Blog

  • Anne

Le Macareux





Étymologie :

  • MACAREUX, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1760 (Brisson, Ornith., t. 6, p. 81). Prob. de macreuse, sur le modèle des mots suffixés en -eux, -euse* (cf. FEW t. 16, p. 525b).


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Symbolisme celte :


Pour Divi Kervella, dans Emblèmes et symboles des Bretons et des Celtes (2001),


Le macareux est un "petit oiseau marin à l'aspect sympathique qui lui vaut d'être populaire. ses effectifs ont chuté par deux fois de façon drastique en Bretagne : au tournant du siècle les chasseurs parisiens venaient faire des cartons dans leurs colonies bretonnes. Aux Jentilez (improprement appelées Sept îles) leur nombre passe de 15 000 couples à quelques centaines seulement. Puis dans la deuxième moitié du siècle la pollution chronique des mers par les hydrocarbures et les marées noires à répétition qui frappent les côtes bretonnes portent un nouveau coup très rude à ses effectifs. Il deviendra tristement célèbre pour être le symbole des oiseaux mazoutés. Cette publicité dont il se serait bien passé en a fait l'oiseau emblématique des côtes bretonnes et parfois même de la Bretagne. Est-ce également à cause de sa livrée noir et blanc ?

La Bretagne est son seul point d'ancrage sur le continent. Ses effectifs, particulièrement surveillés et protégés dans des réserves naturelles et soignés dans des cliniques de démazoutage, y sont devenus squelettiques mais sont en légère augmentation.

Quelqu'un a émis l'hypothèse que le destin des macareux et celui des Bretons étaient liés : les massacres gratuits et scandaleux perpétrés par les nemrods parisiens préfigureraient l'hécatombe des soldats bretons de la guerre de 1914-1918, les marées noires seraient l'étouffement de la culture et de la langue bretonne entraînant la prise de conscience des Bretons qui de nos jours chouchoutent les enfants brittophones et mettent patiemment en place les filières d'éducation en langue bretonne. En voilà une hypothèse fantastique !"

*

*