Blog

  • Anne

La Bétoine




Étymologie :

  • BÉTOINE, subst. fém.

Étymol. et Hist. xiie s. bot. (Gloss. du XIIes., L. Delisle dans Gdf. Compl. : Bethoine ... Velve, trionithes, betuinnes) ; xve s. betoine (Grant Herbier, ibid.). Adaptation du lat. betonica, vetonica ou vettonica « plante des Vettones, peuple d'Espagne (qui en aurait tiré parti le premier) », mot d'orig. gaul. selon Pline (25, Hist. nat. 8, 46 [84] dans Forc., s.v. betonica; v. aussi André Bot., p. 329, s.v. vettonica).


Étymol. et Hist. 1811 bot. (Encyclop. méthod.). Dér. de épi*; suff. -aire2*.


Lire aussi les définitions du nom bétoine et du nom épiaire et pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :

*




Symbolisme :


Selon Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani :


La bétoine, plante des bois à petites fleurs mauves, dont les vertus médicinales auraient été découvertes, selon Pline, par les Vettons, ancien peuple de l'Espagne romaine - d'où son nom de betonica dérivé de Vetonica -, fut une herbe sacrée aussi bien dans le monde gréco-latin qu'en Égypte. Dans le traité qu'il lui a consacré (De vetonica libellus) Antonius Musa, médecin de l'empereur Auguste, lui attribue quarante-sept applications médicinales : "La bétoine, écrit-il, contregarde les âmes et les corps des personnes et même garde ceux qui vont de nuit de tous charmes et dangers. elle préserve aussi les lieux sacrés et les cimetières des serpents malins et des visions étranges : et finalement cette plante est saincte en toutes choses." Pline, lui, en faisait l'arme absolue contre les reptiles : ils "s'entretuent si on les entoure avec cette herbe".

Au Moyen Âge, on lui faisait toute confiance pour chasser "ce qui est redoutable et faire sortir tous les os cassés". Rien qu'en reniflant ses fleurs, on était censé guérir les maux de tête ; son jus mis dans l'oreille d'un sourd remédiait à son infirmtié et sa racine sous un oreiller mettait à l'abri des cauchemars.

On dit également que la bétoine cueillie "sans tache", réunie à neuf grains de terre et placée dans un petit morceau de toile neuve protège du mauvais oeil et du "mauvais vent". Les Bretons croient augmenter le pouvoir de cette amulette en faisant deux signes de croix et en déposant quelques sous dans le tronc d'une église pour le Saint-Esprit.

De plus, il fut longtemps d'usage de jeter des bétoines dans le feu de la Saint-Jean et de sauter par-dessus car la fumée qu'elles dégageaient était censée purifier.

Un ancien traité recommande de lui adresser la prière suivante : "Bétoine, toi qui as été découverte la première par Esculape ou par le centaure Chiron, sois favorable à mes prières. Je t'implore, herbe puissante, par celui qui a donné l'ordre que tu sois créée et que tu serves à une foule de remèdes ; veuille aider à composer les quarante-sept remèdes que voici".

Toutefois, en haute Bretagne notamment, on mettait en garde les enfants contre le contact des "primevères des haies", réputées donner de la fièvre. Selon une croyance des Landes, les sorciers attirent les jeunes filles en leur posant une feuille de bétoine sur l'épaule. Enfin, la bétoine est l'emblème de la brusquerie car, en la touchant, les épileptiques sont animés de mouvements brusques et saccadés.

*

*




Symbolisme celte :


Selon L'Oracle druidique des plantes, Comment travailler avec la flore magique de la tradition celte, (édition originale, 1994 ; traduction française, 2006) de Philip et Stephanie Carr-Gomm, les mots clefs associés à cette plante sont :


en "position droite : Apaise la discorde - Dissipe la négativité - Protection

en position inversée : Confrontation - Evasion - Blessures.


La bétoine est le nom commun du genre Stachys, comportant quelque 300 espèces poussant en Europe, en Asie, en Afrique, en Australie et en Amérique du Nord. En Grande-Bretagne cinq espèces poussent à l'état sauvage. Selon Pline, l'espèce appelée maintenant pédiculaire des bois était la plus appréciée par les Celtes. Les bétoines poussent mieux en plein soleil ou dans les lieux partiellement ombragés., à la lisière des bois, sur les prairies et les terres en friche.La plante s'élève jusqu'à 60 cm de haut et son efflorescences rose ou pourpre en épi a lieu en juillet et en août.


La carte montre une épiaire bétoine (Stachys betonica) en fleur à côté du mur en pierres sèches d'un ancien jardin de simples qui a pu appartenir à l'un des médecins de Myddfai. Une tête celte sculptée gît contre le mur. A l'arrière-plan on voit une valériane, qui apaise traditionnellement la discorde, tout comme la bétoine. A droite de l'image, une inule, qui, comme la bétoine, a des propriétés antiseptiques et antibactériennes.


Sens en position droite. Les Anciens pensaient que la bétoine protégeait l'âme et le corps. Sa capacité à stopper les hémorragies et à guérir les blessures en faisant un vulnéraire. Si vous avez choisi cette carte, il est possible que vous soyez attiré par la guérison des blessures - les vôtres ou celles des autres. Lorsqu'un conflit intervient, la douleur et les blessures en sont souvent les conséquences. Il n'est pas facile de décider quand arrêter la dispute et quand la laisser suivre son cours. Pour qu'un conflit soir productif plutôt que destructif, il faut encourager la communication claire et minimiser l'esprit rancunier. Un couple heureux - ou une entreprise couronnée de succès - n'est pas celui qui ne connaît jamais le conflit, mais celui qui sait résoudre les tiraillements incontournables dans toute relation. La capacité de régler les conflits est au cœur de la faculté de guérison - dont la bétoine est un exemple, de par sa réputation de panacée et ses remarquables propriétés médicinales.


Sens en position inversée. L'arrêt prématuré du conflit, comme l'anéantissement d'un symptôme dont la cause n'est pas guérie, soulage temporairement (ce qui est parfois nécessaire), mais en fin de compte ne fait que retarder le moment où il faut s'attaquer à la cause du problème. Si vous avez choisi cette carte, vous évitez d'exprimer une opinion différente ou une émotion apparemment négative afin de "maintenir la paix". Cependant, de temps à autre il est nécessaire d'accepter le conflit, car une perspective inédite ou une proximité nouvelle peuvent émerger de la confrontation des points de vue ou des sentiments. Votre intuition vous dira si vous devez enfin affronter une personne ou une question ou faire de votre mieux pour mettre en action d'autres possibilités de règlement.

Des sentiments de discorde risquent d'émerger d'une atmosphère négative subsistant dans un endroit particulier. Évitez de vous attaquer là aux conflits et gérez-les de préférence ailleurs. Une interprétation plus subtile de cette carte signale le sentiment de blessure que vous éprouvez actuellement.

*

"Vends ton manteau et achète de la bétoine"

Ce proverbe italien montre la valeur accordée à cette plante remarquable par les Anciens. Pendant des siècles, elle a été considérée sur pratiquement tous les continents comme l'une des plantes curatives les plus polyvalentes et puissantes. La science confirme ce que les Anciens savaient déjà sur cette plante : elle est altérative, antibactérienne, antipyrétique, antiseptique, antispasmodique, astringente, carminative, diurétique, fébrifuge, hypotensive, stomachique, styptique, tonique, vermifuge et vulnéraire. En regardant la signification de ces termes dans un dictionnaire, vous profiterez d'un bref cours sur les concepts essentiels de la phytothérapie. Le fait que la bétoine possède l'ensemble de ces propriétés curatives explique pourquoi on la tenait parfois pour une panacée, à l'exemple du gui, et pourquoi son nom gaélique est lus bbeathag - plante de vie.

Le nom "bétoine" est censé dériver du celte bew signifiant "tête" et ton "tonique" ou "bon", puisqu'on savait depuis la nuit des temps que cette plante soignait les maux de tête. Dans la Rome antique, la bétoine était censée soigner 47 maladies. Les herboristes anglo-saxons pensaient qu'elle soignait la "maladie de l'elfe", causée par les esprits malins. A l'époque médiévale, les herboriste l'utilisaient pour extirper "les diables et le désespoir". La bétoine était plantée dans la cour des églises et portée autour du cou en tant qu'amulette. Combinée à l'euphraise et au tussilage elle servait à la fumigation ou était sniffée pour atténuer les maux de tête. On dit qu'ajoutée à la nourriture, elle apaise les dissensions domestiques.

Les druides actuels conseillent la bétoine en tisane pour alléger les maux de tête. En infusion, elle est ajoutée au bain rituel ou à l'eau utilisée pour laver le plancher afin de dissiper les influences négatives et encourager la réconciliation."

*

*

70 vues