Blog

  • Anne

La Saponaire



Étymologie :

  • SAPONAIRE, subst. fém

Étymol. et Hist. 2e moit. du xive s. saponere (ms. Oxford, Bibl. bodl., Bodley, 761, fol. 12 r ods Romania t. 37, 1908, p. 513) ; 1562 [éd.] saponaire (Du Pinet, Hist. du monde de C. Pline, t. 2, p. 305, note en marge). Empr. au lat. médiév. des botanistes saponaria « id. » (av. 1250 ds Latham), latinisation de l'a. fr. (erbe) savoniere « id. » (fin du xie s., Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, § 363), dér. de savon*; suff. -ière, v. -ier.


Lire aussi la définition du nom afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :


Lire la fiche Tela Botanica.


*




Phytothérapie traditionnelle :


Selon Roland Desrosiers (1978) auteur d'un article intitulé "Notes sur l'usage de quelques plantes chez les Indiens Squamish (Colombie-Britannique)" (in Anthropologie et Sociétés, 1978, vol. 2, n°3, pp. 139-156),


Saponaire (shepherdia canadiensis, L. Nutt. et danseur)

Le fruit de cette plante importée est mélangé à de l'eau et fouetté en un bouillon clair. On offre de ce mélange à tous lors d'une occasion spéciale ; il s'agit aussi d'une importante source alimentaire pour le danseur. Le terme Squamish qui désigne cette préparation signifie "glace indienne" et dérive d'une expression Salish signifiant "écume". Si nous replaçons cette pratique dans le cadre du nouveau-né métaphorique, il peut s'agir d'un lait maternel.

*

*




Symbolisme :


Selon Pierre Dubois et René Hausman qui ont écrit et illustré L'Elféméride, Le grand légendaire des saisons - Automne-Hiver (2013),


"les cinq pétales roses et étoilés de saponaires attardées offrent leurs feuilles aux derniers bains de Madeleine-aux-longs-cheveux ; frottées l'une contre l'autre, elles servent de savon à toutes les nymphes, naïades, vouivres et filles de l'eau. Le roi Drac, pour profiter du spectacle aguichant de ces belles à la toilette, dont il admirait les formes voluptueuses mais aussi les talents de nageuses, avait semé des saponaires tout le long des ondulations des rivières afin d'y attirer un choix de fiancées parmi lesquelles il choisirait sa reine d'une année. Il l’entraînait alors dans son château, attachée à la cheville par une longue chaînette d'or. Si en octobre il n'avait pas encore trouvé "promise à son goût"... on pouvait prévoir un hiver inondé."

*

*

0 vue