Blog

  • Anne

Le Hibou Grand-Duc



Étymologie :

  • DUC, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 homme de haut rang qui porte ce titre de noblesse » (Roland, éd. J. Bédier, 170) ; 2. 1165 « oiseau de nuit » (Chr. de Troyes, Philomena, 21 ds T.-L.) ; 3. 1877 « luxueuse voiture à cheval » (Littré Suppl.). Empr. au lat. class. dux, ducis « chef », d'où b. lat. « gouverneur d'une province de l'empire » puis chez les Mérovingiens « délégué du roi pour les affaires militaires et la justice sur une circonscription formée de plusieurs comtés » (667 ds Nierm.) ; v. aussi Hollyman, pp. 109-114.


Lire également la définition du nom Duc pour amorcer la réflexion symbolique.

*



Symbolisme :


Selon Ted Andrews, auteur de Le Langage secret des animaux, Pouvoirs magiques et spirituels des créatures des plus petites aux plus grandes (Édition originale, 1993 ; traduction française, Éditions Dervy, 2017), la chouette répond aux caractéristiques suivantes :


Le grand-duc et le petit-duc sont les deux chouettes les plus communes. Les deux ont des aigrettes qui ressemblent à des oreilles, mais n'en sont pas. Ces « oreilles qui n'en sont pas » les ont rendus symboliques de la capacité d'entendre ce qui est tu. [...]

Par exemple, on peut associer des plumes de chouette et de buse pour un bouquet à rêves afin de stimuler le rêve lucide. Une plume de buse à queue rousse pourra ainsi être nouée entre deux plumes de grand-duc et suspendue au-dessus du lit pour vous aider à imposer votre volonté dans un état de conscience onirique Cela pourra servie à opérer une projection astrale ou simplement à contrôler le scénario de votre rêve pendant votre sommeil. [...]

La première chouette que nous allons examiner est un hibou, en l'occurrence le grand-duc d'Amérique. C'est le prédateur le plus féroce et le plus efficace de toute la famille des chouettes en Amérique. Aussi puissant que rapide, il peut briser aisément le cou d'une marmotte. Il n'hésitera pas à attraper n'importe quelle proie se présentant. Il va même s'en prendre à d'autres oiseaux de proie. Ses serres formidables et son bec puissant impressionnant.

La buse à queue rousse est le plus souvent considérée comme l'équivalent solaire ou diurne du grand-duc lunaire et nocturne. C'est parce qu'ils peuvent l'un et l'autre nicher dans la même portion de territoire. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'ils s'entendent. A dire vrai, le grand-duc harcèle tellement la bue à queue rousse que, si l'occasion se présente, cette dernière essayera quand même d'éliminer le hibou. Mais, en vérité, l'aigle royal est le seul rapace qui n'est ni intimidé ni effrayé par le grand-duc.

Cette férocité a permis au hibou de survivre et de s'adapter aux constants changements de l'environnement. Il attaque toute vie avec ferveur Malheureusement, cette agressivité a interféré avec la réintroduction du faucon pèlerin sur ses anciens territoires. En l'absence du pèlerin, le grand-duc a élu résidence dans cet espace et n'entendait plus partager ni son habitat, ni ses ressources alimentaires.

Pour beaucoup, le hululement du grand-duc, particulièrement puissant et fréquent au moment de l'accouplement, est annonciateur du printemps. Son habitat favori est constitué par les zones boisées et denses de feuillus et de conifères. Mais il peut vivre pratiquement partout où il y a une source de nourriture.

La nourriture favorite du grand-duc est la moufette (sconse) et tous ceux qui ont le grand-duc pour totem pourront étudier le signification de la moufette. Ce hibou n'a pas un odorat très développé et c'est probablement la raison pour laquelle il est le prédateur le plus redoutable de ce petit animal malodorant. Il sera bon aussi d'étudier les corneilles et les corbeaux car ceux-ci se liguent souvent pour assaillir les chouettes dans leur environnement. Les corvidés savent que si la chouette trouve leur habitat pendant la journée, il est probable qu'elle reviendra les visiter la nuit, quand les corbeaux ne seront en état ni de les voir, ni de les entendre approcher.

Les houppes sur le haut de la tête du grand-duc ne sont pas ses oreilles. Ce sont simplement des aigrettes de plumes. Les oreilles elles-mêmes sont positionnées plus bas sur la tête et, comme toutes les chouettes, il a une ouïe extrêmement fine. Il peut entendre aussi bien, voire mieux qu'il voit.

*

*

Selon Didier Colin, auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes ( (Hachette Livre, 2000) :


"Le hibou grand duc et le hibou moyen duc sont présents dans toute l'Europe et en Asie, en Russie notamment, ainsi qu'en Afrique. ce sont donc des oiseaux familiers pour les peuples de ces trois continents. Toutefois, le hibou grand duc est le plus impressionnant, sa taille pouvant atteindre 1, 70 mètre. Il est très difficile de le voir le jour, car il se terre au sommet des arbres ou dans les anfractuosités des rochers, tandis qu'à la nuit tombée on entend souvent son célèbre hululement, qu'il pousse d'une manière obsédante à la période des amours, au mois de février ou de mars. La femelle pond 3 ou 4 œufs dans un nid confectionné sous un arbre ou dans le creux d'un arbre. C'est un chasseur redoutable qui fond sur ses proies dans la nuit, se nourrissant surtout de petits rongeurs et d'autres oiseaux qu'il attaque parfois dans leur nid. Il raffole des lièvres, perdrix et faisans. Son plumage fauve et ses yeux ronds, orange, qui brillent dans la nuit, sont eux aussi très impressionnants.

Vivant la nuit et se dissimulant le jour, le hibou fut assimilé à l'obscurité, la nuit, la tristesse, la solitude et la mort. En Chine, en revanche, il est considéré comme un oiseau sacré, terrifiant, figure de la foudre, emblème des forgerons, consacré aux solstices d'hiver et d'été, à la renaissance et au triomphe de la lumière."

*

*




Symbolisme celte :


Selon Gilles Wurtz, auteur de Chamanisme celtique, Animaux de pouvoir sauvages et mythiques de nos terres (Éditions Véga 2014),


"Le Hibou grand duc est le plus grand des rapaces nocturnes d'Europe.

Il a une vision nocturne parfaite et peut tourner la tête à 180 degrés : il n'a pas besoin de se retourner pour voir ce qui se passe dans son dos. Son envergure va de 1, 6 mètre à 1, 8 mètre.

Il est très friand de petits animaux, des rongeurs comme des oiseaux et se menus sont donc extrêmement variés, souris, lapins, lièvres, hérissons, corbeaux, pigeons, perdrix, oiseaux marins... voire d'autres rapaces diurnes et nocturnes auxquelles notre hibou n'hésite pas à s'attaquer.

La femelle couve les œufs, le mâle chasse et lui apporte la nourriture. après l'éclosion, tous deux élèvent les petits ensemble.

Le vol du hibou grand-duc est l'un des plus discrets et silencieux : la nuit, il peut passer parfaitement inaperçu à quelques centimètres à peine au-dessus de notre tête.


Applications chamaniques celtiques de jadis

Pour les Celtes, le hibou grand-duc était celui qui avait les capacités de sonder en profondeur n'importe quel être. Il était impossible de lui mentir ou de lui cacher quoi que ce soit. Rien d'étonnant donc à ce qu'il ait toujours été lié au domaine du surnaturel, de la magie. Si vous avez un jour la chance de voir un hibou grand-duc vous constaterez que ses deux gros yeux ronds et orange sont très intimidants et mystérieux.

Les Celtes interrogeaient souvent le hibou grand-duc lorsqu'ils devaient répondre à de grandes questions. sa clairvoyance révélait toujours une autre vision de la situation, et faisait émerger de nouvelles possibilités. Sa sagesse et sa connaissance rassuraient et donnaient de précieux conseils.

Quand un chef avait une décision à prendre qui pouvait mettre en danger de nombreuses vies, il consultait toujours l'esprit du Grand-duc et prenait ensuite les recommandation très au sérieux. Lorsque des disputes ou des conflits semaient la zizanie, c'est également l'esprit du grand-duc que l'on sollicitait pour connaître son point de vue. Le Grand-duc était pour les Celtes le conseiller par excellence en qui tout le monde avait confiance.


Applications chamaniques celtiques de nos jours

Nous pouvons faire appel à lu dans notre pratique chamanique quand nous avons besoin d'avoir l'esprit clair, quand nous avons besoin de lucidité ou quand nous avons besoin d'élargir notre angle de vue, de voir les choses autrement.

Nous pouvons alors revoir avec lui un sujet qui nous pose problème ou qui nous perturbe et pour lequel nous avons du mal à entrevoir une solution. Nous pouvons, comme nos ancêtres, lui demander de nous montrer ce problème sous un autre angle, de nous en donner une autre vision pour nous guider vers la solution la plus juste. Aujourd'hui, la clairvoyance, la sagesse et la connaissance du hibou grand-duc pourraient sans contexte apporter bien des solutions aux problèmes politiques, sociaux, économiques, environnementaux, etc. auxquels notre monde est confronté. Nous pourrions renouer avec ses qualités, qui sont sources d'apaisement et de sérénité. Il pourrait être la voix de la sagesse au sein dune famille. Il pourrait être la voix de la sagesse au sein d'une famille. il pourrait être le parfait médiateur pour gérer des conflits. Le Grand-duc pourrait retrouver, comme au temps des Celtes, sa place de parfait conseiller impartial à l'éthique irréprochable.


Mots-clefs : La clairvoyance ; La sagesse ; La connaissance."

*

*




Littérature :


Les Hiboux :

Ce sont les mères des hiboux Qui désiraient chercher les poux De leurs enfants, leurs petits choux, En les tenant sur les genoux. Leurs yeux d’or valent des bijoux, Leur bec est dur comme cailloux, Ils sont doux comme des joujoux, Mais aux hiboux point de genoux ! Votre histoire se passait où ? Chez les Zoulous ? les Andalous ? Ou dans la cabane Bambou ? À Moscou ou à Tombouctou ? En Anjou ou dans le Poitou ? Au Pérou ou chez les Mandchous ? Hou ! Hou ! Pas du tout c’était chez les fous.


Robert Desnos, "Les Hiboux" in Chantefables, 1970 (posthume)

*

*

Sylvain Tesson entreprend grâce à Vincent Munier une véritable quête initiatique qu'il relate dans un récit de voyage qu'il a intitulé La Panthère des neiges, (Éditions Gallimard, 2019). Ce faisant, il rencontre également d'autres animaux :


"Je lisais mes aphorisme à mes compagnons et récoltais un sourire gêné ou une approbation polie :


Grand duc : le soleil finit par se lever pour voir qui a chanté toute la nuit.

[...]

Les enfants rentraient le troupeau, des cris montaient, l'obscurité fut totale. Un grand duc montait la garde dans la falaise d'en face, sur l'autre rive. Son hululement annonçait l'ouverture des chasses. « Hou ! Hou ! dormez, gros herbivores, et cachez-vous ! disait le hibou, les rapaces vont décoller, les loups sortir et rôder dans le noir, pupilles dilatées, et la panthère viendra tôt ou tard, plonger son mufle dans le ventre de l'un d'entre vous. »

En montagne, les efforts du ciel ne sont pas de trop, au petit matin, pour cacher sous une couche de neige la trace des orgies de la nuit.

*

*




Arts visuels :


Street Art à Grenoble, rue Mozart, de l'artiste Etien' :



*

*