Blog

  • Anne

Le Géranium


Étymologie :

  • GÉRANIUM, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1545 (Guill. Gueroult, Hist. des plantes, 815 ds Delb. Notes mss). Empr. au lat. des botanistes geranium, gr. γερα ́νιoν de même sens, de γε ́ρανος « grue ».


Lire également la définition du nom "géranium".


Autres noms : Bec-de-grue.

*




Botanique :


Dans Les Langages secrets de la nature (Éditions Fayard, 1996), Jean-Marie Pelt évoque les différents modes de communication chez les animaux et chez les plantes :

Les fruits du géranium sanguin (Geranium sanguineum) illustrent le premier cas de figure. Les jolies petites fleurs rouges donnent à maturité un fruit capsulaire à cinq loges, surmonté d'un long bec. La contraction des fibres dans ce bec amène brusquement les loges à se séparer les unes des autres, chacune étant littéralement arrachée de son support er de ses voisines, et projetée en l'air avec éjection des graines. En fin d'opération, l'ensemble simule étrangement une sorte de lustre à cinq branches recourbées vers le haut, où les capsules vides occuperaient la place des lampes.


Robert Castellana et Sophie Jama, auteurs de "Floriculture et parfumerie : les origines de l’acclimatation végétale sur la cote d’azur." (Issued by The Phoenix Project, 2012) nous apprennent les vertus du Géranium rosat ou bourbon (Pelargonium graveolens ou P. capitatum) en lien avec la parfumerie :

Le géranium rosat est en fait un pelargonium, dont la caractéristique est son parfum voisin de celui de la rose. C'est d'ailleurs cette particularité qui le définit de nos jours, sous la dénomination de Pelargonium Groupe Rosat, qui rassemble les cultivars dont l’huile essentielle possède un parfum de rose. Cette caractérisation botanique provient d'une longue histoire d'hybridation, qui trouve ses origines dans la région grassoise, d'où les cultivars ont été ensuite diffusés dans les principales régions de production. Trois espèces sauvages originaires d’Afrique du Sud (qui abrite l'essentiel des 260 espèces de Pelargonium) seraient impliquées dans la genèse de ces cultivars: Pelargonium capitatum, Pelargonium graveolens ou asperum, et Pelargonium radens. Si tous contiennent de l’huile essentielle, aucun d'entre eux n’est toutefois directement impliqué dans sa production. Ils pourraient avoir été importé au 17ème siècle dans l'Ile de la Réunion (à l'époque Ile Bourbon), qui fut le principal producteur historique et demeure le standard international. La culture commerciale prit son essor au début du XIXe siècle à Grasse, qui demeura le centre principal de production jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Parmi les nombreux hybrides de pelargonium odorants, on trouve de nos jours une infinie variété de senteurs, dont pin, chocolat, menthe, agrumes, pomme, poivre, gingembre, eucalyptus, etc.). Les principes aromatiques, obtenus par distillation des feuilles, sont principalement citronnellol, géraniol et formate de citronnellyle. Ils passent pour avoir des propriétés antispasmodique, antiinflammatoire et astringente. La culture de géranium “rosat” a représenté à Grasse, au début du XX° siècle, une culture importante - avec quelques 100 hectares et 9000 tonnes -, située aux embouchures de la Siagne, du Loup ou de la Cagne. Les feuilles étaient récoltées de préférence avant la floraison, d'août à septembre. Les terrains humides produisaient une essence abondante mais moins fine que les terrains secs.

*

*




Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) nous livrent leur vision de cette petite fleur


Automne -Octobre.

GERANIUM ÉCARLATE - SOTTISE.


Madame la baronne de Staël se fâchait toutes les fois que l'on tentait d'introduire dans sa société un homme sans esprit. Un jour, un de ses amis risqua pourtant de lui présenter un jeune officier suisse de la plus aimable figure. Cette dame, séduite par l'apparence, s'anima, et dit mille choses flatteuses au nouveau venu, qui d'abord lui sembla muet de surprise et d'admiration. Cependant comme il l'écoutait depuis une heure sans ouvrir la bouche, elle commença à se méfier un peu de son silence, et lui adressa tout à coup des questions tellement directes qu'il fallut bien y répondre. Hélas ! le malheureux n'y répondit que par des sottises. Madame de Staël se tourne alors, fâchée d'avoir perdu sa peine et son esprit, vers son ami, et lui dit : En vérité, monsieur, vous ressemblez à mon jardinier, qui a cru me faire fête en m'apportant ce matin un pot de géranium ; mais je vous préviens que j'ai renvoyé cette fleur, en le priant de ne plus l'offrir à mes regards. Et pourquoi donc ?demanda le jeune homme, tout ébahi. - C’est, monsieur, puisque vous voulez le savoir, que le géranium est une fleur bien vêtue de rouge : tant qu'on la regarde elle plait aux yeux ; mais lorsqu'on la presse légèrement, il n'en sort qu’une odeur importune. En disant ces mots, madame de Staël se leva et sortit, laissant, comme on pense bien, les joues du jeune sot aussi rouges que son habit, ou que la fleur à laquelle il venait d'être comparé.

D'après Pierre Zaccone, auteur de Nouveau langage des fleurs avec la nomenclature des sentiments dont chaque fleur est le symbole et leur emploi pour l'expression des pensées (Éditeur L. Hachette, 1856) :


GÉRANIUM ÉCARLATE - BÊTISE.

Il y en a de plusieurs espèces : le géranium strié d'Italie, le géranium sanguin, le géranium macrorhize, le géranium robertin. Leurs fruits affectent la forme d'un bec de grue.

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), le Géranium (Pelargonium zonale et Pelargonium inquinans) a les caractéristiques suivantes :


Les espèces ornementales, très répandues dans les jardins et en potée sur les balcons, appartiennent au genre Pélargonium, d’origine sud-africaine. Ce genre regroupe aussi les Géraniums-lierre (Pelargonium peltatum). Enfin les Pélargoniums proprement dits, à grandes fleurs, ne sont plus des Géraniums.


Genre : Féminin

Planète : Vénus

Élément : Eau

Pouvoirs : Fécondité ; Santé ; Amour ; Protection.


Utilisation magique : Tous les Géraniums sont protecteurs, cultivés au jardin ou en pot dans la maison, quelles que soient leurs couleurs. De plus, un massif planté de Géraniums rouges fortifie et tonifie par les effluves que ces plantes dégagent; simplement, pour que les effets se fassent sentir, il faut qu'il y ait beaucoup de Géraniums plantés au même endroit - au moins une soixantaine.

Ces fleurs très populaires protègent contre les serpents :

« Serpens va pas

Où Ger'hunum crâ [croît] »

Plantés en bordure devant la maison d'une sorcière, des Géraniums rouges lui indiquent, par leurs mouvements, qu'un visiteur arrive : les pétales se tournent magiquement dans la direction d'où vient l'intrus…

Ceux à fleurs roses entrent dans les charmes d'amour ; la variété à fleurs blanches accroît la fertilité.

Au Mexique, les curanderos (guérisseurs) soignent et purifient leurs patients en les brossant énergiquement avec des touffes d'herbes fraîches mélangées : tiges feuillues et fleuries de Géraniums rouges ; sommités fleuries de rue et jeunes pousses vertes de poivrier.

Avec ses feuilles très odorantes, le Géranium rosat du bassin méditerranéen (Geranium capitatum) est suspendu autour de la maison où il forme un barrage protecteur contre « toutes choses mauvaises ». Une amusante « évolution » de la tradition est à signaler dans la région de Costigliole d'Asti, dans le Piémont : les feuilles fraîches du Geranium capitatum servent à astiquer tout ce qui sert à fermer la maison : loquets, becs-de-cane, targettes, espagnolettes, etc. La raison avouée est que les riches huiles essentielles contenues dans la plante graissent et entretiennent les mécanismes des serrures, ce qui n'est peut-être pas entièrement faux; mais la raison inavouée, et probablement inconsciente aujourd'hui, est à rechercher du côté des croyances populaires : aucun esprit ne se hasarderait à toucher un loquet de porte ou de fenêtre frotté avec des feuilles aromatiques de Géranium rosat...

Les parfums très divers des Géraniums ont chacun leurs propriétés magiques - propriétés déterminées par l'odeur elle-même : muscade, citronnelle, menthe, etc. En plus de ses vertus propres, le Géranium possède alors, de surcroît, les vertus de la plante dont il se rapproche par ses composants aromatiques.

*

*

Sheila Pickles écrit un ouvrage intitulé Le Langage des fleurs du temps jadis (Édition originale, 1990 ; (Éditions Solar, 1992 pour la traduction française) dans lequel elle présente ainsi le Géranium :

Mot clef : Géranium foncé : Mélancolie

Géranium à feuille de lierre : Amitié véritable

Géranium rose : Préférence

Géranium rouge : Réconfort


Emblème de la nuit, ta fleur rougeâtre et sombre,

Géranium, attend la nuit pour embaumer,

Ton parfum hait le jour et se répand dans l'ombre.

Oh ! dites, dites-moi, vous qui savez aimer,

Dieu, comme cette fleur, n'a-t-il pas fait votre âme ?

N'est-il pas vrai qu'à ceux dont le cœur est de flamme

Le monde et la clarté sont toujours importuns ?

Et n'est-ce pas la nuit, et sous l'œil solitaire

De la lune voilée, amante du mystère,

Que l'amour doit sur nous épancher ses parfums ?


Lamartine (1790-1869), "Le Géranium".


Les Géraniums poussent sous presque toutes les latitudes et, généralement, on les confond avec les Pélargoniums, plantes originaires d'Afrique du Sud qui fleurissent tout l'été et ornent a plupart des fenêtres et balcons. Le nom botanique du Géranium vient du grec geranos (bec de grue). Son fruit est allongé et pointu ; quand il est mûr, quatre petites pièces se détendent comme des ressorts pour projeter les graines au loin.

Dans les pays du Moyen-Orient, on dit parfois que c'est Mahomet qui a donné leur couleur rouge à ces fleurs en faisant sécher ses vêtements sur un parterre.

Dans nos campagnes, on trouve de nombreux Géraniums, dont certains sont odorants au crépuscule, comme l'écrivait Lamartine. Beaucoup sont rouges, tels le Géranium sanguin, le Géranium luisant ou L'Herbe-à-Robert, mais le Géranium des prés danse de belles fleurs bleues qui s'épanouissent en plein soleil. Les Géraniums foisonnent dans les villages méditerranéens, où ils retombent en cascade des grandes potées de terre cuite et où leurs couleurs vibrantes donnent un air de fête aux vieux murs de pierre ensoleillés.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Orner son balcon de géraniums ou en planter dans son jardin n'a pas uniquement une fonction décorative : ces plantes ont un grand pouvoir de protection. On dit également qu'un massif d'au moins une soixantaine de géraniums rouges dégage des effluves qui fortifient et tonifient. Les géraniums rouges qui se trouvent devant la maison d'une sorcière ont encore ce pouvoir très original : ils "lui indiquent, par leurs mouvements, qu'un visiteur arrive : les pétales se tournent magiquement dans la direction d'où viennent les intrus".

Les géraniums blancs renforcent la fertilité et ceux à fleurs roses peuvent servir aux charmes d'amour.

De plus, les feuilles du géranium rosat du bassin méditerranéen servent, dans le Piémont, "à astiquer tout ce qui sert à fermer la maison : loquets, becs-de-cane, targettes, espagnolettes, etc. La raison avouée est que les riches huiles essentielles contenues dans la plante graissent et entretiennent les mécanismes des serrures, ce qui n'est peut-être pas entièrement faux ; mais la raison inavouée, et probablement inconsciente aujourd'hui, est à rechercher du côté des croyances populaires : aucun esprit ne se hasarderait à toucher un loquet de porte ou de fenêtre frotté avec des feuilles aromatiques de géranium rosat.

En Belgique, les feuilles des géraniums étaient employées pour arrêter le sang d'une coupure.

Selon Des Mots et des fleurs, Secrets du langage des fleurs de Zeineb Bauer (Éditions Flammarion, 2000) :


"Mot-clef : La Simplicité.


Savez-vous ? : Le bec de grue ressemble étrangement au fruit du géranium, d'où l'origine du nom grec. Le géranium est à la mode dans les châteaux de France, vers 1690. L'île de la Réunion est le premier producteur au monde de géraniums. Certaines espèces vivent de nos jours dans l'Arctique et l'Antarctique.


Usages : Le géranium est connu dans les pays chauds pour être un insecticide très efficace. Une goutte de concentré de cette plante garantit une nuit sans moustique. L'eau de géranium (odorant) est une eau extrêmement prisée en Afrique du Nord, car elle parfume une grande partie des pâtisseries.


Légendes : D'après la légende celte, la grue était le symbole de la sagesse. Elle la transmettait en dessinant dans le ciel les signes de l'alphabet celte. Le géranium ainsi que le gui (symboles de l'immortalité) étaient offerts aux dieux celtes. [plante déjà connue dans l'Antiquité ? => peut-être parle-t-on du géranium herbe-à-Robert ?]


Message : Je vous aime."

*

*

D'après Nicole Parrot, auteure de Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"Cette fleur en pot qui se pose sur le bord des fenêtres aux quatre coins du monde émet des messages aussi variés qu'originaux. A chacun d'opter pour celui qui semble le mieux adapté à ses propres questions.

Écarlate, il promet un amour voluptueux et parfois conjugal. Où fusera l'esprit puisqu'il ajoute : "Votre conversation brillante m'a ébloui". Sous cette même couleur, il assène : "sottise". S'agirait-il de la sottise de ne pas aimer celui ou celle qui l'offre , c'est probable, et pour une bonne raison : dans le langage des fleurs, on en arrive toujours à parler d'amour. Tout permet donc de penser qu'il proteste énergiquement devant l'éventuelle indifférence de l'aimé(e). il se plaint également de sa causticité. Rosé, il avoue sa langueur mais encore : "Je peux vaincre ma timidité". Il s'enhardit encore, réclame la préférence et suscite un premier flirt. Jaune, il se montre exclusif : "Je veux être tout pour vous" mas reproche un "caprice". Blanc (ça lui arrive), il conseille directement : "Commencez donc à m'aimer", rappelle les dangers de l'innocence et conclut : "Protégez-moi". Serait-ce un piège ? Allez savoir, il dit tant de choses, le géranium.

Cette fleur "aux couleurs brûlantes", selon l'expression de Katherine Mansfield, fleurit dans le jardin des peintres impressionnistes, de Manet à Monet, en passant par Frédéric Bazille.


Mot-clef : "Amour voluptueux, parfois conjugal".

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Editions Québec-Livres, 2013), présente ainsi le Géranium (Pelargonium) : "C'est une plante très connue dont il existe environ variétés cultivées aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Propriétés médicinales : C'est principalement à l'huile essentielle de géranium qu'on accorde des propriétés médicinales, notamment dans le traitement de l'acné, de l'eczéma, des plaies, des coupures et des brûlures où ses propriétés cicatrisantes sont reconnues. Certains soulignent qu'elle amène aussi l'harmonisation de la rate et du pancréas.


Genre : Masculin.


Déités : Déméter - Vénus - Freyja.


Propriétés magiques : Fertilité - Santé - Amour - Protection.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Toutes les espèces de géraniums possèdent des propriétés de protection tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la maison.

  • La légende veut qu'un bosquet de géraniums rouges plantés près de la maison d'une sorcière annonce l'arrivée de visiteurs à celle-ci, en pointant la direction d'où ces personnes arrivent.

  • Les fleurs roses de géraniums servent dans les sachets et les sortilèges pour attirer l'amour.

  • Les fleurs blanches servent aux rituels de la fertilité féminine.