top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

L'Aigremoine



Étymologie :

  • AIGREMOINE, subst. fém.

Étymol. ET HIST. − xiie s. bot. « agrimonia eupa toria L. » (Médicinaire liégeois du XIIIe s., éd. Haust, p. 120 et 118 ds Fr. mod., t. 21, p. 217 : A palesien, prens... betoine et agremoine [...] Alla dolour des lombres, prens aigremoine). Corruption d'apr. aigre, de aigremoine, empr. au lat. argemonia (lui-même empr. au gr. α ̓ ρ γ ε κ ω ́ ν η « sorte de pavot », plante médicinale). Déjà en lat. var. argimonia et par métathèse (peut-être avec influence de ager) agrimonia et acrimonia par rapprochement avec acrimonia (dér. de acer, voir aigre) « substance, suc âpre de certaines plantes (à vertu parfois thérapeutique) », cf. Theod. Prisc., Log., 99 ds TLL s.v. acrimonia, 431, 68 : his [...] omnia acrimonia profuerunt ; pour les différentes formes de argemonia voir TLL et André Bot. 1956, s. v. argemonia.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Agrimonia eupatoria ; Agrimoine ; Eupatoire des Grecs ou des Anciens ; Faux Eglantier ; Francornier ; Herbe de Saint-Guillaume ; Herbe de Sainte-Madeléine ; Ingremoine ; Religieuse des champs ; Rose bâtarde ; Sorbelette ; Thé des bois ou du Nord ; Toute-bonne.

*

*




Botanique :


*

*




Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé. Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) évoquent rapidement le symbolisme de l'agrimoine :


AGRIMOINE OU RELIGIEUSE DES CHAMPS - RECONNAISSANCE.

L'Agrimoine est cette jolie campanule dont les fleurs, du lilas le plus tendre [?], sont suspendues à la tige en forme de clochettes. Madame de Chasteney dit, dans son Calendrier de Flore : On soupçonne que le nom d’Agrimoine a été donné à cette plante par la ressemblance de ses calices dépouillés de fleurs, avec les petites clochettes des ermites. Pour moi, je pense que la reconnaissance a fait donner le nom de Religieuse des champs à cette campanule jolie, solitaire et bienfaisante, en l'honneur de quelque bonne, douce et complaisante hospitalière.

 

Dans son Nouveau Langage des fruits et des fleurs (Benardin-Béchet, Libraire-Éditeur, 1872) Mademoiselle Clémentine Vatteau poursuit la tradition du Sélam :


AGRIMOINE : Dévouement ; Reconnaissance.

La reconnaissance, dit J. Sandeau, parfume les grandes âmes et s'aigrit dans les petites.

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), l'Aigremoine (Agrimonia eupatoria) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Jupiter

Élément : Feu

Pouvoirs : Protection ; Sommeil.


Utilisation magique : L'Aigremoine entre dans de nombreux charmes de protection. Ses fleurs jaunes, disposées en épi, fleurissent de bas en haut durant tout l'été pour donner de petites graines velues qui s'accrochent, aux vêtements. C'est cet épi floral qui est utilisé en magie. Si la malveillance est reconnue comme venant de source humaine, la tradition recommande de cueillir l'épi en début de floraison : partie basse en fleur, sommet pointu pas encore ouvert. Lorsque les influences négatives viennent de source surnaturelle, on fait l'inverse : sommet en pleine floraison, partie basse commençant à se faner. Durant l'Inquisition, l'Aigremoine était utilisée dans toute l'Europe pour faire la chasse aux sorcières. On pénétrait dans la maison suspecte en brandissant devant soi, à l'horizontale, un bouquet d'Aigremoines. Si le lieu était effectivement habité par un suppôt du Malin, les fleurs se fanaient les unes après les autres, mais dans un sens opposé à celui de la nature : de haut en bas.

Vous pouvez vous servir d'Aigremoine pour renvoyer au sorcier les sorts qu'il a jetés. Car cette plante ne se contente pas de faire obstacle à un maléfice ; elle le retourne en plus contre celui ou celle qui l'a envoyé.

Selon une ancienne tradition, des pieds entiers d'Aigremoine cousus à l'intérieur d'un oreiller plongent le dormeur dans un sommeil comateux et continu, dont il ne s'éveillera plus tant que les plantes n'auront pas été retirées.

*

*

Selon Philip et Stephanie Carr-Gomm, dans L'Oracle druidique des plantes : Travailler avec la flore magique de la tradition druidique (édition originale, 1994 ; traduction française Véga, 2008), les mots clefs attachés à cette plante sont :

"Purification - Libération - Préparation à de nouveaux commencements."

Position inversée de la carte : "Attachements malsains - Chagrin - Léthargie."


L'aigremoine est une plante pérenne, indigène de l'Europe, introduite sur le continent américain, atteignant 90 cm de hauteur. Ses fleurs jaunes étoilées, à arôme d'abricot, donnent des fruits à capsule épineuse roussâtre. Ses feuilles, fragrantes lorsqu'elles sont écrasées, présentent de petites folioles dentelées entre des paires de grandes folioles.

La carte montre l'aigremoine en fleur à l'époque de la fête druidique d'Alban Hefin, le solstice d'été, en juin. Sur un côté pousse le premier des arbres celtiques oghamiques, beith, le bouleau. - l'arbre des commencements et de la purification - dont les propriétés sont similaires à celles de l'aigremoine. Au loin, on voit les pierres solitaires du "cercle des druides" érigé au début de l'âge du bronze à Penmaenmawr, au Pays de Galles.


Sens en position droite. L'un des noms gaéliques de l'aigremoine est Mur-druidheann, "chagrin des druides". Une traduction plus subtile est "dissipateur de chagrin utilisé par les druides", car l'aigremoine aide à sortir de la dépression et de la léthargie en éliminant l'énergie négative de l'aura et de la maison. Si vous avez tiré cette carte, vous êtes prêt à abandonner les pensées, les sentiments et les attachements obsolètes. L'aigremoine confère un sentiment de clarté et de libération incitant à avancer hardiment dans une nouvelle phase de la vie, emploi ou relation. Tout chagrin existant sera dissipé et toute énergie négative subsistant dans la maison ou au travail disparaîtra aussi vite que la nuit s'évanouit à l'aube.


Sens en position inversée. En ce moment, un sentiment de tristesse ou de léthargie vous alourdit. La vie semble avoir perdu sa saveur et vous aimeriez que le printemps revienne. Souvent, ce genre de sentiment naît des attachements qui apportaient jadis la joie et qui semblent maintenant avoir "tourné" à l'aigre - comme le lait. Vous devez consacrer plus de temps à un "nettoyage de printemps" de votre vie, intérieur ou extérieur. Débarrassez-vous du fouillis inutile de votre maison et questionnez-vous : "Ai-je vraiment besoin de ceci ou de cela ?" Tout comme la douleur physique signale que le corps a besoin d'attention, le chagrin ou le manque d'énergie sont parfois des symptômes disant que vous devez vous occuper de vos propres besoins avant de vous pencher sur ceux des autres - du moins jusqu'à ce que vous vous sentiez mieux. Ainsi les blocages disparaîtront, l'énergie négative se dispersera et vous irez vers une nouvelle phase de votre vie.

*

Une herbe d'autorité princière

Pline nomme ainsi l'aigremoine, un puissant astringent, tonique et purifiant sanguin, utilisée pendant des siècles pour traiter des états de faiblesse et d'épuisement. En France, l'aigremoine est encore le principal ingrédient d'une tisane tonique prise au printemps. En Allemagne, elle était très révérée pour ses propriétés protectrices. On la mentionne souvent parmi les ingrédients d'un "bouquet de neuf simples" servant de panacée pour toutes sortes d'affections physiques, spirituelles ou psychologiques.

En plus de ses propriétés toniques et curatives, l'aigremoine est capable d'entraîner un sommeil profond et paisible. Ses feuilles et ses fleurs séchées sont utilisées à la préparation d'un oreiller végétal, dont le pouvoir est tel que la personne endormie ne s'éveillera que s'il est retiré, ce que rappelle cette vieille comptine anglaise :


S'il est posé sous la tête de l'homme,

Celui-ci dormira comme s'il était mort ;

Il ne rêvera et ne s'éveillera pas

Tant que l'oreiller n'a pas été retiré de sous sa tête.


L'aigremoine est une plante parfaite pour un bain lustral pris avant la méditation, le travail spirituel ou la participation à un rituel. Pour préparer une infusion, versez 500 ml d'eau bouillante sur deux cuillères à thé de feuilles hachées et laissez infuser 10 minutes. L'infusion peut être bue, versée dans l'eau de nettoyage ou dans le bain. L'eau du bain peut aussi être parsemée de feuilles et de fleurs.

La magie druidique se sert de l'aigremoine comme encens pour purifier l'aura et le cercle rituel, car son action est pareille à celle de la sauge employée dans certaines traditions de "fumigation". Saupoudrées sur des charbons ardents, les feuilles séchées ont un puissant effet nettoyant et purifiant."

*

*

Selon Le Livre des superstitions, Mythes, légendes et croyances (Éditions Robert Laffont, 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani,


Cette plante herbacée des prés et des bois, à fleurs jaunes en épis qui fleurissent de bas en haut et donnent de petits fruits (ou graines) crochus, a la particularité non seulement d'arrêter les maléfices mais en plus de les retourner contre son auteur. A l'époque de la chasse aux sorcières, elle servit dans toute l'Europe à confondre ces créatures malfaisantes : il suffisait de pénétrer chez elles en tenant horizontalement un bouquet de la plante et « si le lieu était effectivement habité par un suppôt du Malin, les fleurs se fanaient les unes après les autres, mais dans un sens opposé à celui de la nature : de haut en bas ».

Si l'on veut conjurer la malveillance d'un individu, il faut cueillir l'aigremoine lorsque seule la partie basse est fleurie. A l'inverse, si la cause est surnaturelle, attendre que la partie supérieure de la plante soit fleurie.

Dans l'île anglo-normande de Guernesey, une jeune fille qui veut voir en songe son futur époux met sous son oreiller, le jour de la Saint-Thomas, deux branches d'aigremoine de neuf folioles, disposées en croix, le tout attaché avec deux épingles en croix également. Il suffit alors de réciter une oraison au saint et de s'endormir. Il faut savoir également que « des pieds entiers d'aigremoine cousus à l'intérieur d'un oreiller plongent le dormeur dans un sommeil comateux et continu, dont il ne s'éveillera plus tant que les plantes n'auront pas été retirées ». Au XVIè siècle, on la recommandait contre les fistules :

  • Cueillez trois racines d'aigremoine et les cueille en ayant bonne dévotion et espérance de la cure de la maladie en disant trois fois Pater Noster et Ave Maria. Puis après, les pendre à la fumée avec le nom du patient jusqu'à ce qu'ils soient seiches et la fistule sera guérie.

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Editions Québec-Livres, 2013), décrit ainsi l'aigremoine : "Il s'agit d'une plante vivace à la racine longue et fortement ancrée dans la terre ; ses fleurs sont douces et soyeuses au toucher, mais amères a goût à cause du tanin qu'elles contiennent.


Propriétés médicinales : Une décoction de cette plante peut servir à plusieurs usages. traditionnellement, l'aigremoine servait à nettoyer le foie, surtout dans des cas d'hépatite et de jaunisse. C'est aussi un astringent recommandé en usage externe pour le traitement de l'acné et d'une peau huileuse. C'est également un expectorant qui vous débarrasse facilement d'une toux, mais on doit y ajouter du miel pour en adoucir le goût.


Genre : Masculin.


Déités : Morphée (pour le sommeil) ; Odin (pour la protection).


Propriétés magiques : Protection et combat contre l'insomnie.


Applications :

OREILLER MAGIQUE : La pratique la plus ancienne consiste à fabriquer un petit oreiller rempli des feuilles et des fleurs de cette plante afin de combattre l'insomnie et de trouver un sommeil réparateur. Dans l'Antiquité, on croyait que si on plaçait ce type d'oreiller sous la tête d'une personne, celle-ci tombait aussitôt endormie.


AMULETTE DE PROTECTION : Sa seconde utilisation se situe au niveau des amulettes de protection. Voici comment faire la vôtre.

Allumez une chandelle de couleur appropriée et faites brûler de l'encens de protection.

Remplissez un petit sachet de tissu noir ou blanc d'aigremoine que vous aurez consacré selon le rituel et l'invocation suggéré au chapitre précédent, sous la rubrique Quelques rituels de base, à la page 16, mais en précisant cette fois, votre but et votre intention. Portez ce sac autour de votre cou, sous vos vêtements, lorsque vous sortez de la maison. Il devrait éloigner les dangers."


Invocation p. 16 : "Action d'invoquer ou de demander l'aide d'une déité, d'un ange ou d'un esprit par des formules ou des noms de pouvoir dans le but d'obtenir un résultat."

*

*


*

*




Mythes et légendes :


Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot recense nombre de légendes populaires :


A Guernesey la jeune fille qui veut voir en songe celui qu'elle doit épouser place en croix sous son oreiller, le jour de Saint-Thomas, deux branches d'aigremoine, attachées avec deux épingles en croix : chacune de ces branches doit avoir neuf folioles, et la jeune fille récite une oraison au saint.

*

*


*

*

1 272 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page