Blog

  • Anne

L'Araignée



Étymologie

  • ARAIGNÉE, subst. fém.

ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Début xiie s. « toile d'araignée » (Psautier Oxford, Lib. Psalm., XXXVIII, 15 ds Gdf. Compl. : E defirre fesis sicume iraignee l'aneme de lui) ; début xiiie s. (Psautier, B.N. 1761, fo55d, ibid. : Sire, tu l'as ensi pugni que tu as fait s'arme atenuir ausi coume l'areignee) − 1740 Ac. ; 2. 1er quart xiiie s. « arachnide qui file une toile destinée à prendre les insectes dont elle fait sa proie » (G. de Coincy, Mir. Vierge, ms. Brux., f°67c, ibid. : Areignie ne barbelote) ; 1530 arigner (Palsgr.). Dér. de araigne*; suff. -ée*.


Lire la définition du nom pour réfléchir à de premières interprétations symbolique

*




Zoologie :


Selon Frans de Waal, auteur de Sommes-nous trop "bêtes" pour comprendre l'intelligence des animaux (Édition originale 2016 ; traduction française : Éditions Les Liens qui Libèrent, 2016) :


« Les invertébrés vont probablement continuer à défier les chercheurs en cognition évolutive. Anatomiquement très différents des vertébrés, mais partageant avec eux de nombreux problèmes de survie, ils offrent un terreau fertile à l'évolution cognitive convergente. Chez les arthropodes, par exemple, on a découvert que les araignées sauteuses savent, par ruse, faire croire à d'autres araignées que leur toile contient un insecte captif. La propriétaire de la toile s'empresse alors de venir tuer la prise – et devient elle-même la proie. A la naissance, les araignées sauteuses ne savent pas imiter un insecte pris dans une toile ; elles apprennent à le faire, semble-t-il, par essais et erreurs. Elles tentent une grande diversité de pincements et de vibrations aléatoires sur la soie d'une autre araignée, avec leurs palpes et leurs pattes, et remarquent simultanément les signaux qui attirent le mieux vers elles la propriétaire de la toile. Plus tard, à d'autres occasions, elles répéteront les plus efficaces d'entre eux. Ces tactiques leur permettent d'affiner leur imitation pour l'adapter à toute espèce victime ; c'est pourquoi les arachnlogues commencent à parler de cognition chez les araignées. »

*

*



Croyances populaires :


Selon Ignace Mariétan, auteur d'un article intitulé "Légendes et erreurs se rapportant aux animaux" paru dans le Bulletin de la Murithienne, 1940, n°58, pp. 27-62 :


Les Araignées inspirent à beaucoup, surtout aux femmes, de la crainte et de l'aversion. Toute piqûre d'origine inconnue est attribuée le plus souvent à une Araignée.

Il y a environ un siècle, les Tarentules étaient l'objet d'une grande crainte dans les régions méditerranéennes, surtout en Italie et en Espagne. Elles mordaient les gens des campagnes, et l'issue était fatale, disait-on, si l'on n'appliquait le remède suivant : on faisait venir des musiciens qui jouaient des airs d'un rythme déterminé. Les malades se levaient, se mettaient à danser jusqu'à épuisement et ils étaient guéris.

La Tarentule existe toujours mais ne cause aucun accident grave, il s'agissait donc d'une curieuse illusion collective, entretenue peut-être par l'amour de la danse, et le plaisir d'appliquer un remède si agréable. De fait, les Araignées ont du venin et peuvent l'inoculer avec leurs pinces, mais son effet est nul, ou à peu près, pour celles de nos régions. Une petite gêne locale, sans enflure et de faible durée, tel est l'effet des piqûres de nos Araignées. Citons encore ce proverbe bien connu : Araignée du matin, chagrin, Araignée du soir : espoir.

*

*

Dans son article intitulé "Corps à corps de bêtes et de gens : envenimation et représentations du corps dans le folklore français (XIXe-XXe siècles)", paru dans la Revue Ruralia, 09/2001 (Édition électronique URL : http://ruralia.revues.org/244), Corinne Boujot s'intéresse à une catégorie animale particulière :


"Dans la région de Rennes, partie orientale et de la Bretagne dite “ Pays gallo ”, on appelle v’lin — ou “ venin ” — un groupe d’espèces animales qui peut paraître hétéroclite. Il réunit, en effet, des reptiles, des batraciens, des arachnides et différents insectes dont ceux pourvus d’un dard. On y trouve donc aussi bien la couleuvre que la vipère ou l’anguille, le lézard vert, la salamandre, le crapaud ou encore l’araignée, la guêpe, le frelon ainsi que la libellule... Dans cette catégorie, v’lin, c’est aussi le nom plus spécifique du crapaud (Bufo bufo) qui, en tant qu’animal éponyme, apparaît doté d’une valeur emblématique. C’est en travaillant sur la pratique d’un guérisseur, panseur (ou “ passeur ”) de venin, que j’ai découvert l’existence de cette catégorie animale directement corrélée à une classe générique de symptômes, dits aussi “ vlin ”, sur lesquels porte l’intervention du panseur. Nous sommes là dans une problématique de l’envenimation : celle-ci se manifeste par le gonflement, la destruction des tissus, la purulence et, souvent, la brûlure.

Dans les Pouilles italiennes où Ernesto de Martino étudia le tarentisme, il mit en lumière l’existence, sous le nom de “ tarentule ”, d’un regroupement d’espèces fort proche de celui qui vient d’être évoqué. Quoi que l’araignée retienne particulièrement son attention, Ernesto de Martino fait état de l’élargissement du nom “ tarentule ” aux serpents et autres animaux venimeux, autrement appelés “ animaux de Saint-Paul ” “ c’est-à-dire, les serpents, les scorpions, les scorzoni, les tarentules et autres bêtes rampant sur le sol dont la morsure empoisonne ” (tandis que le don exercé sur le venin en Bretagne était placé sous l’égide de ce même saint). On retrouve également une classe particulière de symptômes interprétés comme autant de signes d’une envenimation imputée, cette fois, à la tarentule (lycosa tarentula). Elle se traduit, ici, par des états de crise qui empruntent la plupart des caractères du latrodectisme (intoxication par latrodectus mactans, ou “ veuve noire ”).

[...]

On a vu, dans la région de Rennes comme dans celle de Tarente, que différents venimeux semblaient réunis sous le nom d’un animal érigé en emblème de la problématique de l’envenimation, ici le crapaud, là l’araignée. Dans l’exorcisme musical de la tarentule par la tarentelle — la danse de l’araignée — il s’agit pour les musiciens thérapeutes de retrouver la musique de l’araignée, celle qui va la mettre en mouvement, la faire danser (en la personne du tarentulé). Chaque araignée, en effet, émet, dit-on, une petite musique en mordant. En haute Bretagne — où il n’y a pas d’araignée toxique pour l’homme non plus qu’impressionnante comme peuvent l’être respectivement la veuve noire ou la tarentule toutes deux présentes dans le bassin méditerranéen —, Paul Sébillot recueillait cette croyance selon laquelle l’araignée fredonne une petite musique en tissant sa toile et une autre en attrapant les mouches. Rien de plus, et pourtant : il s’agit bien de la même proposition. Mais où l’araignée est un venimeux moins investi de sens, le trait est estompé, tandis qu’en Italie du sud il est tout à fait central et majoré. Dans le folklore français, ce sont les serpents, crapauds et salamandres qui ont ce rôle “ révélateur”.

*

*




Symbolisme :


Selon les Cartes médecine, découvrir son animal totem (édition originale 1999 ; traduction française, 2010) de Jamie Sams et David Carson,


"L’Araignée a tissé la toile qui donna aux humains leur première vision de l’alphabet. Les lettres formaient les angles de cette toile.

Le Chevreuil demanda à l’Araignée ce qu’elle tissait et pourquoi toutes ces lignes faisaient figure de symboles. L’Araignée répondit : « Eh bien, Chevreuil, il est temps que les enfants de la Terre sachent enregistrer leurs progrès dans leur cheminement terrestre. » Le Chevreuil répliqua : « Mais les humains ont déjà des images qui expriment en symboles l’histoire de leurs expériences. »

« Oui, bien sûr. Mais les enfants de la Terre deviennent de plus en plus compliqués ; les générations à venir devront en savoir plus. Les humains de demain ne sauront pas déchiffrer les pétroglyphes. »

Et c’est ainsi que l’Araignée, créatrice cosmique, tissa l’alphabet primordial, comme elle avait tissé le rêve du monde avant qu’il ne se manifeste. Il y a des millions d’années, ce rêve de l’Araignée a porté fruit.

Le corps de l’Araignée a la forme du huit : deux lobes joints à la taille et auxquels s’attachent huit pattes. L’Araignée est le symbole des possibilités infinies de la création ; ses huit pattes représentent les quatre vents du changement et les quatre directions de la Roue de Médecine. Cette habile fileuse tisse la destinée de ceux qui se font prendre dans ses filets pour lui servir de nourriture : une destinée semblable à celle des humains qui se laissent berner par les apparences illusoires et trompeuses du monde physique et ne savent pas voir, au-delà de l’horizon, les autres dimensions de la réalité.

La toile de la destinée symbolise aussi la Roue de fortune qui ne laisse aucune place aux choix et aux solutions. C’est tout à fait humain de se laisser entraîner dans la dualité bien-mal, sans penser que l’on peut changer le cours des choses. Pourtant, il faut faire preuve de détermination pour changer le cours de nos vies, sinon nos peurs et nos limites auront vite fait de nous engloutir.

L’Araignée, c’est l’énergie féminine de la force créatrice, celle qui tisse les beaux destins. Sa toile compte des centaines de motifs élaborés qui captent la rosée du matin.

Si l’Araignée se balance au bout de son fil jusqu’à vos cartes, elle vous incite à créer, créer, créer ! Examinez donc tous les choix à votre disposition pour sortir de l’impasse. Autre possibilité : l’Araignée vous avertit peut-être que vous vous approchez dangereusement d’une situation embrouillée où vous risquez de vous emberlificoter. D’autre part, l’Araignée vous recommande peut-être d’écrire votre journal pour que vous vous rendiez compte des progrès que vous faites. Si vous décidez de le faire, vous n’oublierez plus jamais comment vous créez ces nouvelles étapes de votre vie.

C’est un message d’un nouveau genre que l’Araignée vous livre quand elle constate que, trop préoccupé par la trame de votre vie, vous oubliez de remarquer les occasions qui se présentent à l’extérieur. Si tel est le cas, la tisserande attire votre attention sur l’un de vos projets qui vient de porter fruit. Félicitations ! La grande fileuse vous a attrapé juste à temps ; vous alliez laisser passer cette occasion.

Mais le message le plus important de l’Araignée, c’est que nous sommes des créatures infinies et que nous continuerons, à travers le temps, de tisser des trames de vie. Arrêtez-vous et réfléchissez un peu à l’étendue du plan éternel.


A l’envers :

L’aspect contraire de l’Araignée s’apparente au côté négatif de la femme. L’Araignée ira jusqu’à dévorer son partenaire si elle se prend tellement au sérieux qu’elle en oublie d’apprécier la valeur de l’énergie masculine. Pourtant, le guerrier qu’elle côtoie pourrait équilibrer les forces.

Si vous dédaignez votre partenaire (masculin ou féminin) et que vous vous sentez tout à fait supérieur, vous ne respectez ni votre côté masculin ni votre côté féminin. Vous n’êtes pas actuellement engagé dans une relation ? Peu importe, vous avez peut-être choisi de harceler un membre de votre famille ou un collègue de travail. Ce genre de critiques négatives ne sert qu’à détériorer les relations ; elles reflètent quelque chose que vous haïssez à l’intérieur de vous. Si vous souhaitez nourrir ainsi votre ego, la partie est perdue d’avance. Vous êtes emmêlé dans le voile de vos propres illusions et vous ne savez plus vraiment qui vous êtes. Il est temps d’examiner pourquoi vous critiquez tant les autres et quelle faiblesse alimente votre besoin d’attaquer tout le monde.

Si ceci ne s’applique pas à votre situation, examinez un autre message que livre l’Araignée à l’envers : le manque de créativité. Quand vos talents ne servent plus à tisser la toile, ce manque de créativité peut engendrer destruction et carnage. Si vous vous enlisez dans un bourbier et que vous êtes incapable de faire un pas dans la bonne direction, il vous arrivera d’en vouloir à ceux qui réussissent. Ce ressentiment engendrera la Veuve noire qui vous engloutira tout entier et... vous serez le seul être à pleurer votre perte.

Allez, bougez, remuez, trouvez joie et idées nouvelles dans les réalisations des autres ; utilisez-les pour vous propulser dans une nouvelle phase de tissage où vous créerez votre propre toile de délices et de joie. Observez la toile d’Araignée et prenez plaisir aux idées que vous exprime son langage universel."

*

*

Selon le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"L'araignée apparaît tout d'abord comme une épiphanie lunaire, dédiée au filage et au tissage. Son fil évoque celui des Parques, mais sa toile qu'est-elle ? La Bible et le Coran s'accordent à souligner sa fragilité :


Il s'est bâti une maison d'araignée,

Il s'est construit une hutte de gardien :

riche il se couche mais c'est la dernière fois ; quand il ouvre les yeux, plus rien.

(Job, 27, 18)

Mais la demeure de l'araignée

est la plus fragile des demeures.

(Coran, 29, 40)

Cette fragilité évoque celle d'une réalité d'apparences illusoires, trompeuses. L'araignée est-elle donc l'artisan du tissu du monde ou celui du voile des illusions, cachant la Réalité Suprême ? C'est bien la question que pose, en Inde, dès le deuxième millénaire avant le Christ, dans les plus anciens textes védiques, le mythe, différemment interprété, de Maya, la shakti ou compagne de Varuna. Pour la philosophie bouddhiste, Maya évoquera une réalité illusoire, parce que "vide d'être" c'est-à-dire dépourvue de tout substrat métaphysique. Pour le Brahmanisme, au contraire, la réalité, c'est lm'existence qui est "vraie" puisqu'elle est une manifestation de l'essence : le voile de Maya ; comme la toile de l'araignée, exprime la beauté de la création et Maya est une déesse prestigieuse.

Cette dialectique d'où procède l'ambivalence symbolique de l'araignée, la situant au centre de la problématique de l’hindouisme et du bouddhisme, c'est donc aussi la dialectique essence / existence, que l'on retrouve au départ même de la culture méditerranéenne, si l'on examine attentivement l'organisation du mythe d'Arachné.

Athena, déesse de la Raison Supérieure, puisque fille de Zeus sortie toute armée de son crâne, est la maîtresse du tissage. Arachné, jeune lydienne, qui n'est qu'une vulgaire mortelle, est si douée en cet art qu'elle ose y provoquer la divinité. Toutes deux s'installent face à face, devant leur métier. Athena brode les douze dieux de l'Olympe dans toute leur majesté, et, aux quatre coins de l'oeuvre, évoque les châtiments encourus par des mortels qui ont osé les défier. En réponse à cette image transcendantale d'une réalité supérieure, interdite aux humains, Arachné dépeint, elle, les amours des Dieux pour de vulgaires mortelles. Et Athena, outragée, frappe la jeune fille de sa navette. Arachné veut alors se pendre ; Athena lui sauve la vie, mais la métamorphose en l'araignée, qui ne cessera de se balancer au bout de son fil. Le défi de la mortelle à la déesse a bien quelque chose de sartrien, il place ce monde avant l'autre, subordonnant l'Olympe lui-même aux passions humaines. L'araignée, à la toile aujourd'hui dérisoire, symbolise aussi la déchéance de l'être qui voulut rivaliser avec Dieu : c'est l'ambition démiurgique punie.


Tout le symbole de l'araignée est donc contenu dans un fonds culturel indo-européen, sujet à maintes interprétations, que l'on retrouve disséminées, isolées ou séparées, dans une infinité d'aires culturelles.

Ainsi peut-elle aisément faire figure de créatrice cosmique, de divinité supérieure, de démiurge. C'est le cas dans de nombreuses populations.

Chez des peuples d'Afrique occidentale, Anansé, l'araignée, a préparé la matière des premiers hommes, créé le soleil, la lune, les étoiles. Ensuite, le dieu du ciel, Nyamé, a insufflé la vie en l'homme. L'araignée continue de remplir une fonction d'intercesseur entre la divinité et l'homme ; comme un héros civilisateur, elle apporte les céréales et la houe.

Des mythes de Micronésie (les Gilbert) présentent Nareau, le Seigneur araignée, comme le premier de tous les êtres, comme un dieu créateur.

Les Achantis ont fait de l'araignée un dieu primordial : l'homme a été créé par une grande araignée. Une légende malienne la décrit comme le conseiller du dieu suprême, un héros créateur, qui se déguisant en oiseau, s'envole et crée à l'insu de son maître le soleil, la lune et les étoiles... puis règle le jour et la nuit, et suscite la rosée

Tisseuse de la réalité, elle est donc maîtresse du destin, ce qui explique sa fonction divinatrice, très largement attestée de par le monde. Chez les Bamoun du Cameroun, par exemple, l'araignée mygale a reçu du ciel le privilège de déchiffrer l'avenir... Dans le bestiaire de l'art Bamoun, le Ngaame (un autre de ses noms) dispute la première place au serpent royal... Sa signification est universelle. Liée au destin de l'homme, un drame de sa vie terrestre, la divination par le Ngaame a créé une technique du déchiffrement des signes... Elle consiste à placer sur l'orifice du trou de la mygale des signes que l'animal bouscule la nuit et transforme en message. A travers eux, le devin cherche la guérison, la protection contre l'ennemi, la joie de vivre.

La mantique par l'araignée était couramment pratiquée dans l'ancien Empire des Incas du Pérou. Le devin découvre un pot dans lequel est conservée l'araignée divinatrice. Si aucune de ses pattes n'est pliée, l'augure est mauvais.

Enfin l'araignée devient parfois un symbole de l'âme ou un animal psychopompe. Chez les peuples altaïques d'Asie centrale et de Sibérie, notamment, elle représente l'âme libérée du corps. Chez les Muisca de Colombie, si elle n'est pas l'âme, c'est elle cependant qui, sur un bateau en toile d'araignée, transporte à travers le fleuve les âmes de morts qui s'en vont aux Enfers. Chez les Aztèques, elle devine même le symbole du dieu des Enfers. Chez les Montagnards du Sud Vietnam, l'araignée est une forme de l'âme, échappée du corps pendant le sommeil ; tuer l'araignée, c'est risquer de provoquer la mort du corps endormi.

Toutes ces qualités : démiurgisme, mantique, conduite des âmes, et donc intercession entre les deux mondes de l'humaine et de la divine réalité, font que l'araignée symbolise aussi un degré supérieur d'initiation. Chez les Bambara, par exemple, elle désigne une classe d'initiés qui ont atteint l'intériorité, la puissance réalisatrice de l'homme intuitif et méditatif.

Cette intériorité, évoquée par l'araignée menaçante au centre de sa toile, c'est au contraire, pour un analyste, un excellent symbole de l’introversion et du narcissisme, l’absorption de l'être par son propre centre (Baudoin).

Mais cette image enveloppante et centripète ne doit pas faire oublier cette autre image de l'intercesseur que constitue l'araignée balancée comme un yoyo au bout du fil qu'elle semble vouloir constamment remonter. On y décèlera un contenu sexuel latent parfaitement corroboré par les études faites dans les Pouilles et en Sardaigne sur le tarentulisme et les accessoires de sa mise en scène. Au plan mystique, ce fil évoquera le cordon ombilical, ou la chaîne d'or reliant la créature au créateur, et par laquelle celle-là tente de se hisser vers celui-ci, thème évoqué par Platon et qui sera repris par le Pseudo-Denys l'Aréopagite : Efforçons-nous donc par nos prières de nous élever jusqu'à la cime de ces rayons divins et bienfaisants, de la même façon que, si nous saisissons, pour l'entraîner constamment vers nous de nos deux mains alternées, une chaîne infiniment lumineuse qui pendrait du haut du ciel et descendrait jusqu'à nous, nous aurions l'impression de l'attirer vers le bas, mais en réalité notre effort ne saurait la mouvoir, car elle serait tout ensemble présente en haut et en bas et c'est nous plutôt qui nous élèverions.

L'unité de la pensée indo-européenne se retrouve une fois encore ici, car les Upanishad dont de l'araignée s'élevant le long de son fil un symbole de liberté. Le fil du yogi, c'est le monosyllabe Aum ; grâce à lui, il s'élève jusqu'à la libération. Le fil de l'araignée est le moyen, le support de la réalisation spirituelle."

*

*

Selon Nicki Scully, auteure de Méditations de l'animal pouvoir, Voyages chamaniques avec les alliés esprits (éditions originales 1991, 2001 ; traduction française : Guy Trédaniel Éditeur 2002),


"Grand-Mère araignée a été vénérée par de nombreuses cultures indigènes en tant que tisseuse de l'univers. Les Lakota l'appellent Inktomi, ou Iktomi, ou Ktomi (les Dakota l'appellent Unktomi), mais Inktomi est l'image du "Filou", auteur de toutes les farces douteuses qui donnent aux êtres la configuration risible qui est la leur. L'araignée nous apprend à durer dans notre présente réalité tout en comprenant notre relation individuelle avec la création dans son intégralité - sa toile est une métaphore pour les pensées qui expriment notre paysage intérieur. Beaucoup de gens considèrent la Grand-Mère Araignée comme l'être le plus ancien ; dans certaines traditions, notre monde est venu à l'existence en conséquence de la toile qu'elle a tissée au commencement. En Inde, l'Araignée est associée à l'Âtam^(le Soi), ou à Mâyâ (la magicienne, le pouvoir d'illusion cosmique).

Nous filons notre toile d'énergie que nous projetons dans toutes les directions et dans toutes les dimensions. Comme les fils de soire qu sont de la substance du corps même de l'araignée, chacune de nos vagues d'énergie porte notre vibration propre, notre signature unique. Ces motifs sont la composition de tut ce que nous sommes et savons et avons touché. Nous touchons ce chant vibratoire de nous-mêmes à toutes choses, et toutes choses nous chantent en retour, définissant notre place personnelle dans le cosmos.

Les Araignées communiquent les unes avec les autres en pinçant différents fils de leur toile ce qui produit les vibrations vues, senties, et entendues, dans tout l'univers. La plus légère vibration s'enregistre dans la toile. Toute cette information est partagée - indéfiniment.

Le centre de l'univers, est là où l'Araignée se tient sur sa toile individuelle. L'Araignée sait comment marcher sur sa propre toile - quels sont les fils à saisir, et quels sont ceux à éviter. Elle ne marche pas sur le fil collant où elle serait prise au piège. Vous remarquerez que l'Araignée ne place pas les fils collants au centre sa toile, car c'est le centre d'elle-même. Certaines de nos pensées sont collantes aussi, et elle peuvent nous embrouiller de la même façon que les fils épais de l'Araignée font prisonnière sa proie. D'autres pensées, comme le cadre de sa toile, sont fortes et architectoniques. Par exemple, l'Araignée nous enseigne le discernement - elle nous aide à connaître les pensées auxquelles s'accrocher, et celles qu'il convient de laisser passer. L'Araignée est toujours attentive, comme vous devez l'être dans votre voyage avec elle.

Les fils collants de la toile d'Araignée peuvent être comparés à la structure matérielle du monde - mâyâ, l'illusion. Mais comme le savent ceux qui ont l'expérience de la méditation, la seule chose que nous connaissons vraiment, c'est la nature transitoire de nos pensées. L'Araignée nous apprend à avoir la même relation avec notre mental que celle qu'elle entretient avec sa toile. Vous pouvez toujours faire appel à l'Araignée, pour la clarté de vision, quand vous vous sentez pris dans les fils de votre mental et la mâyâ de notre réalité tridimensionnelle.

Moins connue, mais tout aussi profonde, est la qualité de guérisseur de l'Araignée. La soir d'Araignée est lus résistante que l'acier. Une cuillerée à café de cette soie fine peut tisser un million de toiles ! Les Indigènes recouvraient les blessures de toiles d'araignée fraîche. Avec le même genre de soir qu'elle utilise pour envelopper sa proie, l'Araignée peut réparer les déchirures des tissus intérieures et extérieurs, et tisser une toile qui peut assurer la cicatrisation. Une fois que vous avez établi une relation avec l'Araignée, vous pouvez faire appel à elle pour qu'elle vous aide à guérir.

L'Araignée a tissé la Création, précédant tout... Notre réaction à sa nature étrange va du respect à la terreur, à la répulsion. Quand nous voyageons avec l'Araignée, nous avons une occasion inhabituelle d'être juste avec la sensation de respect. Parce que la Terre est constamment en mouvement dans l'univers,nous entrons dans les domaines de différents tisserands, car la localisation de notre planète change. Cela signifie que, chaque fois que vous ferez le voyage de l'Araignée, vous rencontrerez une nouvelle Araignée, et que vous sera montré quelque chose d'entièrement différent.


[Le Voyage de l'Araignée fait partie, au même titre que celui du Chameau, de la Girafe, du Lézard cornu, du Loup, du Pélican et du Mustang des] Voyages de Libération. Cette section est consacrée à débarrasser la voie de la libération des contraintes des pensées et croyances limitées. Les vieux modèles sont abandonnés, laissant la place à des visions nouvelles, élargies, qui génèrent une connexion plus grande avec l'Ensemble de la Nature.


Voyage de l'Araignée

[Faites l'Alchimie du Chaudron et venez en présence de Thoth ...]

Quand vous rencontrez Thoth, il est sur un fil d'une énorme toile, dont vous ne pouvez voir qu'une petite portion de là où vous êtes. Quand votre attention se concentre sur le fil de soie, vous pouvez entendre la vibration de la toile et voir que cete vibration établit un motif de lumière ; vous pouvez imaginer que cette vibration établit un motif de lumière ; vous pouvez imaginer que cette vibration de la toile d'Araignée se déplace dans l'univers et interagit avec les autres toiles...

Prenez le temps de noter où vous êtes, en relation avec ces autres toiles.

[Pause]

Tendez la main et touchez le fil. Instantanément, vous faites partie de la toile, et vous suivez le filament, hors de notre atmosphère, et au centre de la toile d'Araignée cosmique, géante...

Quand vous vous rematérialisez, vous vous retrouvez face à une Araignée géante. Remarquez que vous ne percevez qu'une partie de l'Araignée, car l'autre partie est toujours dans une autre dimension. Tandis qu'elle tisse sa toile, elle crée la "mâyâ" que nous pensons être notre réalité tridimensionnelle. Prêtez attention à l'Araignée quand elle tisse un nouveau fil. A partir du tissage, espace et temps sont créés. Observant son tissage, vous réalisez qu'il n'est pas nécessaire que vous soyez pris au piège de cette réalité tridimensionnelle. Avec cette reconnaissance de la possibilité, simultanée, vient la réalisation de ce que toutes choses sont interconnectées.

Maintenant, vous avez une occasion de la^cher prise à votre identité individuelle et de recevoir le don de la perspective de l'Araignée. De l'endroit où elle se tient, vous pouvez non seulement voir la terre, mais aussi le reste de notre système solaire, notre galaxie, et le cosmos au-delà. Vous êtes sur l'un des nombreux milliards de toiles, chacune s'étendant et ondoyant dans une frénésie de croissance qui est continue et infinie.

[Longue pause]

La perspective de l'Araignée est très différente de la nôtre, et beaucoup plus vaste, mais elle nous permet de voir les connexions entre la toile individuelle et les autres toiles du cosmos. L'Araignée pince un fil, et fait vibrer sa toile... Remarquez que cette toile vibrante est sécante aux autres toiles tissées par d'autres araignées. A chaque intersection, se trouve le point de connexion où la matière est en ignition et prend forme. Les points d'intersection donnent de la force à la création. La relation entre les milliards d'Araignées qui filent, pincent, et se déplacent sur leurs toiles crée les galaxies, les étoiles et les planètes, que cous appelons notre univers...

Prenez le temps de reconnaître le spectre entier de l'existence et de la reconnaître... [Longue pause]

Maintenant, de cette perspective élargi, l'Araignée vous donne une occasion de regarder la terre sans jugement, et de voir ce qui doit être fait dans votre sphère d'influence. Quand vous reviendrez sur le plan matériel, peut-être serez-vous capable d'offrir de nouvelles contributions... [Pause]

Quand votre expérience sera achevée, exprimez votre reconnaissance et votre appréciation à l'Araignée pour les connaissance que vous avez reçues...

Pour retourner à la réalité ordinaire, commencez à vous concentre sur le retour à votre monde individuel, au centre de votre propre univers... L'Araignée commence à faire vibrer les fils tout autour de vous, vous entourant de vibrations de lumière et de son. Quand la lumière et le son commencent à se solidifier, ils prennent lentement la forme de votre environnement physique...

Partagez votre expérience avec Thoth et recevez toute information ou message qu'il a pour vous à ce moment...


[Thoth vous aidera à revenir dans votre conscience ordinaire... Veillez à bien vous enraciner et vous centrer avant d'ouvrir les yeux...]


Mots-clefs : Respect / Tisser la création."

*

*

Dans Rencontre avec votre animal totem (édition originale 2010, traduction française 2015), Phillip Kansa et Elke Kirchner nous proposent la fiche suivante sur l'araignée :


"Caractéristiques positives

Lien à la conscience supérieure ; signe de chance.


En quoi cet animal m'aide

L'araignée tisse un mince fil jusqu'à ton moi supérieur, tes anges et tes aides spirituelles. Elle t'offre une connexion au Ciel. Tu y trouves des réponses à toutes tes questions existentielles. Pour de nombreuses tribus indiennes d'Amérique du Nord, une rencontre avec une araignée porte bonheur.


Comment l'araignée me protège

L'araignée, en tant qu'animal totem, t'empêche d'oublier, dans l'effervescence quotidienne, ton lien aux dimensions et aux êtres lumineux supérieurs. Si tu as besoin du conseil d'un guide spirituel, invoque l'araignée. Elle tisse le lien pour toi. Prends le temps, dans le silence, d'écouter ses messages. L'araignée t'incite à tisser un lien d'amour vers tous les êtres.


Exercice pour me relier à cet animal

Assieds-toi dans un endroit calme. Détends-toi et invoque intérieurement ton araignée. Tu la vois devant ton œil mental. Demande-lui de tisser le lien que tu souhaites. Écoute en toi jusqu'à entendre, voir ou sentir une réponse ou un message. Remercie l'araignée quand le moment sera venu pour toi de revenir dans l'ici et maintenant, et note tes découvertes par écrit."

*

*

Pour David Carson, auteur de Communiquer avec les animaux totems, puisez dans les qualités animales une aide et une inspiration au quotidien (Watkins Publishing, 2011 ; traduction française Éditions Véga, 2011), l'araignée appartient à la famille des Qualités intérieures, au même titre que le serpent, la taupe, la tortue, le faucon, le singe, le phénix, le jaguar, le chat, l'éléphant, le loup, le lion, l'ours grizzly, le corbeau et la corneille, le gorille, le crocodile, le bison et le dragon.

Qualités intérieures :

Le rythme effréné du monde dans lequel nous vivons - exigences du travail, évolution technologique et pressions financières - nous fait aisément oublier notre parenté aux animaux. Il est encore plus facile de négliger notre esprit animal, personnel et intérieur, où nous pouvons puiser force, sagesse et conseils.

Il existe diverses façons de nous reconnecter à nos guides intérieurs. L'une d'elles est de fournir un effort conscient pour trouver l'animal qui compense les faiblesses que nous sentons en nous-mêmes - le lion peut pas exemple nous aider à combattre notre timidité. Une autre approche consiste à identifier un ou plusieurs animaux avec lesquelles nous sentons une affinité particulière et à travailler en lien étroit avec eux sur une large gamme de problèmes et de peurs. Ce chapitre sonde es créatures susceptibles d'offrir un éclairage intérieur particulier sur notre caractère et notre psyché. [...]


L'araignée vous aide à vous fabriquer un nouveau modèle d'existence et à tisser du lien. Apprenez de sa créativité et inscrivez votre vie et votre espace personnel das un motif qui soit fort et beau. Au sein de la grande toile de la vie, apprenez à rester connecté et à ressentir, comme l'araignée, le réseau psychique tut autour de vous. Laissez vos fils d'or et d'argent créer des liens et attirer à vous tout ce qui est important et nécessaire à votre vie.

Maîtres antiques du néant, les araignées ont le toile pour chemin. Elle enseigne que tout est lié, et envoie des fils choisis aux motifs géométriques précis.

Les fils de la vie transmettent des informations et permettent à ce qui est loin d'arriver jusqu'à nous. Parcourant sa toile en mouvements spiraux, l'araignée maîtrise la circularité de l'énergie. Elle est indissociable de sa toile - tout comme le musicien de son instrument - la mélodie de la vibration transmettant exactement la nature et la condition de ce qui est pris dans la toile. Extension de l'être araignée entier, la toile est un moyen de communication qui transmet de cruciales vibrations, renseignant sur le vent, une feuille ou de la nourriture.