les dinosaures et leur environnement. dans certains, on a trouvé des terriers semblables à ceux que creusent les bousiers. Des traces de végétaux, une fois datés, ont aussi permis de mieux comprendre l'évolution de l'animal. Ce qui montre bien que la merde même fossilisée peut être malgré le temps une source d'informations.


Les mots en -lithe :

  • coprolithe = fossiles de merde ;

  • cololithes = fossiles d'intestin ;

  • régurgigalithes = fossiles de vomi.

Bon appétit !"

*

*




Symbolisme :


Dans l'imaginaire contemporain, le tyrannosaure semble représenter le prédateur des prédateurs, la menace la plus terrifiante qui puisse planer sur une proie, vraisemblablement à cause de l'emprise mondiale de l'imaginaire américain véhiculé par les films comme ceux de Spielberg par exemple.

*

*