top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

La Turquoise




Étymologie :


  • TURQUOISE, subst. fém.

Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 turkeise « pierre fine d'un bleu tirant sur le vert » (Simund de Freine, Roman de philosophie, éd. J. E. Matzke, 455) ; déb. xiiie s. turkoyse (Lapidaires anglo-norm., éd. P. Studer et J. Evans, VII a, XLIII, p. 284) ; ca 1298 torchoise (Rusticien de Pise, Marco Polo, éd. L. F. Benedetto, p. 27) ; 1478-80 turquoise (G. Coquillart, Plaidoyer, 561 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 38) ; 2. a) 1617 bleu turquoise (D'Aubigné, Faeneste, I, 2 ds Œuvres, éd. H. Weber, bibl. de la Pléiade, p. 679 : un vlu Turquoise [imitation caricaturale de la prononc. gasc.]) ; 1844 (Al. Brongniart, Arts céram., t. 2, p. 558 : le cuivre donne un bleu turquoise aujourd'hui très-estimé ; p. 560 : la teinte bleu turquoise) ; 1839 bleu de turquoise (Balzac, Béatrix, p. 27) ; b) 1867 subst. et adj. « (de) couleur bleu turquoise » (A. de Beaumont, Les Arts décoratifs en Orient et en France ds R. des Deux Mondes, 1er nov., p. 147 : des angles rose de Chine et turquoise [...] des tons, tels que le turquoise ou le vert-de-gris). B. 1. 1771 hist. du mobilier (Encyclop., Planches, t. 9, Tapissier, pl. XIII, fig. 1) ; 2. 1778 text. (doc. ds Arch. hist. de la Saintonge, t. 3, p. 225 : une veste et culotte de turquoise) ; 1779 (J. général de France, 10 janv. ds Havard) ; 3. 1762 entomol. nom usuel d'un petit papillon, le Procris statices (E.-L. Geoffroy, Hist. abr. des insectes des environs de Paris, Paris, t. 2, p. 130) ; 1817 (Cuvier, Règne animal t. 3, p. 560 : la G[laucopide] turquoise). Fém. subst. de l'adj. a. fr. turcois « turc ».


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Minéralogie :


Elie-Charles Flamand, auteur de Les pierres magiques. (Éditions Le Courrier du Livre. Paris, 1981) décrit la turquoise à partir du groupe auquel elle appartient :


Ve GROUPE : phosphates

La turquoise est un phosphate d'aluminium et de cuivre, hydraté. C'est une pierre opaque d'un bleu vert. Les turquoises orientales que l'on trouve surtout en Perse s'appellent turquoises de vieille roche ; on désigne celles d'Occident sous le nom de turquoises de nouvelle roche. Elles ont toutes l'inconvénient de s'altérer en vieillissant, de « mourir » comme l'on dit. Lorsqu'elles sont traversées de veines de limonite brunâtre, on les appelle turquoises matrix.




Lithothérapie :


Reynald Georges Boschiero, dans le Nouveau dictionnaire des pierres utilisées en lithothérapie (2001), nous apprend que la turquoise est aussi appelée callaïte.


"C'est la pierre qui évoque les mers du sud, lorsque les teintes du ciel et de la mer se mêlent si intimement qu'il est difficile de les différencier. La turquoise élève l'esprit vers le ciel et régit les fluides vitaux du corps.

Depuis la nuit des temps, la turquoise est une pierre sacrée en Égypte, en Perse, au Tibet, en Inde, et chez les Amérindiens du sud comme du nord. Magique, elle a la propriété de protéger votre entourage de vos propres pensées négatives en les absorbant à tel point qu'elle peut pâlir et mourir, voire se fendre lorsque la maladie ou la mort frappe son propriétaire, comme si elle s'offrait en sacrifice.

Elle protège aussi des énergies négatives émises par l'entourage, du mauvais œil, des agressions physiques, des accidents, de la mort violente.

C'est une pierre positive, optimiste qui permet de discerner le bien du mal. Elle est sincère et diffuse la confiance partagée sous le signe de la vérité. Elle conforte l'amitié et le sentiment d'affection réciproque.

Pierre de la jeunesse éternelle, elle est néanmoins porteuse d'une solide expérience qui donne courage et savoir-faire intuitif.

La turquoise est un bon régulateur du système nerveux. Ses effets apaisants contribuent à maîtriser ses coups de colère.

La turquoise donne un sens artistique passif qui permet de discerner le bon goût du mauvais.

Elle a une action purificatrice sur les fluides vitaux du corps : sang, urine, sperme, liquide céphalo-rachidien, sécrétions hormonales.

Elle renforce le système immunitaire.

Elle est efficace contre les intoxications, les empoisonnements, es excès de cholestérol, de triglycérides et de sucre.

Elle protège les muqueuses de la gorge, du nez et de la boîte crânienne ainsi que les yeux.

C'est une pierre de communication qui aide à l'expression et favorise l'écoute des autres.


Signes astrologiques de prédilection : Verseau, Poissons, Gémeaux, Sagittaire, Balance, Scorpion.

*

*

Dans Propriétés énergétiques des pierres et des cristaux (2001), J. M. Garnier nous livre les propriétés de la turquoise :


"La turquoise est une pierre bien vivante, elle peut changer de couleur, se fendre au gré des influences énergétiques qu'elle reçoit. Ce qui en faisait une pierre de divination dans l'ancien temps, car elle prévenait du mal imminent. Dans le commerce, la majorité des turquoises que l'on trouve sont passées dans un un bain de résine afin de les stabiliser. Cela n'affectera pas leurs propriétés intrinsèques.

C'est une pierre qui traitera les affections de la gorge et des voies respiratoires. Elle est aussi très efficace contre les infection bactériennes de tout type (par sa forte teneur en cuivre). Sur le chakra de base et le chakra du cœur, en activant l'oxygénation du sang, elle luttera contre les empoisonnements de celui-ci. Dans l'antiquité déjà elle était utilisée pour se protéger des poisons. Pour cette propriété on l'utilisera contre les maladies causées par un manque de substance nutritive et par exemple pour ceux qui souffrent d'anorexie. Pour les enfants qui bégaye on l'apposera sur le chakra du cœur avec une calcédoine au chakra de la gorge.

C'est une pierre qui absorbe rapidement et fortement les perturbations négatives causées par des points géopathogènes, il est donc recommandé d'en avoir une en voiture, elle évitera la perte de conscience du millième de seconde qui peut provoquer un accident. En outre, elle protège son entourage de ses pensées négatives et favorise le discernement.


Turquoise du Tibet : outre les propriétés générales de la turquoise, celle-ci s'est chargée d'une haute énergie spirituelle eu égard à la zone où elle est née.

Elle possède une forte propension à dissiper les négativités qui nous entourent ou qui émanent de nous-même, principalement sur le plan spirituel. Elle apporte ainsi une certaine paix de l'esprit."

*

*

Judy Hall autrice de La Bible des Cristaux (volume 1, Guy Trédaniel Éditeur, 2011) présente la Turquoise :


Turquoise

Couleur : Turquoise - Vert ou bleu.

Aspect : Opaque, souvent veiné, toutes tailles, souvent poli.

Disponibilité : Facile à trouver.

Source : États-Unis - Égypte - Mexique - Chine - Iran - Pérou - Pologne - Russie - France - Tibet - Afghanistan - Arabie.


CARACTÉRISTIQUES. Très efficace, offre réconfort à l'esprit et bien-être au corps. Pierre protectrice, elle a été utilisée pour des amulettes depuis la nuit des temps. Censée changer de couleur pour avertir de l'infidélité. Favorise l'accord spirituel et accroît la communication avec le monde physique et les mondes spirituels. Placée sur le troisième œil, accroît l'intuition et rend la méditation plus profonde. Sur le chakra de la gorge, laisse aller les anciens engagements, inhibitions et prohibitions et permet à l'âme de s'exprimer une fois de plus elle-même. Explore les vies antérieures et montre comment la création du "destin" est permanente et dépend de ce qu'on fait moment après moment.

La turquoise est une pierre de purification, qui dissipe l'énergie négative et élimine le brouillard électromagnétique, offrant protection contre les polluants environnementaux. Équilibre et aligne tous les chakras avec les corps subtils, met en accord le plan physique avec celui spirituel. Dans la pensée traditionnelle, la turquoise unit la terre et le ciel, réunissant les énergies masculine et féminine. Pierre compréhensive et équilibrée, favorisant l'épanouissement personnel, elle aide à régler les problèmes de manière créative et atténue la nervosité lorsqu'on parle en public.

Sur le plan psychologique, la turquoise fortifie. Élimine l'attitude de martyr. Sur le plan mental, instille le calme intérieur tout en permettant de rester alerte, et aide l'expression inventive. Sur le plan émotionnel, stabilise les changements d'humeur et confère la sérénité. Stimule l'amour romantique.

Sur le plan physique, la turquoise est excellente pour l'épuisement ou les crises de panique. Entre autres, protège des influences extérieures ou des polluants atmosphériques.


GUÉRISON. Fortifie les méridiens du corps et les champs énergétiques subtils. Renforce les systèmes immunitaires physique et psychique et régénère les tissus, favorise l'assimilation des substances nutritives, allège la pollution et les infections virales, soigne l'ensemble du corps, et particulièrement les yeux (dont la cataracte). Diminue l'acidité excessive. Bénéfique pour la goutte, le rhumatisme et l'estomac. Cette pierre est anti-inflammatoire et détoxifiante. Atténue les crampes et les douleurs.


POSITION. Partout, et spécialement sur la gorge, le troisième œil et le plexus solaire. Excellent élixir.


TYPE SPÉCIFIQUE. En plus des caractéristiques génériques, le type suivant a des propriétés supplémentaires :

La turquoise tibétaine est verte. Sa vibration est légèrement différente de celle de la turquoise bleu vif. Particulièrement utile pour guérir les blocages du chakra de la gorge, ainsi que l'expression personnelle refoulée, en remontant la lignée ancestrale jusqu'à la découverte de la source.

*

*




Symbolisme :

Dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Allain Gheerbrant, on peut lire que :


"La turquoise, dans les anciennes cultures mezo-américaines, est toujours en rapport avec le feu ou le soleil. Ainsi, le Soleil, dieu guerrier, à son réveil, chasse du ciel lune et étoiles avec pour arme le serpent de turquoises, identifié au feu et aux rayons. Chez les Aztèques, le dieu du feu se nomme Xiuhtecuhtli, ce qui signifie le maître de la turquoise.

Chez les Pueblo, la chambre cultuelle très secrète du Grand Prêtre des Pluies, (le maître des pluies du Nord), qui n'a pratiquement jamais été ouverte à un Européen, contiendrait un autel comportant deux petites colonnes de cristal et de turquoise plus une pierre en forme de cœur, le cœur du monde.

Huitsilopochtli, dieu aztèque de la guerre, suprême divinité solaire, est le Prince de la turquoise : il représente le soleil au zénith.

Comme il hennit joyeusement

Écoute le cheval turquoise du Dieu Soleil.


(Chant Navajo, dans Trésor de la Poésie universelle, NRF, 1958)

 

Selon Elie-Charles Flamand, auteur de Les pierres magiques. (Éditions Le Courrier du Livre. Paris, 1981) :


LA TURQUOISE : Elle est l'emblème du courage, de l'espoir, de la sincérité, de la confiance, de la vérité, de l'amitié, de la tendresse, de la jeunesse, des sentiments affectueux.

La turquoise est la pierre des cavaliers. « Or, dit Cardan, que les pierres nous gardent de péril, quand nous tombons, comme l'on dit de la pierre erano, dicte turquoyse, laquelle portée à un anneau, si l'homme tombe de dessus son cheval, est estimée recevoir tout le coup, et estre rompue en pièces, l'homme sauvé : cecy a la cause moins difficile, néanmoins qu'elle soit grande ; aucuns adjoutent qu'il faut que cette cause soit reçeue par grâce divine (1). » Cette croyance était encore répandue il n'y a pas si longtemps en Orient.

La turquoise est réputée pour tomber malade en même temps que celui qui la porte : elle change de couleur, se ternit ; lorsque la mort arrive, elle se brise.

« Chacun sait, dit Charles Lancelin, que la turquoise perd sa belle couleur bleue sur les mains ou au cou des personnes dont la fièvre élève la température ; et cependant, ce n'est pas la température elle-même qui agit en ce cas puisqu'aucun foyer de chaleur artificielle ne produit ce résultat. II faut donc que les effluves d'une peau malade, d'un organisme attaqué, agissent par un secret magnétisme sur la sensibilité minérale de la turquoise. » (1)

Elle préserve de l'assassinat et de toute mort violente ; elle conjure le mauvais œil, étouffe les inimitiés, rend actif, donne l'aisance matérielle, assure le succès en amour.

C'est un talisman pour les marins : elle les préserve des naufrages.

Elle combat les maladies des yeux et de la tête, lutte contre les empoisonnements et les troubles psychiques, protège les muqueuses, les narines, le cervelet, le grand sympathique, soulage les reins et la vessie, combat l'anémie et l'hydropisie.

Enfin, on lui prêtait une bien singulière propriété dont nous parle Jean de la Taille : « J'ay expérimenté qu'en la tenant ferme et suspendue avec un filet (3) sur un verre à fleur de l'eau (dont il doibt estre presque plain), la bague en laquelle elle est enchâssée commencera à s'ébranler peu à peu, et sonnera l'heure qu'il est contre les bords du verre et puis cessera. J'ay grand regret que ie n'en puis deviner et dire la cause, comme ie pourrais bien comprendre et dire celle de l'aymant et de l'ambre qui attirent le fer, et le festu, et de quelques autres pierres (3).


Notes : 1) Jérôme Cardan, loc. cit.

2) Charles Lancelin, L'occultisme et la vie, Paris, 1928, pp. 122-123.

3) C'est-à-dire un fil très fin.

4) Jean de la Taille de Bondaroy, La géomancie abrégée pour sçavoir les choses passées, présentes et futures ; ensemble le blason des pierres précieuses, contenant leurs venus et propriétés, Paris, 1574

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont, 1995 et 2019), Éloïse Mozzani nous propose la notice suivante :


Turquoise, qui de couleur perse

Tient du bleu céleste esclarci,

Bleu turquin, mais qui ne traverse

Son corps, tant il est espessi.

Turquoise, qui perdant sa grâce

Et le teint mignard de sa face

Se renouvelle peu à peu.

Quand blesme on l'approche du jeu.


Deux mille ans avant notre ère, une expédition envoyée par le pharaon Amenemhet II dans la péninsule du Sinaï mit au jour les plus vieilles mines connues de turquoises : les pierres servirent dès cette lointaine époque à fabriquer des amulettes, notamment en forme de scarabée, de fleur de lotus ou de faucon. Les talismans de turquoise sont toujours très réputés dans les pays arabes (qui affectionnent particulièrement les pierres bleues) et on y grave parfois des caractères coraniques.

La civilisation aztèque vénérait la gemme ; une turquoise très rare, à la pureté exceptionnelle, appelée téouxivilt ou «turquoise des dieux » ne devait jamais être portée par un humain.

Dès le XIIIe siècle, des turquoises provenant d'une mine de Perse furent introduites en Europe par des négociants turcs : c'est pour cela que la gemme a pris le nom de turquoise (Türkis en allemand). Les Turcs ne se contentèrent pas de répandre la pierre sur tout le continent : ils popularisèrent en même temps la croyance selon laquelle la turquoise protégeait son possesseur des mauvaises chutes, notamment de cheval. Plus tard, on lui attribua également le pouvoir de mettre à l'abri des chutes d'un lieu élevé et d'éloigner accidents et drames.

On prétend en outre que tout individu portant une turquoise ne peut être assassiné ni être victime d'une mort violente. La pierre préserve encore les marins des naufrages et de la noyade.

Selon une tradition commune à l'Occident, l'Orient et l'Asie, elle éloigne le mauvais œil. Dans les pays orientaux, la turquoise apaise le colère et soulage les douleurs de l'agonie. en Arabie, elle attire la faveur des princes, procure la victoire sur les ennemis et empêche les cauchemars.

Emblème du courage, de l'espoir, de la jeunesse, la pierre, en vertu de sa couleur bleue, est également un symbole de sagesse. Elle suscite la noblesse des sentiments, l'indulgence et la générosité. la turquoise, censée rendre digne de confiance, réjouit l'âme, attire la bienveillance et l'amitié. En cas de querelle, elle favorise la réconciliation. On prétend que « qui s'en pare aura de la nature et de la terre une connaissance innée, sera de ceux sur qui on peut compter dans les périodes de disette. Une intimité se forme entre cette gemme et qui la porte, ouvrant cette personne aux vérités toutes simples mais fondamentales de l'existence ». En même temps, la turquoise attire les fortes personnalités, les natures très indépendantes et aventureuses et tous ceux qui, un jour ou l'autre, exerceront un certain pouvoir.

La turquoise veille sur l'innocent, protège la vertu des jeunes filles et les amours : elle garantit la fidélité et, enchâssée dans une bague, évite les disputes conjugales ; elle augmente également la virilité ou la puissance sexuelle de son possesseur.

Lorsqu'elle est offerte par un être cher, la pierre repousse l'inimitié et porte bonheur. Pour les Anglo-Saxons, elle est gage de succès pour qui est né en décembre et la reçoit en cadeau.

La gemme assure l'aisance matérielle. On prétendait autrefois « que la figure du Verseau gravée en une turquoise fai[ai]t gagner aux marchands tout ce qu'ils [voulaient] ».

La turquoise pâlit lorsque son possesseur tombe malade et perd totalement sa couleur, voire se brise à sa mort. A l'inverse, elle retrouve son éclat dès qu'elle redevient la propriété d'un homme en bonne santé. Au XVIIe siècle, de Boot, médecin à la cour de Rodolphe II de Bohême entra en possession d'un anneau serti d'une turquoise ternie depuis le décès de son ancien propriétaire : « Nonobstant le triste état dans lequel était la pierre, il la fit graver à son sceau et commença de la porter. En l'espace de quelques semaines, la turquoise eut retrouvé sa couleur et son lustre d'antan. » Peu après, ayant fait une chute de cheval sans gravité, la pierre « prenant sur elle le mal, s'était en partie brisée ». En Roumanie, lorsqu'une turquoise pâlissait,, on la faisait porter au moins un mois à un proche en bonne santé puis on la reprenait, persuadé que la bonne santé se communiquait à la pierre.

Selon une croyance française du début du siècle (relevée en Poitou), « la turquoise donnée en cadeau pâlit si l'affection de la personne qui l'a donnée diminue ».

Pour les Indiens du sud-ouest des États-Unis (Navajos, Zunis et Hopis), les bijoux en turquoise expriment l'âme de celui qui les porte. Ceux qu'ils produisent et vendent ne sont pas uniquement des objets artisanaux, ils auraient une valeur amulettique : « Ces pièces d'un travail délicat sont bien souvent uniques, l'artisan navajo ou zuni mettant dans chacune toute son énergie créative, les dispositions spirituelles et affectives qui sont les siennes ce jour-là, la phase particulière de la lune et une infinité d'autres considérations qui n'entrent pas dans la fabrication industrielle des bijoux dits de "style indien" ».

Pour connaître l'heure, il suffit de suspendre une turquoise à un fil au-dessus d'un verre rempli d'eau et de compter le nombre de fois qu'elle en frappera le bord.

La turquoise, surtout lorsqu'elle est portée enchâssée dans un bracelet ou une bague au bras ou à la main gauche, protège la santé et met à l'abri de l'empoisonnement. Elle favorise la digestion, la circulation sanguine et l'élimination des toxines, soigne les affections des yeux, des voies nasales et de toutes les muqueuses, les migraines, l'anémie, l'hydropisie et elle influe bénéfiquement sur les reins et la vessie. La gemme aide à combattre les troubles psychiques, la nervosité, l'anorexie ou la boulimie. On dit encore qu'elle donne un joli teint.

Les animaux peuvent profiter des bienfaits de la turquoise : en placer une dans la bride ou le collier des bêtes de trait leur procure la vigueur. Ce qui n'est pas sans rappeler un ancien usage tibétain, perse et turc, selon lequel accrocher une turquoise aux rênes des chevaux affermissait leurs sabots et les protégeait des fièvres, notamment celles qu'ils risquaient de contracter en buvant, après une course, de l'eau glacée.

Selon un traité iranien, rêver d'une turquoise promet bonne santé et longévité.

La turquoise est associée à l'ange Verchiel, un des maîtres de l'ordre des Pouvoirs.

 

Dans le Nouveau dictionnaire des pierres utilisées en lithothérapie, Reynald Georges Boschiero (2001) associe la turquoise à différentes traditions :


  • "Aztèques : le dieu du feu était appelé "Maître de la turquoise".

  • Bouddhisme tibétain : richesse matérielle et spirituelle (associée au corail).

  • Musulmans : pouvoir spirituel.

  • Noces de turquoise : 18 ans de mariage."

En symbolique, la turquoise est associée à : "Feu, soleil et eau."

*

*

Maïa Toll, auteure de Les Cristaux du chaman, 36 cartes divinatoires, A la découverte du pouvoir des pierres et des cristaux (Édition originale 2020 ; Édition française : Larousse, 2021) nous révèle les pouvoirs de la Turquoise :

Mot-clef : Trouvez le chemin du retour


Échelle de Mohs : 5 - 6


« Vous pouvez toujours trouver le chemin du retour », assure la turquoise. Elle le sait, elle qui a voyagé avec les caravanes sur la route de la soie et accompagné des souverains dans leur passage vers la mort. La turquoise nous guide sur les chemins inconnus ou dangereux, dans la réalité ou dans le pays ombreux des voyages psychiques et des rêves. Elle protège ces zones de notre esprit égarées, effrayées ou occultées. L'être humain est partagé entre un caractère yin et un caractère yang (entrant parfois en conflit) qui le poussent simultanément à déployer ses ailes et à rester au nid. La turquoise comprend. « Allez et grandissez », chuchote-t-elle. « Je vous aiderai à trouver le chemin du retour. »


Rituel : Soyez votre propre demeure

Quand les anciens regardaient la turquoise, ils voyaient le bleu infini du ciel. Cette pierre céleste, née du ventre de la Terre Mère, parle d'équilibre, d'unité et du savoir de toutes choses. La turquoise nous aide à retrouver ce qui été perdu ou abandonné dans le « ciel » - ces parties de nous-mêmes qui voyagent sans fin dans les royaumes spirituels, parce qu'elles ne se sentent pas à l'abri dans un corps ou désirées en nous.

  • Debout, les pieds écartés de la largeur des hanches, les orteils ancrés dans le sol, levez la tête vers les cieux. Visualisez la couleur de la turquoise, ocellée de terre et de ciel. Dans votre cœur ou à voix haute, dites :

Je suis ma propre demeure

  • Répétez ce mantra, en vous concentrant de tout votre être.

  • Observez vos visions ou sensations corporelles, en laissant vos pensées vagabonder.

Réflexion : Nid ou nouveauté ?

L'esprit humain est dans une tension dynamique entre le désir d'enracinement et la passion de l'exploration ; le nid opposé à la nouveauté. Nous aimons notre confort et la chaleur du foyer, mais nous nous ennuyons facilement et sommes toujours en qu^te de nouvelles aventures ou d'une meilleure version de notre réalité quotidienne. C'est notre chance et notre malédiction. Nous sommes partagés entre le secret désir de tout envoyer promener et la culpabilité de nourri ce germe de destruction dans notre cœur.

Pouvez-vous publier cette culpabilité et cette peur pour examiner tous les aspects de votre désir ?

Que se passe-t-il quand vous acceptez de résoudre les tensions, apparemment conflictuelles, entre vos désirs ?

*

*

Joëlle Ricordel, dans un article intitulé "Des vertus et couleurs de quelques minéraux dans les écrits des médecins de langue arabe (IXe-XIIIe siècle). (In :Pallas. Revue d'études antiques, 2021, no 117, pp. 219-233) explique la place de la turquoise dans la pharmacologie arabe :


Les gemmes d’un vert mêlé de bleu : La turquoise (فيروزج) en est la représentante. Elle est d’une coloration indéfinie car son vert n’est pas pur mais mêlé de bleu. La turquoise, fīrūzj, n’est pas considérée comme une pierre noble et est écartée des parures royales. On doute de la stabilité de sa couleur. Ibn Biklāriš écrit qu’ « elle a un aspect très agréable. Sa couleur est limpide lorsque l’air est pur et se trouble lorsqu’il ne l’est pas ». C’est en se référant à Dioscoride que les médecins discréditent la turquoise et ne font pas confiance à ses qualités thérapeutiques car « toute pierre dont la couleur s’altère ne vaut rien pour celui qui la porte ».

 

Stéphanie Ribeiro, autrice de Célébrer les pleines lunes (Éditions Secrets d'étoiles, 2022) propose un rituel pour chaque pleine Lune. Elle en profite pour expliquer quelles sont les pierres spécifiques pour célébrer la lune :


La turquoise : Cette pierre est composée de phosphate hydraté de cuivre et d'aluminium. Son incroyable couleur allant du bleu profond au bleu-vert brillant a contribué à la naissance de fabuleuses légendes sur cette pierre. La plus ancienne turquoise connue date de l'Égypte ancienne, il y a 6000 ans. A l'instar de l'améthyste, la turquoise est elle aussi une pierre de protection et aide à chasser les énergies négatives pour les transformer en énergies positives.


Son utilisation en magie : En magie, on l'utilise pour favoriser l'amitié, l'amour, l'ancrage, la beauté, le bonheur, la bonté, le calme, la chance, la communication, le courage, la créativité, l'empathie, l'énergie, la paix, l'intuition, la force intérieure, la guérison, la prospérité, la protection, la purification, le renouveau, la réussite, la richesse, la sagesse, le voyage, l'accès au plan astral.


En amulette : vous pouvez l'offrir en cadeau pour apporter richesse et bonheur à celui qui la reçoit.


Sur l'autel : elle accroît la communication entre les mondes spirituels.


En diadème : placée sur le 3e œil, elle augmente l'intuition.

*

*



619 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page