Blog

  • Anne

Là où souffle l'Esprit


Depuis la nuit des temps et pour tous les hommes, quelles que soient leurs cultures ou leurs croyances : la montagne représente bien plus qu’un simple édifice géologique. Elle est le symbole de force, de pureté, de sérénité. Elle est objet de méditation, de contemplation. Laurent Guillaume vous emmène pour une balade intime à l’écoute du silence, à la rencontre de ceux qui ont consacré leur vie à la méditation, à la contemplation, où à la prière, depuis le sanctuaire de Notre Dame de la Salette en Isère jusqu’au temple Bouddhiste Karma Ling en Savoie, en passant par le monastère de la Grande Chartreuse. Réalisateur : Hervé Vacheresse

Selon Xavier RICARD LANATA , auteur d'un article intitulé "Trois mythes quechua" (paru dans la revue AMERINDIA n°28, 2003, publiée par le Centro Bartolomé de Las Casas / EHESS) :


Dans l’univers religieux des Quechua des Andes méridionales du Pérou, cependant, la vie en altitude est entièrement subordonnée à l’autorité de l’apu. L’apu est l’esprit de la montagne (urqu) : non pas au sens où la montagne serait habitée par un esprit, mais plutôt dans la mesure où la montagne est un apu, un esprit tutélaire, un chef (1). En tant que principe de segmentation de l’espace, en effet, la montagne ordonne Selon la chronique de Guaman Porma, apu désignait à l’époque pré-coloniale un chef local, représentant de l’administration de l’Inca. Aujourd’hui encore, c’est le sens que prend le mot apu dans certaines régions du piémont nord (région de Chachapoyas).


Notes :

1) : Selon la chronique de Guaman Porma, apu désignait à l’époque pré-coloniale un chef local, représentant de l’administration de l’Inca. Aujourd’hui encore, c’est le sens que prend le mot apu dans certaines régions du piémont nord (région de Chachapoyas).

8 vues