Blog

  • Anne

L'Aérolithe





Étymologie :

  • AÉROLITHE, subst. masc.

Étymol. ET HIST. − 1834 (Land. : Aérolithe... pierre tombée du ciel). Composé des éléments aéro-* et -lithe (-lite*).

Étymol. et Hist. 1822 (Béclard, Chomel, Cloquet, Orfila, Nouv. dict. de méd.) Dér. de météore*; suff. -ite*.


Lire aussi la définition du nom aérolithe et celle de météorite pour amorcer la réflexion symbolique.




Symbolisme :


Selon Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982),


L'aérolithe est "considéré comme une théophanie et un message du ciel. C'est comme une étincelle du feu céleste, une graine de divinité, descendue sur la terre. Selon les croyances primitives, les astres étaient en effet des divinités ; les parcelles qu'elles détachaient d'elle-mêmes étaient comme des semences. L'aérolithe remplit une mission analogue à celle de l'ange : mettre en communication le ciel et la terre. L'aérolithe est le symbole d'une vie supérieure, qui se rappelle à l'homme comme une vocation ou qui se communique à qui."

D'après Le Livre des superstitions, Mythes, légendes et croyances (Éditions Robert Laffont, 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani,


Les aérolithes, qui sont généralement appelées "pierre à tonnerre" (on pensait qu'elles tombaient avec les orages), protègent de la foudre : on en faisait également des colliers pour mettre les enfants à l'abri des maux d'yeux (Berry). Ces météorites préservent également des effets du mauvais œil.

Selon une croyance indienne, les âmes, dont la durée de leur séjour au ciel dépend des charités qu'elles ont faites sur terre, tombent alors sous forme d'aérolithes.

*

*