Blog

  • Anne

La Bardane





Étymologie :

  • BARDANE, subst. fém.

Étymol. et Hist. Ca 1250 bot. agn. bardane (Vocabulary of the names of plants, Ms Harley n°978, 140 b, éd. Th. Wright, A volume of Vocabularies, 1857 dans T.-L. : lappa : bardane, clote) ; xve s. m. fr. bardane (Grant Herbier, 60 d'apr. DG). Empr. au lat. médiév. bardana « Arctium lappa L. », attesté dep. viiie-xie s. (Glossae latino-theodiscae, III, 536, 44 dans Mittellat. W. s.v., 1373 : bardana idem lappa maior, groz letheche), altération, sans doute sous l'influence de barba qui signifie déjà en lat. class. « partie d'une plante pouvant évoquer une barbe » (André Bot. s.v.), de dardana « Arctium lappa L., grande bardane », attesté dep. le ve s. (Pseudo-Apulée, De Herbis, 37 dans TLL s.v., 38, 78), rattaché par E. Gamillscheg et L. Spitzer (Die Bezeichnungen der Klette im Galloromanischen − Frz. Bardane, 1915, pp. 1-12) et EWFS2s. v. au germ. *daroth (dard*). L'objection formulée contre cette hyp. par FEW t. 1, s.v. *barrum note 16, selon laquelle bardana et dardana désigneraient des plantes différentes de la bardane, n'est pas justifiée, ces mots étant glosés lappa et personacia (André Bot., à ces mots). Cette étymol. est donc préférable à celle qui fait de bardane un emploi fig. du lyonnais bardane « punaise », dér. du lat. pop. *barrum « boue » (FEWt. 1, s.v. *barrum, Bl.-W.5, Dauzat 1968) puisqu'il est impossible de séparer le fr. bardane des formes de lat. médiév. bardana et dardana. L'esp. bardana (Rupp., p. 101) ne peut convenir, car il n'est attesté que dep. 1555 (d'apr. Cor.s.v.).


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Utilisation :


Selon Lionel Hignard et Biosphoto, auteurs de Fabuleuses histoires de graines (Éditions Belin, 2011),


"Georges de Mestral à inventé le velcro (du latin vel, velours et cro, crochet), en observant u microscope les fruits de la bardane. Il s'aperçut que les petits crochets recourbés du fruit étaient capables de se tendre et de se détendre en se fixant parfaitement aux pelages des animaux ou aux vêtements, et pouvaient s'en décrocher tout aussi facilement."

*




Symbolisme celte :


D'après L'Oracle druidique des plantes, Comment travailler avec la flore magique de la tradition druidique de Philip et Stephanie Carr-Gomm, (édition originale 1994, traduction française 2006), les mots clefs associés à la plante sont :


En "position droite : Récolte - Purification - Attachement

position inversée : L'exclu - Bouc émissaire - Blâme.


La bardane est un chardon bisannuel qui pousse dans la plupart de l'Europe, de l'Amérique du Nord et d'Asie. Atteignant une hauteur de 120 cm, elle a de grandes feuilles à peu près ovales et des fleurs pourpres qui s'ouvrent entre juillet et septembre. Sa caractéristique distinctive est son capitule - tête épineuse apparaissant une fois que la plante a fleuri. les capitules, miracle de design naturel, ont inspiré l'inventeur suisse Georges de Mestral, qui a copié leurs crochets et boucles minuscules pour créer le velcro.


La carte montre la grande bardane (Arctium lappa) entre les deux fêtes druidiques, Lugnasad, le 1er août, marquant le début de la saison des récoltes, et Alban Elfed, l'équinoxe d'automne du 21 à 22 septembre, en marquant la fin. A côté d'elle pousse une dent-de-lion, plante possédant de nombreuses propriétés similaires à celles de la bardane. Jadis, on combinait les deux pour une boisson gazeuse et un vin fort. La dent-de-lion était utilisée par les Médecins de Myddfai et les druides anciens en tant qu'aliment et que remède.


Sens en position droite. Si vous avez choisi cette carte, vous devez envisager de vous libérer d'un influence ou d'une habitude obsolète, devenue carrément néfaste. Traitez-la comme une récolte et séparez le grain de l'ivraie. Admettez que même les expériences les plus négatives offrent des leçons précieuses, et voyez si vous pouvez intégrer celles-ci afin d'avancer vers une nouvelle phase de la vie.

La bardane se propage facilement, car ses capitules s'attachent aux poils des animaux de passage et sont ainsi portés très loin. La simplicité de ce mode de propagation offre une image parfaite de la manière dont nous arrivons parfois, sans vraiment faire des efforts, dans un nouveau domaine de la vie. S'il s'agit d'un phénomène inconscient, des difficultés risquent de se produire. Si nous nous attachons consciemment , mais sans insister lourdement, aux idées, au projets et aux gens auxquels nous faisons confiance, nous pouvons accomplir davantage de choses que si nous restons isolés.


Sens en position inversée Choisir cette carte inversée signifie qu'un bouc émissaire apparaît dans votre vie. Il se peut que vous soyez injustement blâmé pour un problème particulier, ou que vous devenez le bouc émissaire dans votre famille ou dans votre environnement professionnel. La carte peut aussi signifier que vous êtes tombé dans le piège de placer tout le blâme pour une situation sur une personne ou un groupe. Quoiqu'il en soit, l'important est de réaliser la présence de ce processus et de faire le nécessaire pour lui mettre fin. Bien que ce soit une réaction humaine naturelle, blâmer autrui offre rarement plus qu'ne satisfaction temporaire. Une approche différente est nécessaire pour vraiment régler le problème. la discussion, la médiation et la contemplation peuvent s'avérer utiles. Jeter rituellement des capitules de bardane dans le feu peut aussi aider sur le plan psychologique et magique."

*

La patte de l'ours


Le nom scientifique de la grande bardane est Arctium lappa, Arctium du grec arktos, l'ours et lappa, saisir. Il est aussi possible que lappa vienne du celte llap, main. Quelle que soit l'origine de son nom, quand vos vêtements rencontrent les capitules d'une bardane, vous vous en débarrasserez aussi difficilement que de l'étreinte d'une patte d'ours.

Ces capitules très tenaces ont été utilisés pendant des siècles lors e la fête de Burryman de la ville du South Queensferry, dans le Lothian occidental (Ecosse). Début août, à Lugnasad, un homme est vêtu d'une tenue spéciale et d'une cagoule, recouvertes de milliers de capitules de bardane, munies seulement de minuscules trous pour les yeux et d'un trou à travers lequel il peut boire avec une paille les offrandes de whisky. Toute la journée, ce personnage terrifiant pareil à un ours est promené dans la ville, bras tendus, soutenu par deux bâtons. Vestige d'un rite de fertilité païen, la marche du Burryman est censée conférer chance à la ville, puisque tous les esprits néfastes adhéreront à ces capitules et seront emportés.

La bardane pousse en Grande-Bretagne depuis des milliers d'années et a longtemps été utilisée comme nourriture et comme herbe médicinale. Sa racine dépasse d'ordinaire les 30 cm et peut être consommée crue ou cuite. Les racines et les feuilles offrent l'un des toniques sanguins végétaux les plus puissants et fiables. De même que la dent-de-lion, la bardane est efficace pour le traitement des affections dermiques, acné, eczéma et psoriasis. Antibiotique, régularise le système hormonal, est une source précieuse de vitamines B, stimule les systèmes lymphatique et immunitaire, élimine les toxines et aide à prévenir le cancer. Juste comme le Burryman parcourt la ville en la débarrassant des énergies toxiques, la bardane parcourt le corps en accomplissant la même fonction.

Les druides modernes utilisent la bardane et la dent-de-lion en infusion, cordial ou vin pendant la saison de la récolte, entre les deux fêtes de Lugnasad et Alban Elfed - afin de se purifier et de fortifier leur système immunitaire en préparation à l'hiver."

*



56 vues