Blog

  • Anne

Le Ladanier




Étymologie :

  • CISTE, CYSTE, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1557 cisthe (B. Aneau, Trésor de Evonime, 290 ds Hug.) ; 1572 ciste (J. des Moulins, Comment. sur Mathiole, ch. 109, ibid.). Empr. au lat. impérial cist(h)os bot., gr. κ ι ́ σ θ ο ς.


Lire également la définition du nom cyste pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Cistus ladaniferus ; Ciste ladanifère ; Lédon ; Massuyo ; Ciste à gomme.




Botanique :

D'après Lionel Hignard et Alain Pontoppidan, auteurs de Les Plantes qui puent, qui pètent, qui piquent (Gulf Stream Éditeur, 2008) :


"Arbustes des garrigues du Midi de la France et de Corse, les cistes sont de petites plantes très odorantes à feuilles visqueuses. Leurs grandes fleurs blanches, un peu soyeuses, n'ont pas d'odeur. Elles apparaissent au printemps mais ne s'épanouissent que le temps d'une journée.


Pourquoi fait-il ça ? Comme la nasco, le ciste est recouvert d'un enduit poisseux pour se protéger des ardeurs du soleil.


Drôles de fouets : C'est sur cet arbuste, et plusieurs autres espèces du même genre, que l'on récolte en Orient une substance résineuse appelée ladanum. En Crète, les moines se servaient d'instruments en forme de râteau, avec des lanières de cuir en guise de dents, qu'ils passaient sur les cistes ; elles se chargeaient alors de la matière résineuse dont les feuilles sont enduites.


Par la barbe des chèvres : Dans l'Antiquité, on retirait le ladanum de la barbe des chèvres qui allaient brouter l'herbe des montagnes au milieu des cistes."


*




Symbolisme :