Blog

  • Anne

Équinoxe d'automne


Comme toutes les fêtes que nous célébrons, l'équinoxe d'automne est une porte, la dernière à franchir avant celle de Samonios, la nouvelle année.

D'un côté, encore la chaleur solaire et la plénitude de l'été ; de l'autre, déjà la flamboyance orangée qui annonce la fin du cycle végétal tourné vers l'extérieur.

Sur une face, l'archétype de la Vierge et ses richesses de moisson, ses fruits mûrs et lourds dans les paniers ; sur l'autre celui de la Balance qui équilibre les forces avant de s'enfoncer dans la nuit. La Terre qui nourrit le corps ; le Ciel qui nourrit l'âme et l'esprit. Cérès ne passe-t-elle pas la moitié de l'année sous terre et l'autre à l'air libre ?

L'équinoxe d'automne nous invite donc à une sorte de bilan de notre année claire afin de repérer quelle est notre récolte personnelle. Que contient mon panier cette année ? Ma récolte est-elle chiche ou abondante ? Quelles sont les céréales que je vais pouvoir engranger ? De quels fruits vais-je me sustenter ?

Cette récolte est liée à la sagesse féminine, terrestre voire tellurique. Donc, pour moi, chamanique également. On connaît l'importance du cercle et du cycle pour qui écoute la Nature avec attention et humilité. Dans la tradition celte, l'automne figure à l'Ouest et est associée à différents symboles qui sont autant de relais pour nous guider et nous permettre de comprendre le message de cette saison :

Point cardinal : Ouest / le Couchant / l'île d'Avalon / le changement donc la mort /les Ancêtres

Élément : Eau / émotions / origine de la vie / essentiel de notre composition et de nos besoins

Animal : Saumon / sagesse / retour à la source = inversion du mouvement intériorisation

Arbre :

Vie humaine :

Voie de l'Enseignant :

Pour tirer parti le plus efficacement de ces énergies qui se recentrent en nous, pour éviter les déperditions et faire croître encore notre conscience intérieure, il nous faut, aidés par les vents qui se lèvent, élaguer nos branches mortes, secouer nos feuilles roussies, en un mot nous délester de tout ce qui est devenu inutile en nous.

Il est donc temps pour nous de marcher lentement, les yeux rives sur le chemin raide qui grimpe au volcan et de lui offrir, pourquoi pas en y plongeant tout entier, tous les résidus émotionnels de cette année claire et d'y faire brûler toutes les scories énergétiques qui nous encombrent encore afin qu'ils soient recyclés intelligemment par la terre et que nous puissions, avec la fumée aérienne qui s'échappe du volcan, nous recueillir en nous et nous préparer ainsi à communiquer pleinement avec l'Autre Monde lors des nuits de Samonios.